Le préfet d’Eure-et-Loir dévoile les grandes lignes de l’aide financière…

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Une aide de 150 € par mois sera versée aux personnes ayant hébergé des Ukrainiens pendant plus de trois mois. La préfecture fait le point sur la situation.

L’aide : pour qui ? 

« Un contrat sera passé à la fin de l’année. Les familles d’accueil recevront une subvention de 150 € par mois pour tout hébergement de plus de trois mois entre le 1er avril et le 31 décembre 2022. Lire aussi : Rétablissons une santé publique de qualité égale partout, pour tous !. Cette somme sera multipliée par le nombre de mois d’hébergement.

De leur côté, les Ukrainiens ont la possibilité de bénéficier de l’allocation spécifique aux demandeurs d’asile (ADA). Ils ne demandent pas l’asile mais reçoivent la version Ada de l’OFII (Office français de l’immigration et de l’intégration). Ils perçoivent des allocations logement lorsqu’ils ont accès à un logement permanent et ont droit aux allocations familiales. Ils ont les mêmes droits que tous les Français. Nous avons eu de très bons commentaires sur le logement, les Euréliens ont créé un réseau très solide de liens étroits de soutien et de solidarité avec les Ukrainiens.

A voir aussi :
L’adrénaline appartient à la famille des catécholamines (celle de la noradrénaline et…

Le nombre de déplacés Ukrainiens en Eure-et-Loir

« Les Euréliens ont créé un réseau très fort de liens étroits de soutien et de solidarité avec les Ukrainiens.

Depuis le début du conflit, 918 personnes déplacées ont été hébergées en Eure-et-Loir. Au 1er novembre, il en restait 585. La différence s’explique par ceux qui sont partis pendant l’été et ceux qui ne sont pas revenus. Ou ceux qui sont restés en France mais hors d’Eure-et-Loir.

À Lire  Découvrez les conseils d'Ameli sur mon site de prévention et où suivre...

Dans le détail, 71 familles, soit 245 personnes, ont été accompagnées dans un logement permanent et ont bénéficié du soutien d’une association.

48 familles, soit 118 personnes, ont été hébergées dans des logements citoyens.

60 Ukrainiens déplacés sont dans des structures d’urgence, principalement à Dreux, puisque nous n’en avons plus à Chartres. Le nombre de personnes déplacées a considérablement diminué au cours de l’été. Il y a eu de nombreux retours, permanents ou juste pour le trimestre d’été. Certains sont revenus et d’autres y sont restés.

Le nombre de personnes déplacées a considérablement diminué au cours de l’été. Il y a eu de nombreux retours permanents ou juste pour le trimestre d’été. Certains sont revenus et d’autres y sont restés. »

Attaques, coupures de courant… Comment fonctionne la rédaction ukrainienne de « The Kyiv Independent »

A voir aussi :
Par Juridique | Publié le 28/10/2022 à 00:00 | Mis à jour…

« L’accueil des Ukrainiens s’est globalement bien passé »

Ce qui était plus compliqué, c’était quand on avait des déplacés de la région parisienne qui ne sont pas venus de leur plein gré. Dans ces situations, les relations étaient moins directes. Ils ne voulaient pas quitter la région parisienne. Nous avons également eu quelques personnes qui sont parties seules. Quand les gens venaient, appelés par des familles ou par un réseau structuré, comme ici en Eure-et-Loir, tout se passait très bien. Ces personnes qui sont venues étaient des demandeurs, tout comme les familles qui les ont accueillis. Reprendre une vie professionnelle en moins de six mois avec des problèmes de logement et une langue qu’ils ne parlent pas, cela montre une réelle volonté de s’immerger et de s’intégrer au pays.

À Lire  Santé. Nos conseils pour vous protéger des canicules

Test TCS des casques pour enfants : la sécurité ne doit pas forcément coûter cher
Voir l’article :
Touring Club Suisse/Suisse/Svizzero – TCSLorsqu’ils font du vélo, les enfants doivent toujours…

« Une capacité formidable à s’intégrer »

« Reprendre une vie professionnelle en moins de six mois avec des problèmes de logement et une langue qu’ils ne parlent pas. Cela démontre une réelle volonté d’immersion et d’intégration dans le pays.

Une formidable vague de solidarité locale a été lancée pour les accueillir. Un travail considérable a été fait dans le domaine de la santé pour venir en aide aux victimes de troubles liés à la guerre. Il y a eu des admissions en soins de longue durée.

Le personnel hospitalier et l’ARS (Agence régionale de santé, ndlr) ont été d’une grande aide pour les diagnostiquer dès leur arrivée et leur faire suivre un cursus médical. Le soutien et la présence de la Croix-Rouge pour effectuer les premiers examens médicaux se démarquent.

Ceci pourrez vous intéresser :
Le professeur Fabrizio Bucella dit que le ronflement est une rhoncopathie. Ce…

« Le deuxième département de la région »

Nous sommes, avec le Loiret, les deux départements de la région qui ont accueilli le plus d’Ukrainiens. Loin devant l’Indre-et-Loire et les autres départements. Ici, on a la culture de la proximité entre l’Ukraine et la Beauce, car certains habitaient déjà ici et se mobilisaient pour eux. Nous sommes, avec Orléans, parmi les plus proches de Paris, nous étions donc plus accessibles aux populations disposant de structures d’accueil. »

Guerre en Ukraine : Poutine veut utiliser l’hiver comme « arme de guerre »

Interview de Thomas Desprez