L’Europe du Sud est prisée des investisseurs français

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Selon une étude Poll & Roll pour Masteos, start-up spécialisée dans l’investissement locatif clé en main, l’Espagne est le pays européen le plus prisé par les Français pour investir dans une résidence secondaire ou principale (44%).

» LIRE AUSSI – Immobilier : notre liste de villes où investir en 2021

Plus d’un Français sur deux (55%) souhaiterait investir dans l’immobilier hors de France. 21% des sondés souhaitent investir dans la location en Europe, 30% achètent leur résidence principale à l’étranger et 49% achètent une résidence secondaire dans un pays européen. « La frontière entre un investissement en résidence secondaire et un investissement locatif est très floue. Les Français louent souvent leur résidence secondaire pendant plusieurs mois, il s’agit donc d’un investissement caché pour le loyer », explique Thierry Vignal, PDG et co-fondateur de Masteos.

Un Parisien sur deux souhaite investir dans une location en Espagne d’ici 5 ans. Quant aux habitants des régions du sud-ouest et du sud-est, ils se répartissent entre l’Espagne et le Portugal en raison de la grande proximité géographique des deux pays. L’Espagne représente donc moins de 10% de ceux qui souhaitent investir dans la location en Europe.

L’Ukraine, pays d’Europe le plus rentable

Le Portugal est le deuxième pays européen le plus populaire auprès des Français (36%). Après Barcelone (31%), Lisbonne est selon eux la ville européenne la plus performante (22%). Porto (19%), Valence (13%) et enfin Rome (11%) et Madrid (11%). Ces pays du sud de l’Europe se développent parce que les Français sont avides d' »exotisme ». C’est l’héliotropisme. Lire aussi : Banque. Liquidité du Crédit Mutuel. Quitte à faire un investissement locatif, ils ont envie de le faire dans un endroit où ils se voient vivre à la retraite plus tard, de préférence au soleil », analyse Thierry Vignal.

À Lire  Dubaï, un Eldorado pour le Bitcoin ? Le roi des crypto-monnaies devient public

Selon Thierry Vignal, la rentabilité moyenne reste légèrement plus intéressante en Espagne qu’en France : 5% en France contre 6% en Espagne. Au Portugal, le taux de rendement moyen est moins intéressant : « 3,4 % et la France emprunte à taux fixe, alors que le Portugal prête à taux variable. Les demandes de contribution sont aussi plus élevées », prévient Thierry Vignal.

Pour un bien immobilier estimé à 100 000 €, la banque portugaise finance en moyenne 72 % du bien (hors frais de transaction, d’agences, de mutation, etc.) et demande un apport personnel de 28 000 €, selon Masteos, et la banque espagnole finance une moyenne de 67,5 % et nécessite 32 500 EUR de contribution propre. A l’inverse, pour un bien évalué au même montant, la banque française finance en moyenne 87,5% et demande un apport de 12 500 € à l’investisseur. De plus, « les pays les plus populaires ne sont pas forcément les plus rentables ». L’Ukraine est le pays européen le plus rentable, avec par exemple un rendement de 10-11 % à Kiev », note le fondateur de Masteos.

Lire aussi :
Ce vendredi 11 novembre, Claire Balva, experte indépendante des cryptomonnaies, a évoqué…

De nombreux freins à l’investissement

Néanmoins, même si les Français sont prêts à investir à l’étranger, ils se heurtent à de nombreux obstacles : manque de ressources financières les empêchant de solliciter un prêt (34 %) ou méconnaissance du droit local (22 %) ou mauvaise connaissance de la langue du pays ( 20 %). 21% des Français n’ont pas les informations pour savoir vers quel prestataire se tourner pour les accompagner dans cette démarche (agence immobilière, banque, etc. Sur le même sujet : Wanted, le fondateur de la crypto-monnaie Terra affirme qu’il n’est pas en fuite.).

À Lire  Les prix des nouveaux bâtiments ont été évalués

Pour les femmes, le critère économique est encore plus important que pour les hommes. Quel que soit l’âge ou la région de résidence, l’aspect financier et la crise actuelle sont des freins indéniables pour passer à l’action et investir à l’étranger, notamment pour les habitants du Sud-Ouest (42%). « Nous regrettons l’absence d’unification des systèmes bancaires européens à des fins de financement transfrontalier », déplore Thierry Vignal. Les prêts bancaires varient selon les pays.

La Banque de France prévoit une croissance "légèrement positive" au troisième trimestre
A voir aussi :
Selon l’institution, « l’activité continue de résister » dans un environnement difficile en raison…