Les boutiques CBD de Cherbourg-en-Cotentin craignent de fermer

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée, Sara vous présente les nouveaux faits d'actualité 

Beaucoup d’incertitude. Depuis l’arrêté du 31 janvier 2021, le catalogue des magasins CBD est moins étoffé. En cause, il est désormais illégal de vendre ou de consommer des fleurs et des feuilles de cannabidiol, une molécule non psychotrope du cannabis. Cette annonce place les plus de 2.000 magasins qui ont ouvert en France ces dernières années, comme à Cherbourg-en-Cotentin, dans une situation délicate. Dans le centre-ville, il y en a cinq. Les fleurs et les feuilles représentent l’essentiel de leur chiffre d’affaires.

Des craintes pour leur avenir et leur boutique

Dans la boutique de Marylène Letourneur, il est toujours possible d’en acheter : « Je résiste, car on n’accepte pas ce décret. Du jour au lendemain, le CBD devient un super produit, alors qu’il ne l’est pas. D’ailleurs, il est partout légal en Europe. Lire aussi : CBD à la campagne : « Les personnes âgées voulaient organiser un après-midi tisane ». », crie la commerçante derrière ses pots, remplis de « cups » de CBD. La quadragénaire termine actuellement ses approvisionnements, mais elle craint pour son avenir et celui de son collègue qui travaille avec elle. « Il y aura au moins 2 000 chômeurs en France, mais je sais que 1 600 magasins ont décidé de se battre. »

Une colère que la commerçante ressent aussi avec ses clients. Le CBD est utilisé pour la plupart d’entre eux comme sédatif contre le stress et la douleur. Désormais, seuls les produits transformés peuvent être vendus, comme l’huile par exemple, qui est plus chère que les fleurs et les feuilles. Ce produit ne représente qu’une petite partie des ventes d’un magasin.

À Lire  Cannabidiol ou CBD : 8 questions sur cette molécule active

Nous sommes dans l’intérêt public, je pense. Quiconque veut arrêter de consommer du cannabis illégal peut facilement le faire avec le CBD. Ça calme, ça calme, on a des résultats pour arrêter les somnifères, les anxiolytiques, les antidépresseurs. La plante est capable de restaurer vos cannabinoïdes. Nos clients sont très concernés – Marylène Letourneur gérante d’un magasin CBD à Cherbourg-en-Cotentin

Conseil constitutionnel sur la CDB : arrêt Schrödinger
Lire aussi :
Le Conseil constitutionnel vient de rendre sa décision après les contestations présentées…

« ça ne sert à rien que je reste des journées entières »

"ça ne sert à rien que je reste des journées entières"

Les gérants de magasins CBD s’en remettent fortement au Conseil d’État. La plus haute juridiction a reçu vendredi 14 janvier des représentants du secteur. Il devrait se positionner « en semaine » et pouvoir violer le décret gouvernemental. Pour Nicolas Lerossignol c’est une histoire de « lobbies ». De Cherbourgeois a ouvert sa boutique il y a deux ans. Il ne résiste pas. Depuis l’interdiction de vente, la porte est moins ouverte, faute de clients. « Je suis là, mais ça ne sert à rien de rester toute la journée à regarder la pluie. »

Les commerçants se disent confiants mais savent qu’ils devront peut-être se recycler si le décret est appliqué. « Si nous ne pouvons plus vendre de CBD, je ferai autre chose. Nous n’avons pas le choix. » Nicolas Lerossignol installe également une cuisine dans sa boutique, initialement prévue pour développer son activité dans le QCA. « Je vais vendre de la nourriture, on verra », dit-il.

A quoi sert l'UPCD : Entretien avec Charles Morel
Lire aussi :
L’Union des Professionnels du CBD est une association loi 1901 dont l’objectif…