Le tourisme médical en plein essor en Tunisie

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Se faire opérer ou se faire soigner dans un pays autre que celui où l’on habite : c’est ce qu’on appelle le tourisme médical. Soins dentaires en Hongrie, greffe de cheveux en Turquie, traitement de la myopie en Pologne ou chirurgie cardiaque en Thaïlande… pour des raisons économiques ou pour bénéficier de services proposés à l’étranger, nombreux sont ceux qui se tournent vers ce tourisme de santé.

Si ce secteur a le vent en poupe dans le monde entier, notamment en Afrique où il est en augmentation ces dernières années. Dans la région du Maghreb, la Tunisie se distingue dans le domaine en tant qu’aéroport.

Le pays a une bonne réputation pour la chirurgie esthétique et les cures thermales, qui attirent de nombreux patients internationaux. Comme l’explique Karim Abdelwahed, membre de l’Association ATPS Tunisie pour la promotion de la santé : « La Tunisie a des ressources qu’on ne trouve pas ailleurs, comme le sable… On parle du tourisme médical du Sahara », en a rapporté l’agence de presse turque aa. com.

Cette activité est un atout important pour la Tunisie : elle fournit du travail aux médecins, et elle procure des fonds nationaux. Selon les chiffres officiels, plus de 40% des recettes touristiques mondiales proviennent du tourisme médical, soit plus de 2 500 millions de dinars tunisiens entre 2016 et 2017.

Ce mardi 22 mars, le Conseil National d’Appui aux Services de Santé a organisé une conférence de presse, convaincu que le tourisme médical est un puissant vecteur de croissance en Tunisie. Mais le Conseil a lancé un triste avertissement : le secteur connaît un déclin important depuis plusieurs années, car plusieurs facteurs entravent son développement.

À Lire  Benoît, expulsé de sa résidence CPAS à Etterbeek : "aucune idée où je dormirai"

Des obstacles liés à l’accessibilité de la Tunisie

La Tunisie est toujours numéro 1 sur le continent africain mais a été rétrogradée à la 38e place sur 46 dans le monde, derrière la Turquie, selon le site Globalnet. Sur le même sujet : Jusqu’à quel âge peut-on dormir avec ses enfants ?. Cette baisse est due à plusieurs contraintes qui empêchent le pays d’exploiter pleinement son potentiel.

Premièrement, les patients d’autres pays ont du mal à obtenir un visa pour se faire soigner en Tunisie. Lors de la conférence de presse, des mesures de réformes ont été présentées, notamment la mise en place des Visas Santé, ainsi que le service « E-Visa » par le Ministère des Affaires Etrangères, pour éliminer les procédures ennuyeuses.

Toujours sur l’épineuse question de la disponibilité : travailler en Tunisie pose problème. Tunisair dispose d’une flotte de 15 avions et n’a pas assez de tarifs aériens en Afrique. Quelques liens et majuscules sont fournis mais pas assez en raison des besoins. « Nous avons des patients qui ne peuvent pas attendre 2 ou 3 heures pendant les vacances à cause du manque de vols directs. Ils se tournent vers d’autres endroits facilement accessibles comme le Maroc ou la Turquie », a déclaré Ghazi Mejbri, président de la Chambre syndicale. Globalnet.

La Tunisie perd donc des patients au profit de pays concurrents dans ce secteur.

Lors de cette rencontre, le ministère tunisien de la Santé s’est engagé à redoubler d’efforts pour promouvoir le tourisme médical et affirmer la position de leader de la Tunisie.

Les progrès ne peuvent être que positifs au bout de 2 ans de paralysie causée par la crise du Covid 19.

À Lire  Névralgie dentaire : causes, stress, traitement

Lire aussi :
Publié hier à 19:51, Mis à jour hier à 20:06ENQUÊTE – Se…