Lumières éteintes à Bordeaux la nuit : « C’est bon pour…

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

La veille de la première pleine lune du loup, l’atmosphère générale auréolée d’un halo lumineux ne semble pas si inquiétante. Plus surprenante est la température de 13°C. Mais non…

La veille de la première pleine lune du loup, l’atmosphère générale auréolée d’un halo lumineux ne semble pas si inquiétante. Plus surprenante est la température de 13°C. Mais pas assez pour faire sortir beaucoup de monde. Seuls alors, rue Saint-Genès, nous nous retrouvons au sommet de l’heure soudainement plongés dans l’obscurité, et le hululement d’une chouette du Jardin des Dames-de-la-Foi y répond. Atmosphère!

Au détour de la rue de Ségur, nous abordons Julie qui, torche de téléphone portable en main, dit avoir l’habitude des balades nocturnes. « C’est bon pour l’écologie », a déclaré en premier lieu l’enseignante, même si elle avoue « se sentir moins en sécurité ». Un sentiment que ne partage pas Sylvain, qui remonte la rue vers la barrière, à l’arrière d’un vélo. « J’ai l’habitude de Talent, c’est même beaucoup plus sombre. Le talent est absent la nuit depuis 2018. Mais le barman, qui a le matériel pour circuler la nuit, convient qu’à pied, « ça peut être plus gênant ».

Nouvelles habitudes

Quartier Gambetta, le regard de Raweewan ne cache pas son inquiétude. Environ 300 mètres séparent son restaurant de son domicile de la rue Judaique, aujourd’hui disparu. « J’ai peur. Et le mardi, j’ai préféré dormir au restaurant, sur les chaises », raconte cette mère de famille inquiète pour les jeunes femmes. Voir l’article : Nacelle : quel usage et comment choisir ?. Or, souligne Amine Smihi, « la police municipale ne m’a transmis aucun fait dans ces secteurs et je n’ai pas non plus eu de retour notable de la police nationale ». L’adjoint au maire est responsable des réserves de sécurité pour le mois prochain le premier bilan quantitatif et comparatif avec 2022. Il n’atténue cependant pas ce sentiment d’incertitude, dont il veut croire qu’il va « s’estomper avec le temps et les nouvelles habitudes ».

À Lire  Bien-être. Remonter sur le vélo : les erreurs à éviter

Thierry David/ « SUD-OUEST »

Pauline et Marc sont, justement, pionniers ce soir. Dans les rues entre Nansouty et le Sacré-Coeur, l’étudiant en mathématiques joue le chevalier servant. « J’ai préféré raccompagner Pauline, vu le temps. Lui adressant un sourire, son camarade de classe annonce : « Quand je suis seul, je peux faire quelques détours pour rester le plus possible dans les rues éclairées. « Elle pourra encore profiter des fenêtres encore allumées, n’ayant évidemment pas intégré l’obligation de s’éteindre une heure après les avoir fermées…

Lire aussi :
Lorsque les titans d’Acadie-Bathurst ont pris la décision de signer Alexandre Lallier…