Les Parisiens voient les prix de la copropriété monter en flèche…

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Au cours de l’année, les dépenses des propriétaires n’ont cessé de croître. L’Observatoire, outil d’analyse des coûts développé par la Fnaim, annonce sa 10e extension. Les investisseurs en immobilier locatif sont alors séparés. Alors que certains voient cette hausse comme encourageante, d’autres en sont repoussés.

En 2021, la Fédération nationale de l’immobilier revoit la répartition des investissements dans ce secteur. L’enquête est réalisée sur 103 899 lots parisiens, soit 3 724 bâtiments. Ensuite, la Fnaim a enregistré une « petite hausse » de l’indice. Cette augmentation représente une amélioration significative des résultats en période d’inflation. Cependant, l’Observatoire insiste sur le fait que le nombre est le même que celui publié en 2019.

Facteur de cette flambée, c’est le prix de l’énergie qui connaît la hausse la plus importante. A cela s’ajoute le coût de l’épargne, qui augmente le risque. Le coût de l’assurance est responsable de cette augmentation.

Les évolutions des charges de copropriété

L’Observatoire, dans sa 10e session en 2021, confirme la hausse des revenus de copropriété. En effet, la taxe foncière vient s’ajouter aux charges payées par le propriétaire et au remboursement du prêt. Cela nécessite une supposition éclairée avant de choisir ce style. Lire aussi : Quelles sont les particularités du monte-escalier ?. Malgré le fait que l’expansion semble n’en être qu’à ses débuts, la Fnaim rassure les clients. En effet, selon l’organisme, ces chiffres sont similaires à la baisse constatée en 2019.

En 2020, l’indice est à 91,26 contre 97,55 en 2021, soit une baisse de 6,86%. De plus, le rapport entre les emplois et les revenus à Paris est de 1,96 euro en 2020 contre 1,62 euro pour 2021. La Fnaim indique également que ces coûts liés aux investissements vont augmenter au cours des prochaines années.

À Lire  Lanvallay : renforcement de la partie espaces verts

Comme le confirme le vice-président de la Fnaim du Grand Paris, Olivier Princivalle :

Lire aussi :
Plus de 13 000 m2, près de 1 600 postes de travail,…

Les responsables de cette augmentation

Première raison, l’accès à l’énergie coûte cher. Le coût du chauffage et du combustible a augmenté de 19,18 % en un an. Si en 2020 le prix par lot était de 367,41 euros, en 2021 le prix est de 437,88 euros. L’augmentation des coûts du gaz et de l’électricité oblige les copropriétaires à chauffer leurs logements ensemble.

Une autre raison est le coût de la maintenance, qui devient de plus en plus cher. Le coût le plus cher est l’entretien des ascenseurs, qui est de +11,1 %. L’eau progresse cependant légèrement avec une hausse de 7,6 %. Selon l’étude, ces économies de coûts représentent un fardeau important pour les propriétaires de coopératives.

Dernière chose, la hausse du coût de l’assurance des biens par an. En raison de la hausse des coûts, de nombreuses compagnies d’assurance augmentent leurs prestations. Cela ajoute une autre dimension à la structure de propriété. Bref, investir dans des immeubles locatifs présente un effet dissuasif pour les acheteurs.

Immobilier : vous vendez comment fixer le juste prix
Voir l’article :
Comment calculer sur un prix ? Dans ce cas, nous effectuerons simplement…