Les acheteurs de crédits français et européens sont les champions

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Après une année 2020 marquée par une forte baisse liée à la pandémie, le crédit à la consommation a retrouvé de la vigueur en 2021. Dans sa dernière enquête publiée en novembre, l’Association française des sociétés financières fait le point sur ce rebond d’activité pour les entreprises spécialisées dans ce secteur :  » Malgré une hausse de +13,9% par rapport aux neuf premiers mois de 2020, le marché du crédit à la consommation reste toujours légèrement en dessous de son niveau d’avant crise (- 0,6% par rapport aux neuf premiers mois de 2019). »

Si l’on regarde cette fois l’évolution de l’encours de crédit à la consommation aux particuliers, calculé par la Banque de France, après une baisse en 2019, il est revenu au-dessus de son niveau d’avant-crise. En effet, il s’élevait à 192,7 milliards d’euros en juin 2021, contre 185,1 milliards un an plus tôt et 188,8 milliards en décembre 2019.

Un quart des ménages français détenteurs d’un crédit à la consommation

Un quart des ménages français détenteurs d’un crédit à la consommation

Selon l’Observatoire du crédit aux ménages, environ un quart des ménages français ont un crédit à la consommation en cours de remboursement. Le taux était de 24,9 % en 2020 contre 26,5 % en 2019. Lire aussi : Une rampe sera construite le long de la digue à Saint-Aubin-sur-Mer. A titre de comparaison, c’est un peu moins que la proportion de ménages ayant un crédit immobilier (31,4 %).

Une étude de MixFactory pour Younited, dévoilée par Le Parisien, éclaire à son tour l’appétence des Français pour le crédit à la consommation par rapport à leurs voisins européens. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ceux qui y ont goûté en redemandent : « 84 % des foyers français qui ont déjà eu recours au crédit à la consommation en contractent au moins trois dans leur vie. Chez nos voisins européens, la moyenne est de 72 % », conclut l’étude.

Elle s’attache également à dresser le portrait type des abonnés. La tranche d’âge la plus friande de ce type de crédit est celle des 40-60 ans. Le montant emprunté varie entre 3 000 € et 20 000 € (*) dans la majorité des cas (68 %). La plupart ont une situation stable dans leur vie personnelle (73%) et professionnelle (71%). L’achat de matériel est de loin le principal motif d’utilisation, dans 76% des cas. Seuls 17% des répondants empruntent en urgence pour des raisons de trésorerie. Et 7 % ont recours au crédit à la consommation pour consolider leurs dettes.

Quels sont les effets des bouffées sur la santé?
Ceci pourrez vous intéresser :
(ETX Daily Up) – Les Puffs, ces e-cigarettes à usage unique aux…

Recherches sur Internet : la France à la traîne

Recherches sur Internet : la France à la traîne

S’ils ont de plus en plus souvent le réflexe de faire leurs recherches sur Internet avant de contracter un crédit à la consommation, les Français sont encore un peu en retrait dans ce domaine. Ainsi, près d’un Français sur deux s’informe en ligne (48%), ils n’étaient que 43% en 2016. Mais ce réflexe numérique est plus ancré dans les pays voisins, comme l’Allemagne (66%), l’Espagne (64%), Italie (62%) et Portugal (59%).

Toujours selon cette étude, le choix du prestataire repose principalement sur trois critères : le coût global (60%), la clarté de l’offre (31%) et le temps de réponse (29%). A ce sujet, deux emprunteurs sur trois déclarent que leurs projets ont été financés en moins d’une semaine, contre seulement 28% en 2016. Une relation de confiance est également essentielle : 64% des Français se rendent à leur banque ou à un crédit institution auprès de laquelle ils ont déjà contracté un emprunt auparavant.

(*) Le montant des prêts à la consommation peut être compris entre 200 € et 75 000 € et la durée de remboursement doit être supérieure à trois mois.

A Reims, le béton imprimé en 3D a permis la construction de cinq maisons
Ceci pourrez vous intéresser :
Contrairement à d’autres techniques comme le fraisage ou le meulage, l’impression 3D…

À Lire  Vendre un bien immobilier : toute une stratégie