Les sujets de CAP Cuisine font polémique

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Les candidats au CAP Cuisine avaient cette année un burger et des frites comme sujet d’examen. De quoi embêter les restaurateurs français…

Mobilisation dans l’Ain, à Ambérieu-en-Bugey avec chefs et restaurateurs. Le sujet national de la cuisine CAP suscite la colère.

CAP Cuisine : « Un burger avec du pain industriel « 

CAP Cuisine : "Un burger avec du pain industriel "

Les chefs de restaurant se réunissent à Ambérieu-en-Bugey, dans l’Ain, explique David Lacrepiniere, fondateur de l’Association « Picorez dans l’Ain », organisateur de la mobilisation. « Ils en ont marre de ce que nous proposons aujourd’hui comme sujets d’examens à nos apprentis, explique-t-il. En matière de CAP, cette année, nous avons eu un burger et des frites. Ceci pourrez vous intéresser : Saucisse de Bretagne. On peut faire un burger gastronomique, il n’y a pas de problème. Mais ce n’est pas ce qu’on attend d’un CAP. »

« Un burger avec du pain industriel et de la mayonnaise toute faite, ce n’est pas ce que les chefs attendent d’une PAC », souligne-t-il. Que disent les organisateurs de cet événement ? « Pour le moment, nous n’avons pas de réponse. Nous n’interrogeons aucun restaurateur ni aucune école hôtelière par rapport à cela. C’est vraiment un sujet qui nous vient du ministère et de l’académie, et qui ne correspond en rien aux attentes. des restaurateurs. »

Voir l’article :
Tout le monde veut vivre plus longtemps. On nous dit que pour…

CAP Cuisine : « On défend le bleu blanc rouge »

CAP Cuisine : "On défend le bleu blanc rouge"

« Depuis une dizaine d’années, il y a une régression des matières d’examen par rapport à des jeunes pourtant passionnés et qui attendent autre chose, estime David Lacrepinière. Surtout dans un département où on a des volailles de Bresse que l’on connaît tous, de la crème et des morilles. . On nous propose ce sujet d’examen, les restaurateurs ne peuvent pas accepter cela dans un département comme le nôtre. »

« Nous défendons le bleu blanc rouge. La gastronomie est l’aboutissement de nos producteurs, rappelle-t-il. Nous sommes en train de mondialiser la restauration française. Les restaurateurs ressentent cela comme une atteinte à leur métier. Aujourd’hui, nous avons des jeunes passionnés. Malheureusement, le métier de cuisinier a trop souvent été mis de côté. L’éducation nationale a vraiment poussé les jeunes à aller au bac. Nous avons tellement de jeunes qui voudraient sortir après la 3e. On a pu les former, et malgré tout, on les bloque . »

Retrouvez « The Morning Phone Call » tous les jours à 7h15 dans la Radio Grand Matin Sud avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter « l’appel du matin »

Lire aussi :
Classé sous : SantéSujet : Récompenses et prix, /PRNewswire/ — L’initiative de collaboration numérique en…

À Lire  Yoann Stuck : "Le Challenge UT4M 160 est un beau challenge managérial !"