Les vaccins sont plus populaires que jamais chez les jeunes

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Fillers, Botox, chirurgies mineures : les procédures cosmétiques gagnent en popularité ces dernières années, avec une demande en hausse depuis l’avènement des réseaux sociaux.

• A lire aussi : Opérations esthétiques en Tunisie : « Je pensais mourir dans l’avion, j’avais tellement mal »

• A lire aussi : Chirurgie esthétique : finissons-en !

• À lire aussi : Difficile de gagner en justice pour opération « ratée »

« Les procédures esthétiques sont de plus en plus accessibles et de plus en plus normalisées dans la population. On part de la jeune femme qui est à la fin de l’adolescence, au début de l’âge adulte, jusqu’à la dame qui a 85-86 ans. Cependant, chacun poursuivra un objectif différent », explique Dre Clode Lessard, médecin spécialiste et diplômée en esthétique.

Que ce soit pour faire disparaître un complexe, embellir une partie du visage ou subir une cure de rajeunissement, les motifs de consultation sont multiples.

Il est également beaucoup plus facile qu’auparavant d’utiliser ce type de service. Il est maintenant possible de se faire faire une manucure et une injection au même endroit pour une centaine de dollars.

« Notre objectif est toujours dans le naturel et de bien conseiller ce service car, vous savez, tout le monde ne peut pas y faire appel. Il y a aussi des risques, il est donc réel d’enseigner à travers ceux-ci. Pas trop jeune non plus », précise Elsa Marois, copropriétaire du salon de beauté Les Sublimes.

C’est vrai qu’il y a de plus en plus de jeunes qui veulent bénéficier de ce genre de traitement.

A la clinique du Dr. Lessard, il y a un certain inconfort à traiter les patients de moins de 18 ans. Il n’est pas rare que nous soyons obligés de les refuser.

À Lire  Détox : 5 infusions pour se remettre des excès des fêtes de fin d'année

« Par exemple, ça pourrait être les petites télangiectasies, qui sont des petits vaisseaux sanguins éclatés, il pourrait arriver qu’on les fasse avec l’accord des parents. Par contre, pour les patients qui veulent se refaire les lèvres, on ne se sent pas à l’aise de le faire ici », dit-elle.

« Nous ne pulvérisons pas les moins de 18 ans. Ce n’est pas recommandé et on va vraiment évaluer s’il y a un réel besoin parce qu’il y a d’autres traitements ou produits vers lesquels on peut s’orienter », ajoute encore Mme Marois.

A l’inverse, certaines cliniques tentent d’attirer un public plus jeune avec des offres attractives.

« Les étudiants de 18 ans et moins bénéficient toujours d’un rabais de 10 % » sur les traitements tels que le photorajeunissement, les soins du visage ou les traitements avec des équipements spécialisés. C’est sur le site Web de l’un d’eux que la publicité.

Comme la concurrence est grande au milieu, il est facile de se perdre.

« C’est triste parce que parfois on voit des gens qui exagèrent vraiment qu’ils le regrettent ou qu’ils ont des anomalies qui sont arrivées à cause de ça, donc c’est important de choisir le lieu », explique l’autre copropriétaire des Sublimes, Annick Aganier.

La plupart des interventions mineures disparaissent au bout de 4 mois, mais attention, certaines sont permanentes, tout comme les complications.

Avez-vous des informations sur cette histoire à partager avec nous?

Avez-vous un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs ?

Écrivez-nous ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.