Maison connectée : sommes-nous devenus accros à la technologie ?

Photo of author
Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée, Sara vous présente les nouveaux faits d'actualité 

La facilité avec laquelle certaines tâches peuvent être accomplies grâce aux objets connectés est un avantage indéniable en matière de confort. Mais ne serait-ce pas aussi addictif ? Un journal.

A l’occasion d’un vécu d’un de ses journalistes en voyage en famille, les tendances numériques interrogent notre dépendance à la maison connectée dans un article publié le 19 mai 2022.

Tout commence par l’acte commun du coucher : « Alexa, éteins la lumière. « C’était une pratique quotidienne pour l’auteur de l’article qui a mis plusieurs secondes à se rendre compte que non, l’hôtel n’avait pas d’ampoules associées. Le geste de base consistant à se lever pour actionner l’interrupteur était pour lui obsolète, voire étrange.

Cependant, cette expérience anecdotique l’a poussé à réfléchir un peu plus sur la place que ces nouvelles technologies prennent dans notre quotidien et à mesurer l’étendue de notre dépendance.

Une réelle dépendance physique

Une réelle dépendance physique

Quand on parle de dépendance, on parle vraiment de dépendance ici. Ceci pourrez vous intéresser : Mastercard utilise la technologie Microsoft pour lutter contre la fraude par carte de crédit. Dans le passé, le téléphone fixe était un moyen de communication pratique, mais il était en grande partie tenu par nécessité. Aujourd’hui, il nous permet d’être connectés en permanence avec nos proches et le monde extérieur.

Cette connexion durable fait que la nomophobie se développe (la peur de ne pas avoir de téléphone portable à portée de main). En cas de panne de l’appareil ou de dysfonctionnement du réseau, cela crée une réaction de stress physique chez l’utilisateur, en particulier chez la jeune génération.

Mais les jeunes ne sont pas forcément les seuls concernés. Dans l’article, digitaltrends rend compte de la mésaventure de Lisa Tinti qui relate son expérience de la maison connectée dans son blog. Bien qu’elle ait acheté des caméras connectées pour sa « tranquillité d’esprit », la perte de connexion n’a fait qu’amplifier son inquiétude initiale et, au final, ce qu’elle était censée causer est devenu un sujet d’inquiétude.

Ceci pourrez vous intéresser :
Selon les dernières données de l’UIT, 57 % des femmes utilisent Internet…

Pour les plus jeunes, c’est un membre de la famille

Pour les plus jeunes, c’est un membre de la famille

Dans son article, le site mentionne un article de CNN qui affirme que les premiers mots que l’enfant de l’auteur a connus étaient père, mère, chat et Alexa. Et le cas est loin d’être isolé. La nouvelle génération grandit avec des technologies qui font partie de leur quotidien, alors qu’au même âge leurs parents les voyaient dans des films de science-fiction. Dans les premières années, un enfant peut comparer un assistant vocal à un membre de la famille, bien que ce dernier n’ait pas de corps.

Ceci pourrez vous intéresser :
Mal de dos, douleur plantaire, tendinite…Loin d’être bénins, ces troubles, maltraités, peuvent…

Un problème d’organisation et de mémoire

Un problème d’organisation et de mémoire

Un autre problème de cette technologie « facile » concerne la mémoire et le sens de l’organisation. L’auteur de l’article mentionne le fait qu’il perd souvent son téléphone à la maison sans ressentir le besoin d’y prêter attention, car il peut facilement être retrouvé par Alexa ou une montre associée.

Un autre point important est la mémoire. Qui se souvient encore des numéros de téléphone ? Autrefois, la nécessité de composer le numéro nous poussait à nous en souvenir. Aujourd’hui, cette opération n’est plus nécessaire et notre répertoire de pensée contient au mieux (pour la plupart des gens) quelques chiffres proches. Même constat d’agenda avec rappels : vos rendez-vous n’ont plus besoin d’être rappelés, sauf en cas de problème, l’organisation de la journée est vite perturbée.

Acquérir et mémoriser certaines informations devient également plus difficile, surtout au niveau scolaire. Vraiment, à quoi bon se souvenir d’une certaine formule quand Google peut la mettre en quelques secondes, en contournant tout le processus d’apprentissage neuronal.

Doit-on pour autant s’en inquiéter ? Dans sa conclusion, l’auteur de l’article n’y voit pas de véritable menace immédiate, mais souligne qu’il faut être prudent face à ces premiers signaux. Et de se poser la question suivante : sommes-nous sur le point d’échanger une partie de notre perspicacité mentale contre de la commodité ?

Comment transférer une boîte aux lettres d'un serveur Web vers un autre hôte ?
Voir l’article :
Vous souhaitez (ou envisagez de) changer de serveur web ? Vous vous…