Manque de carburant : quels véhicules privilégier pour le ravitaillement ?

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Publié le 13 octobre 2022 à 11h35 Source : JT 20h Semaine

Publié le 13 octobre 2022 à 11h35

Les réquisitions, lancées mercredi, serviront à ravitailler uniquement les pompes à essence réservées aux véhicules prioritaires.On en compte une poignée à l’échelle nationale.Une douzaine de préfectures ont défini leurs listes, incluant notamment soignants, pompiers et forces de l’ordre.

Les applications, qui ont débuté mercredi, serviront à remplir uniquement les pompes à essence réservées aux véhicules arrivés en tête. Ceci pourrez vous intéresser : Paris – Le centre médical de garde recherche des médecins généralistes bénévoles pour l’été.

Il y en a quelques-uns dans tout le pays.

Douze comtés ont détaillé leurs listes, y compris les gardiens, les pompiers et les forces de l’ordre.

Comme les lignes s’étirent jusqu’à l’entrée des stations-service, les soldats peuvent sortir de la ligne et dépasser tous les véhicules. Leur travail est valorisé. Dans certaines installations, ils ont une pompe dédiée. Mais cet accès partagé n’affecte pas seulement les militaires. Les ambulanciers ne restent pas immobiles, les officiers du Samu non plus.

A la gare où se rassemblent les automobilistes, extrait du reportage de TF1 de 20h. au-dessus du texte, les gardes conduisent l’un d’eux avant les autres. « Je faisais la queue comme tout le monde, mais ils ont vu le pare-soleil avec la chirurgie du SAMU ARM (Assistant médical administratif, ndlr), alors ils m’ont laissé passer. C’est super, ça me permet de ‘d’aller travailler tout de suite' », se réjouit le un jeune homme.

Voir l’article :
Près de: Caroline ParéCuisiner, bricoler, conduire – ces activités quotidiennes peuvent causer…

À chaque département sa propre liste prioritaire

Seuls ces véhicules pourront bénéficier du carburant envoyé selon la demande de plusieurs grévistes, qui a été lancée mercredi 12 octobre par le gouvernement. Pour en profiter, si votre véhicule n’est pas imprimé à l’écran, vous devez présenter votre carte professionnelle. « Nous avons un badge d’hôpital, notre carte d’identité et un mail qui renseigne les stations qui peuvent nous donner du gasoil », a expliqué l’infirmier, venu armé de tout.

À Lire  Dents : 5 astuces connues qui nuisent à votre santé bucco-dentaire

Face au problème croissant du carburant, le gouvernement a réservé plusieurs stations à travers le pays aux fonctions essentielles, qui sont les véhicules d’urgence, après concertation avec les districts : pompiers, police, Samu et gendarmerie nationale. Mais l’accès de base est aussi contrôlé au niveau local, avec des listes homologuées dès le vendredi 7 octobre dans seulement 12 départements, comme le montre cette carte. C’est au chef de trancher.

Mais qui est vraiment concerné ? La liste est longue et dépend de chaque état. Il est clair que la police, les agents de sécurité et les pompiers peuvent bénéficier des grandes lignes. Mais aussi, services publics d’électricité, télécommunications, transport scolaire, poste, dépanneurs, camions frigorifiques, pompes funèbres et autres. Le registre édité par exemple par la commune du Var tient sur deux pages.

Chaque région a ses particularités : dans le Pas-de-Calais, les pharmaciens priment, mais pas dans le département voisin, la Somme. Ce qui gêne le travail. « Personne ne voit clairement l’accès aux premières pompes. Cela pose problème », regrette Grégory Tempremant, président de l’Union régionale des professionnels de santé, Hauts-de-France. Il demande plutôt « la compatibilité des appareils à tous les niveaux ». D’autres experts, pas encore universellement reconnus, demandent leur part dans l’établissement des listes. Cela est particulièrement vrai pour les taxis.

ML | TF1 rapporte Florian Litzler, Xavier Boucher et Pauline Lefrançois

Les plus lusDernière minuteTendance

Accueil-Société-Pénurie de carburant : quelles sont les premières voitures à faire le plein ?

Lire aussi :
France, Paris – En tant que chefs d’État, ministres et négociateurs, mais…