Location de trottinettes électriques en libre-service en France : aperçu du marché

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

De plus en plus d’applications de location de trottinettes électriques en libre-service apparaissent sur le marché français, notamment en milieu urbain. Etat des lieux de ce marché qui concurrence les trottinettes électriques, les vélos électriques et même les voitures partagées.

Cet article est issu du travail de stratégie d’extension de marque réalisé avec Clément Canaux dans le cadre du cours Marketing et communication de marque enseigné par Eleni Mouratido en première année de Master Communication éditoriale mention Multimédia à l’Université de Paris Nanterre.

Les différents services et applications

Comme de nombreux pays occidentaux, la France est depuis plusieurs années un territoire propice à l’installation et au développement des transports électriques en libre-service, notamment dans les grandes villes. Sur le même sujet : Bien vendre sa voiture.

En effet, il n’y a pas moins de quatre compagnies différentes à Paris : Cityscoot, Yego, Lime et Cooltra. Pour se démarquer, chacun a une stratégie spécifique et différente. Cityscoot a été le premier à poser ses valises dans la capitale française. En effet, cette société française propose ses trottinettes à Paris depuis 2016. Ce n’est pas la seule ville dans laquelle il se trouve. Des villes comme Bordeaux, Nice ou Milan en profitent également. Désormais, la société Cityscoot compte près de 4 000 scooters en libre-service à Paris et dans certaines villes de petite couronne. Un nombre impressionnant qui permet donc de couvrir une plus grande surface tout en répondant à une forte demande.

Fondée à Barcelone en 2016 par des entrepreneurs français, Yego est également bien implantée à Paris. Cette marque débarque à Paris en juin 2021. Il loue 1 000 scooters et vise à doubler ce nombre d’ici la fin de 2022. Cette entreprise se caractérise également par son style de véhicule très particulier. En effet, l’entreprise a fait confiance à une autre société française : Pink Mobility et son modèle de scooter Pink Style (50 cm3). Ce sont donc des scooters de style « Vespa » qui sont mis à la disposition des citoyens. Un atout de charme considérable pour se démarquer de la concurrence et ainsi surfer sur tous les fantasmes (Italie, romantisme, balade, liberté, etc.).

Cooltra est né à Barcelone comme son concurrent Yego, mais dix ans plus tôt. Mais ce n’est que récemment que l’entreprise s’est installée à Paris. Les scooters de la marque sont arrivés en juin 2022.

Contrairement à Yego qui joue sur l’aspect vintage, Cooltra est ancré dans une approche plus futuriste, avec des véhicules au design sobre et urbain. L’entreprise s’est tournée vers le fabricant italien Askoll pour produire ces scooters. Environ 2 000 trottinettes sont disponibles dans et autour de Paris (Levallois-Perret) depuis septembre 2021.

À Lire  BMW R 45 1979 à 3995€ sur VITROLLES - Occasion

Tarifs et mode d’utilisation

Cityscoot 

Téléchargez l’application Cityscoot, recherchez et réservez votre scooter et démarrez-le directement avec un code reçu. Le client dispose de 10 minutes pour l’utiliser et déverrouiller le scooter. Un casque homologué est disponible dans la selle. Scooter toujours chargé, assurance moto électrique tous risques.

En termes de tarification, Cityscoot fonctionne sur une base forfaitaire. Le tarif de base est de 0,39 cents par minute. Pour les utilisateurs intensifs du service, il existe des forfaits plus avantageux :

Yego

Téléchargez l’application Ego Mobility, recherchez et réservez votre scooter et lancez-le directement depuis l’application. Le smartphone joue donc un rôle clé. Le service comprend deux casques, une assurance et une batterie suffisante pour un trajet moyen à Paris.

Prix ​​: 36 centimes la minute. Soit 5,4 euros pour un trajet de 15 minutes soit 9 euros pour un trajet de 25 minutes.

Cooltra

Application Cooltra, l’utilisateur réserve le scooter et dispose de 15 minutes gratuites pour y accéder. Une fois la trottinette retrouvée, il faut déverrouiller la trottinette depuis l’application et cliquer sur « Casque » pour accéder aux 2 casques disponibles (M et L). À la fin du trajet, l’utilisateur doit télécharger une photo du scooter, certifiant que le scooter est bien garé et en bon état.

Tarifs : Cooltra propose différents tarifs ainsi que différents pass. L’utilisation classique d’un scooter coûte 0,31 cents la minute. Pour le même service avec Assurance Plus, il en coûte 0,34 cents par minute.

Sécheresse : combien d'eau consomment les piscines privées ?
Ceci pourrez vous intéresser :
Alors que les piscines privées sont très appréciées des particuliers, leur possible…

Les dernières actualités du marché de la location de scooter électrique en libre-service

Lime arrête la location de scooter électrique à Paris

En décembre 2021, la start-up Lime se retire du marché parisien des scooters électriques, huit mois seulement après la création du service. Selon Les Echos, le marché est très concurrentiel et plusieurs autres entreprises se sont « précipitées hors de la capitale avec deux roues (Gobee-bike, Ofo, Mobike, Obike, Donkey Republic, Oribiky, Bolt, Coup, Voi, Flash, etc. ) ». Lime est loin d’être la seule entreprise à tenter d’entrer sur le marché.

Troopy abandonne les scooters thermiques et passe à l’électrique

En octobre 2022, Troopy a lancé une nouvelle flotte de trottinettes électriques, après avoir proposé des trottinettes thermiques depuis son arrivée à Paris. Si les scooters thermiques étaient adaptés pour le périphérique parisien et pour plus d’accélération, ils sont désormais trop bruyants et trop polluants. D’autant que le stationnement des scooters thermiques dans la capitale est devenu payant. D’ici la fin de l’année, 1 000 scooters devraient être disponibles et les prix de location vont augmenter. C’est aussi l’occasion pour la marque de rafraîchir son identité visuelle, désormais plus douce et moins vibrante.

Cityscoot a eu besoin de recapitalisation

Fin septembre 2022, on apprend via La Tribune que Cityscoot « a annoncé sa recapitalisation avec RATP Capital Innovation et la Banque des Territoires devenant actionnaires majoritaires ». Cityscoot a déclaré qu’il changeait sa stratégie pour se concentrer sur la frugalité, visant à être rentable d’ici la fin de l’année. En juin, la société a enregistré « un exercice positif pour la première fois ».

À Lire  Le fabricant vietnamien VinFast construit son réseau en Europe

Elle veut s’adapter au marché parisien, car « depuis mai la flotte parisienne a quasiment diminué de moitié, passant de 3.600 véhicules à moins de 2.500 ». Cela a augmenté l’utilisation de 50%, mais aussi « moins d’entretien, moins de recharge, moins de casse », selon Bertrand Altmayer, le nouveau PDG de l’entreprise.

Ceci pourrez vous intéresser :
Vous envisagez de vendre votre Tesla ? Alors plusieurs choses sont importantes.…

La régulation par les autorités publiques du marché de la location de scooter électrique

La Ville de Paris précise sur son site Internet que « cinq opérateurs de scooters en liberté (Cityscoot, Cooltra, Lime, Yego et Troopy) ont reçu l’autorisation d’exploiter un total de près de 7 000 machines sur le territoire parisien et envisagent d’augmenter leur flotte pour atteindre 9 000 début 2022. » Elle a annoncé vouloir limiter à 7.500 deux-roues en free-floating dans la capitale d’ici 2023, avec « un minimum de 1.500 et un maximum de 2.500 machines par conducteur ». En 2024, l’ensemble de ces véhicules devrait pouvoir atteindre les 9 000.

Paris est aussi une ville où le marché des cyclomoteurs en libre-service est très développé, puisque « hormis Barcelone et Madrid (plus de 6 000 machines dans l’espace public en juin 2021), la plupart des villes européennes (Milan, Berlin, Rome, Bruxelles, etc. .) ont actuellement moins de 3 500 appareils en service ».

Lire aussi :
La valeur Argus d’une voiture d’occasion, déterminée par de nombreux critères, servira…

La location de scooter électrique longue durée

La location en libre-service n’est pas le seul moyen de louer un scooter électrique à Paris. En juin dernier, la marque Dance lançait un abonnement de location longue durée de trottinettes électriques. Ainsi, les abonnés ne sont pas liés à l’achat du véhicule et, contrairement au fonctionnement en libre-service, bénéficient de sa disponibilité à tout moment.

Cependant, les plans d’abonnement commencent à 149 € par mois, qui incluent la maintenance, l’assurance et l’assistance mais pas tous les accessoires. C’est assez cher, car le e-scooter en question coûte 2 600 euros neuf sans le bonus éco.

Un autre acteur du marché est impliqué depuis 2021 : ZEWAY. C’est aussi une location de scooter électrique à long terme mais avec une différence. Le service propose des stations à plusieurs endroits dans Paris où vous pouvez déposer une batterie vide pour en récupérer une pleine : vous n’avez ainsi pas à recharger vous-même la trottinette électrique. Les abonnements démarrent à 130 euros et comprennent l’accès illimité à ce réseau de stations, le kilométrage illimité, l’assurance, l’entretien, l’assistance et les réparations.

A voir aussi :
L’achat d’une voiture d’occasion représente un investissement considérable. Mieux vaut donc faire…

Sources