Lott : les promoteurs immobiliers et les constructeurs face à l’épidémie…

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

choses importantes

Face à la hausse du coût des matières premières, constructeurs et aménageurs s’arrachent les cheveux. Leurs honoraires ont augmenté de 10 à 15 %, freinés par la hausse du marché.

Mercure est chaud. Bill aussi. Et il y en a un qui est très chaud en ce moment : les nouvelles maisons. « Nous sommes confrontés à une hausse des prix, aux effets du Covid mais aussi à la guerre en Ukraine, le prix des briques a augmenté de 30%, l’acier a augmenté de 50% supplémentaires », a déclaré Bastien Lacour, gérant de LBAssion. à Pradines, un constructeur de terrain. Sans oublier le cuivre, le diesel, le bois, l’aluminium et le gaz. En général, il fait face à une augmentation des prix de 20 à 80 % de la part de ses clients. Le dirigeant est au mur : « Certaines entreprises utilisent la hausse du prix des matériaux pour augmenter les prix et signent pour créer de plus en plus cher, donc nous, à la fin de l’aujourd’hui, on ne le fera pas. Il n’y a pas d’autre d’autre choix que d’augmenter le prix de la facture, mais nos clients doivent quand même payer et ils sont eux-mêmes responsables. »

Il a été contraint de payer une augmentation de 10 à 15% de ses projets. « Nous n’avons pas de marge d’action mais nous essayons de contrôler au maximum les prix, à Lota, nous ne pouvons pas nous permettre d’augmenter le prix sinon nous savons que nous ne vendrons pas », ce n’est plus précisé. Car dans le département, la construction de nouveaux bâtiments n’est pas en retard. C’est différent. Ainsi, le gérant gère le rapport, dans les mois à venir, entre les prix de vente et les cotations de sel des artisans. « On est arrivé à une situation dangereuse, je m’inquiète pour la rentrée et l’année prochaine, le prix du mètre a augmenté jusqu’à près de 100 euros dans certaines zones et il paraît que ça va avancer », s’est-il inquiété.

À Lire  Dans quelles grandes villes belges les loyers et les prix de l'immobilier ont-ils le plus évolué en 2021 et 2022 ?

Dans la construction du 2B, à Figeac, Simon Belin, le propriétaire a l’idée que la demande ne suffira pas. « La demande est toujours forte mais vu les prix, on pense que les acquéreurs vont attendre pour construire, les demandes vont rester élevées pendant les deux prochains mois puis ça va certainement retomber », a-t-il déclaré. Il a également dû augmenter le prix de vente de 10 à 15 %. Mais il a dit qu’il n’avait pas besoin des contrats qui avaient déjà été signés.