Les jeunes vivant en Guinée sont parmi les plus touchés par les effets de la météo

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Communiqué de presse

559 millions d’enfants sont actuellement exposés à des vagues de chaleur fréquentes et d’ici 2050, les 2,02 milliards d’enfants de la planète seront touchés. A voir aussi : Les habitudes alimentaires des Sénégalais au menu d’un meeting à Dakar.

CONAKRY/NEW YORK, 25 octobre 2022 – Selon une nouvelle étude de l’UNICEF, 559 millions d’enfants sont actuellement exposés à des vagues de chaleur régulières*, tandis que 624 millions d’enfants sont confrontés à l’un des trois autres indicateurs spécifiques à la chaleur élevée : les vagues de chaleur prolongées de haute intensité ou des températures extrêmement élevées.

Alors que les hémisphères nord et sud ont enregistré des températures record cette année, le rapport L’année la plus froide de leur repos : protéger les enfants des effets de plus en plus graves des vagues de chaleur met en lumière les effets de ces phénomènes sur les enfants et montre qu’en seulement trois décennies, même à les plus bas niveaux de réchauffement climatique, les enfants du monde entier seront inévitablement exposés plus régulièrement aux vagues de chaleur.

Le rapport estime que d’ici 2050, l’ensemble des 2,02 milliards d’enfants dans le monde seront touchés par des vagues de chaleur de plus en plus fréquentes, que ce soit dans le cadre d’un « scénario à faibles émissions de gaz à effet de serre » avec un réchauffement climatique de 1,7°C ou d’un « scénario à très fortes émissions ». avec un réchauffement climatique de 2,4°C d’ici 2050.

« Le mercure augmente, avec des impacts de plus en plus graves sur les enfants », a déclaré la Directrice générale de l’UNICEF, Catherine Russell. « Un enfant sur trois vit déjà dans des pays où les températures sont extrêmement élevées, et près d’un enfant sur quatre est souvent exposé à des vagues de chaleur. Mais la situation ne fera qu’empirer. Dans les trente prochaines années, de plus en plus d’enfants vivront plus longtemps, plus intenses et être frappés par des vagues de chaleur plus fréquentes qui mettent leur santé et leur bien-être en danger. L’ampleur des conséquences de ces changements dépendra des mesures que nous prendrons maintenant. À tout le moins, les gouvernements doivent agir de toute urgence pour lutter contre la le réchauffement en le limitant à 1,5°C et en doublant les financements d’adaptation d’ici 2025. C’est le seul moyen de sauver la vie des enfants et de préserver leur avenir ainsi que celui de la planète. »

Les jeunes vivant en République de Guinée sont parmi les plus exposés aux effets du changement climatique : une situation qui menace leur santé, leur éducation et leur sécurité, et les expose au risque de contracter des maladies mortelles. En Guinée, 55,5% de la population a moins de 20 ans**. L’UNICEF s’engage à aider la jeunesse guinéenne à agir pour protéger son avenir et la planète en lui donnant une voix plus forte et en l’encourageant à participer à la lutte contre le changement climatique et à la préservation de l’environnement.

À Lire  Aide sociale : Banque Alimentaire : inauguration de l'unité de transformation de fruits et légumes

Oumou Hawa Diallo, une Guinéenne de 22 ans, membre de l’Initiative Jeunes Voix du Sahel et cofondatrice de l’ONG Agir contre le changement climatique s’est exprimée dans le reportage L’année la plus froide du reste de sa vie. Elle a précisé que « le manque d’eau pendant les périodes de sécheresse provoque la destruction des cultures, ce qui se traduit par la malnutrition des enfants. Trois enfants de moins de cinq ans sur dix souffrent de malnutrition chronique en Guinée, soit environ 750 000 enfants. les incendies et la déforestation excessive poussent les gens à chercher de nouvelles terres, de nouveaux toits, mais aussi de nouvelles sources de revenus, ce qui génère des tensions générales, dont les enfants sont les premières victimes. »

Oumou insiste sur l’importance de l’éducation climatique et de l’implication des jeunes comme acteurs de la lutte contre le changement climatique : « Nous devons éduquer les générations actuelles, qui ont le devoir de léguer un patrimoine environnemental sain, uniquement aux générations futures. Nous continuons plaider pour l’introduction de l’éducation environnementale dans le système scolaire. Ce qui n’accélère pas notre réponse au changement climatique, c’est le fait que les jeunes ont été pris comme bénéficiaires des initiatives environnementales. Mais nous, les jeunes, nous sommes proactifs. Nous sommes créatifs, nous peuvent s’asseoir autour de la table sur l’élaboration de la politique sur le changement climatique, la mise en œuvre de cette politique et le suivi avec nos dirigeants et partenaires au développement. »

En 2021, l’UNICEF a classé les pays en fonction du degré d’exposition et de vulnérabilité des enfants aux chocs climatiques et environnementaux, la Guinée occupant la quatrième place. Ce rapport, The Climate Crisis is a Child Rights Crisis: Introducing the Children’s Climate Risk Index, est la première analyse détaillée de ces risques à travers le prisme des jeunes. Selon ce rapport, les enfants guinéens sont particulièrement exposés à la pollution de l’air et des eaux côtières.

L’UNICEF appelle les gouvernements à :

#####

Regardez la vidéo d’Oumou Hawa Diallo ici.

À Lire  De nouvelles coalitions annoncées lors du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires pour élargir l'accès à une alimentation saine grâce à des systèmes alimentaires durables

Télécharger le rapport L’année la plus froide du reste de leur vie : protéger les enfants des effets grandissants des vagues de chaleur.

Ce rapport fait suite à la publication par l’UNICEF de l’Indice de risque climatique pour les enfants (CCRI) en 2021, accessible ici.

Téléchargez du contenu multimédia ici et ici.

100 jeunes des pays du Sahel se réunissent pour discuter du changement climatique et s’engager activement à façonner un avenir meilleur. Le Sahel rassemble plus de 230 millions de jeunes de moins de 24 ans. Malgré les défis auxquels ils sont confrontés, ces jeunes ont des droits, des espoirs et des rêves.

Canicule : Toute période d’au moins trois jours pendant laquelle la température maximale quotidienne se situe dans le 90e centile de la moyenne locale sur 15 jours.

Vagues de chaleur fréquentes : Présence d’au moins 4,5 vagues de chaleur en moyenne par an.

Canicules de longue durée : épisodes d’une durée moyenne d’au moins 4,7 jours.

Canicules de forte intensité : épisodes où la température moyenne est supérieure d’au moins 2°C à la moyenne locale sur 15 jours.

Températures extrêmement élevées : lorsque les températures enregistrées sont supérieures à 35°C pendant au moins 83,54 jours par an.

Scénario 1 en 2050 : « scénario de faibles émissions de gaz à effet de serre » avec un réchauffement climatique estimé à 1,7°C d’ici 2050. Utilisé dans la modélisation climatique, ce scénario est désigné par le GIEC comme « SSP1 ».

Scénario 2 en 2050 : « scénario de très fortes émissions de gaz à effet de serre » avec un réchauffement climatique estimé à 2,4°C d’ici 2050. Utilisé en modélisation climatique, ce scénario est désigné par le GIEC comme « SSP5 ».

L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires à travers le monde avec nos partenaires pour concrétiser cet engagement, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, au profit de tous les enfants, partout.

Suivez UNICEF Guinée sur Twitter – Facebook – Instagram

Pour plus d’information veuillez contacter:

Sibylle Catherine Desjardins, UNICEF Guinée

2036 : Chacun ajuste son menu dans les rayons des supermarchés
Ceci pourrez vous intéresser :
Avec L’économiste Du sain et du durable Des régimes radicaux inefficaces pour…

Articles similaires

Culpabilité, compensation : plus de la moitié des Françaises souffraient de déséquilibres alimentaires
Lire aussi :
Publié le 02/06/2022 à 06:00Passer à côté, compter les calories, culpabiliser après…