L’inquiétude grandit quant à d’éventuelles pénuries de médicaments dans les pharmacies

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Certains médicaments manquent dans les pharmacies françaises. Le phénomène s’aggrave, frappant désormais certains antibiotiques et nécessitant des mesures d’urgence de la part des autorités sanitaires. Mais pour certains observateurs, c’est trop tard et pas assez.

Ce qu’il faut savoir sur Ozempic, le médicament contre le diabète amaigrissant qui fait le buzz sur TikTok

« Aujourd’hui, une pénurie d’antibiotiques indispensables arrive dans nos pays », a tweeté jeudi soir le pédiatre Rémi Salomon, président de la commission médicale fondatrice de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

Principalement affecté : amoxicilline. Ce médicament est de loin le principal antibiotique prescrit aux enfants en France pour combattre un certain nombre d’infections bactériennes, comme certaines otites et les pneumonies. Or, la forme la plus couramment utilisée par les enfants connaît actuellement « de fortes pressions d’approvisionnement », a indiqué l’agence nationale du médicament ANSM ce vendredi 18 novembre, pointant une situation qui pourrait durer jusqu’en mars.

Rationnement

Il peut donc être difficile de trouver ce traitement en pharmacie, mais ce phénomène ne se limite pas à la France puisqu’il touche la plupart des pays européens, les Etats-Unis et le Canada. Ceci pourrez vous intéresser : Vacances : les 3 huiles essentielles qui doivent soigner les maux de l’été.

Selon les autorités sanitaires, on constate une augmentation de la demande après plusieurs années marquées par la crise du Covid et plusieurs restrictions sanitaires qui ont réduit la propagation de plusieurs maladies. « Les stocks n’étaient pas au niveau habituel » et « les chaînes de production doivent être redémarrées », a précisé l’ANSM lors de la conférence de presse.

« Drogues : le profit de la rareté », Perversion pharmaceutique

À Lire  Santé. Mois sans tabac : quelques conseils d'une équipe de toxicomanes pour arrêter de fumer

En conséquence, les autorités ont pris un certain nombre de mesures d’urgence, dont le rationnement, qui limite la quantité que chaque pharmacie peut commander. Ils ont également exhorté les médecins et les patients à n’utiliser ces antibiotiques qu’en cas de nécessité : par exemple, ils ne s’intéressent pas à la bronchiolite en pleine épidémie.

A voir aussi :
Bien que les services soient confrontés à des tensions sans précédent depuis…

Inflation et flambée des tensions géopolitiques

Cette menace de pénurie s’inscrit dans un contexte plus large où les autorités ont déjà été contraintes de sévir contre l’usage de certains médicaments ces derniers mois.

Le cas le plus emblématique, le paracétamol, l’analgésique omniprésent dans la salle de bain. Les autorités ont conseillé aux pharmaciens de ne pas vendre plus de deux boîtes par patient, malgré les assurances des fabricants qu’il n’y aura pas de pénurie.

« Big Pharma, laboratoires omnipotents », horreur pharmaceutique

Les inquiétudes concernant le déficit, cependant, s’étendent bien au-delà des derniers mois, bien que la situation ait pu s’aggraver dans un contexte de hausse de l’inflation et de tensions géopolitiques liées à la guerre en Ukraine. « Depuis 2008, la situation de rupture de stocks et de tensions d’approvisionnement en France, ainsi qu’aux USA et dans d’autres pays du monde, a progressé de manière alarmante », notait déjà en 2019 le lobbyiste français du secteur Leem.

A cet égard, tous les observateurs ne sont pas convaincus par les mesures annoncées ce vendredi, certains jugeant inapproprié d’exiger autant de responsabilité des patients et des médecins.

À Lire  Dans l'Eure, quartier à faible densité médicale, les urgences s'organisent pour ne pas être débordés

Comment consulter un dentiste en urgence pendant le confinement ?
A voir aussi :
Antoine Terrel 17 h 20, le 20 avril 2020, modifié à Pourquoi…

Relocaliser la production en France ?

De telles déclarations « ne s’attaquent pas aux causes structurelles », a estimé l’Observatoire pour la transparence des politiques du médicament dans un communiqué, regrettant les mesures « tardives » et le manque de réactivité des autorités face à la situation « apparente ».

Cette organisation, illustrée à gauche, appelle à une délocalisation massive de la production de drogue en France, alors que son explosion dans plusieurs pays contribue aux problèmes d’approvisionnement.

De son côté, le gouvernement souligne que plusieurs incitations financières ont déjà été mises en place pour inciter les industriels pharmaceutiques à ramener leur production en France. Il souligne également que la loi a récemment renforcé les obligations des industriels en cas de pénurie, les obligeant à constituer des stocks minimaux de certains traitements.

Mais pour l’amoxicilline, dont certaines matières premières sont produites hors d’Europe, ces obligations ne peuvent « qu’en prendre un coup », selon l’ANSM. « Dans ce cas, ce n’est pas suffisant pour éviter le risque de déchirure », a reconnu vendredi l’agence.

Dix façons de rajeunir
A voir aussi :
publié hier à 17h21, mise à jour hier à 17h25. 1- Les…