Les arnaques les plus courantes à Barcelone (et comment les éviter)

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Clémentine Laurent Photographie

Les escroqueries à Barcelone sont courantes. Sur internet, dans les rues du chef-lieu ou même au pied de votre porte d’entrée. Voici 7 incontournables, et nos conseils pour les éviter.

Ce n’est pas sa spécialité, mais encore faut-il faire attention. A Barcelone, les arnaques ne manquent pas. Si les plus courantes se font par internet, selon les Mossos d’Esquadra, notamment les applications de paiement, il en existe encore bien d’autres. Nous avons rassemblé ici les plus courants et quelques conseils pour les éviter.

Les faux billets, tickets de loterie ou anneau d’or

Ses métiers ? Les rues de Barcelone. Dans le cas de faux billets ou de faux billets, un escroc se fait passer pour une personne atteinte d’un certain handicap mental ou spirituel. Lire aussi : 4 solutions pour augmenter la valeur de votre propriété. Il s’approche d’un passant en lui montrant un vrai billet de banque ou de loterie, ainsi qu’une enveloppe qui semble pleine. Il explique au passant que l’enveloppe est pleine de telles « vignettes », mais qu’il n’en veut pas, et il propose de les vendre pour une certaine somme d’argent.

Un deuxième escroc peut intervenir et faire semblant de vouloir acheter l’enveloppe pour que le passant enchérisse davantage. Mais l’enveloppe ne contient pas de vrais billets. Pas même un billet de loterie gagnant.

Le motif est presque le même pour la bague en or. L’escroc s’approche d’un passant et lui demande s’il l’a renversé. Il lui propose alors de la lui vendre si le passant en question refuse. Mais ce bijou en question n’a aucune valeur.

Comment l’éviter : méfiez-vous des étrangers qui vous demandent de l’argent.

Sur le même sujet :
Par Laurence LAPORTEN22/11/2022 à 08:00Salon de la gastronomie à Poitiers. Vous partez…

Le logement trop beau

Scannez simplement les groupes Facebook pour voir à quel point ils sont courants. Les fausses annonces de location d’appartement fleurissent sur le web. Ils sont généralement meublés, avec de très belles photos, en bon état et à un prix attractif. Parfois même les frais d’électricité, d’eau et d’internet sont inclus. Trop beau pour être vrai.

À Lire  Après plus d'un an de travaux, la nouvelle partie de l'école de Cloyes-les-Trois-Rivières est prête

C’est déjà un premier indice pour les éviter. Le propriétaire présumé ne répondra que par message ou Whatsapp. Il explique qu’il n’est pas disponible pour faire visiter l’appartement et qu’il a de nombreux candidats avec de bons dossiers. Parfois, le faux hôte proposera de réserver l’appartement via Airbnb. Et si l’appartement ne correspond pas aux photos, la personne concernée sera récompensée. Et il y a la fraude : nous payons entre 1200€ et 1800€ de « frais de réservation ». Tout ça pour une maison qui n’existe pas. Une fois le paiement effectué, évidemment, le faux propriétaire disparaît.

Comment l’éviter : visitez l’appartement et vérifiez qu’il est géré par une agence immobilière bien connue à Barcelone. Les offres de particulier à particulier n’existent pas ou peu. En général, il vaut mieux ne jamais rien payer avant d’avoir vu un appartement.

Voir l’article :
ADDTOP s’engage à ne fournir aux clients que des produits utiles et…

La voiture truquée

Les acheteurs de voitures d’occasion sont également touchés par les escroqueries. Le véhicule peut être gréé en fonction de son nombre de kilomètres. Celui affiché sur le compteur et donc très différent du nombre réel. Il s’agit même d’une voiture volée. Ce type de fraude peut se retrouver dans les publicités sur Internet, mais aussi dans les garages automobiles ou les revendeurs non officiels.

Comment l’éviter : Avant d’acheter le véhicule, il est recommandé de faire entretenir la voiture (ou une autre) par un mécanicien ou un garage. Si le vendeur refuse, alors il doit avoir des choses à cacher.

A voir aussi :
Les résultats du contre-interrogatoire demandé par la ville de Paris devraient être…

L’usurpation d’identité

La « supplantación de identidad », en espagnol, peut survenir lors de la recherche d’un logement ou même d’une offre d’emploi. L’escroc se fait passer pour un propriétaire, une agence immobilière ou un employeur, et demande ses informations personnelles et parfois même ses coordonnées bancaires, avant de disparaître. Autant de choses utiles pour faire des achats aux dépens de leur victime.

Comment l’éviter : ne confiez vos coordonnées bancaires à personne ni à aucun site Internet. Mais aussi, se méfier d’une personne qui réclame une quantité démesurée d’informations, sans le supposé contrat de travail ou le domicile non encore visité, est également indispensable.

À Lire  Vienne : bataille juridique le long d'une route de campagne

A voir aussi :
Il n’y a jamais de bon moment pour avoir un évier bouché.…

L’escroquerie des pros de la réparation

Cette arnaque implique un professionnel de la réparation, électricien ou plombier par exemple. Appelé par une annonce sur Internet, par exemple, il examine le problème et se rend compte qu’il doit acheter une pièce pour effectuer la réparation. Une fois que l’argent de la pièce est entre ses mains, il part mais ne l’achètera pas et ne reviendra pas.

Comment l’éviter : faites appel à un professionnel de confiance, connu ou recommandé par des proches. Aussi, ne payez pas avant que la réparation ne soit effectuée.

La fausse charité

Il est difficile de donner régulièrement. Les fausses escroqueries caritatives ou « estafas de caridad » sont courantes et abusent de la solidarité de leurs victimes. Les fonds collectés pour une cause caritative ne sont alors rien d’autre que de l’argent qui leur appartient. Et puis l’association supposée disparaît.

Comment l’éviter : vérifier l’existence d’associations ou d’organisations. Ne pas avoir de site internet, d’article de presse ou de présence sur les réseaux sociaux sont autant d’éléments suspects.

Les annonces d’emploi avec des transactions

La « banque mulero » est un peu délicate. Il implique lui-même sa victime dans la fraude. Tout commence par une offre d’emploi. C’est l’idéal : seulement une heure ou deux de travail, depuis chez soi, et de l’argent payé le jour même à la clé. Il est simple de recevoir une somme d’argent sur son propre compte, et de la restituer à un autre, en gardant un pourcentage de cette somme.

Mais en réalité, les escrocs ont d’abord volé les informations bancaires d’une autre personne, et vidé son compte bancaire en le transférant à la deuxième victime, appelée « mule bancaire ». Cette technique permet d’effacer la trace des escrocs, le mulet en question étant le premier accusé. Cette seconde victime devra donc, au minimum, rembourser la somme totale d’argent qu’elle est donc elle-même accusée d’avoir volé.

Comment l’éviter : Ne vous fiez pas aux offres d’emploi basées sur les transactions bancaires.

A lire aussi : 5 erreurs à ne pas commettre lors de la recherche d’un logement à Barcelone