Mantes-la-Jolie : handicapé depuis près d’un mois et bloqué chez lui par l’ascenseur

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Amale, un handicapé de la Mantaise (Yvelines) en fauteuil roulant, n’a quitté son domicile qu’une fois en près d’un mois à cause d’un problème d’ascenseur. Ce n’est pas un cas isolé.

Par Renaud Vilafranca

Publié le 17 mai 22 à 17h16

« Je suis déjà coincé dans mon fauteuil. C’est double risque ! Il y en a pour qui les pannes d’ascenseur prennent une dimension toute particulière. Amale, atteinte de sclérose en plaques et handicapée à 80 %, en a fait l’amère expérience. »

Les escaliers descendus sur les fesses

Cette quadragénaire, qui habite Mantes-la-Jolie, peut revivre depuis le 11 mai et la remise en service de son immeuble, hors service depuis le 19 avril précédent. Ceci pourrez vous intéresser : Pontenx-les-Forges : le nouveau bâtiment du Café Caüdé a été inauguré. La cause : des dommages électroniques, impossibles à réparer rapidement en raison de la pénurie mondiale de semi-conducteurs.

Amale, en fauteuil roulant pour cause de maladie depuis l’âge de 17 ans, habite au premier étage. En conséquence, elle a subi près d’un mois de difficultés. La résidence de 95 logements comprend un grand bar dans l’immeuble, séparé en deux parties : les immeubles A et B, chacun équipé d’un ascenseur. Mais sauf au rez-de-chaussée, on ne peut pas passer d’un côté à l’autre. Il lui était donc impossible de quitter le bâtiment.

Heureusement, elle pouvait compter sur sa gouvernante pour approvisionner le frigo. La situation est devenue problématique il y a dix jours lorsqu’elle a eu un problème de santé. Ayant de fortes douleurs au ventre, elle a dû attendre 24 heures et était mal à l’aise sous la douche avant d’être emmenée à l’hôpital. Votre seule issue pendant cette crise.

« Mon infirmière à domicile a suspecté un risque d’occlusion. J’ai appelé le Samu jeudi. Je me suis sentie dissuadée d’aller à l’hôpital quand je leur ai dit que j’étais en fauteuil roulant et que l’ascenseur était en panne, raconte l’homme de 42 ans. Vendredi, j’ai insisté, j’ai été conduit dans une ambulance privée, non équipée pour m’aider à monter les escaliers. »

À Lire  En Gironde, un stage pour apprendre à construire sa propre maison

C’est donc avec l’aide de ses sœurs qu’elle descendit une à une les escaliers… « sur les fesses »… Elle en gardait encore un douloureux souvenir une semaine plus tard lors de notre première rencontre. Arrivé aux urgences à 19h00, reparti le lendemain à 10h00.

Cet accident a eu, dit-elle, un impact moral. « J’étais déprimé, pleurant seul dans mon coin. Je n’osais pas demander de l’aide à mes voisins pour les soucis du quotidien. Votre résidence accueille d’autres personnes en situation de handicap, des personnes âgées, qui se sentent également mal à l’aise face à la situation. « De vieilles dames qui se sont aventurées dans les escaliers sont peut-être tombées », a déclaré Amale.

Après une réunion avec les habitants le 30 avril, le bailleur, Résidences Yvelines-Essonne, a mis en place un système de transport pour les achats, de l’entrée de l’immeuble jusqu’aux portes des logements. Pour accélérer les réparations, il n’a pas utilisé la garantie de l’ascenseur. Pour éviter d’autres pannes, un diagnostic sera effectué sur les deux appareils. Un audit d’accès pour les personnes à mobilité réduite sera également lancé à la résidence.

« Nous comprenons la colère de nos locataires et sommes désolés qu’ils aient subi de telles perturbations, notamment sur une maison construite en 2020 que nous avons achetée en 2021. Nous avons appelé notre entrepreneur d’ascenseurs pour rendre compte des dommages subis », a déclaré un représentant de la société de location. a dit.

« Ça me révolte ! Quand j’ai vu la demande d’aide qu’elle a postée sur Facebook, je me suis souvenue de ce que j’avais vécu », raconte Soumia, maman du petit Othmane, mort à 7 ans, asphyxié dans un accident d’ascenseur, dans une tour de Val Fourré Depuis ce drame, elle mène une bataille juridique contre l’opérateur de l’ascenseur et le propriétaire et se bat pour que cela ne se reproduise pas.

À Lire  Immobile. Renouveau énergétique : plus de 50% des Français le considèrent comme une priorité

Ceci pourrez vous intéresser :
« Quartier vivant », « atypique », « très bon potentiel »,…

Aux Mureaux : coincé depuis 2 mois

En première instance en 2018, Otis, reconnu coupable d’homicide involontaire, a été condamné à une amende de 60 000 €. Une condamnation confirmée en appel en mai 2020 par le tribunal correctionnel de Versailles. L’entreprise a obtenu gain de cause en cassation. Un troisième procès s’est donc tenu début 2022, dont la décision est attendue dans les prochaines semaines.

L’histoire d’Amale est loin d’être unique. Soumia, à travers son combat, suit de près ce type d’actualité. C’est ainsi qu’elle nous a mis en relation avec une habitante des Mureaux, dont le fils de 7 ans, en fauteuil roulant, est bloqué depuis deux mois dans son immeuble du quartier des Musiciens. « J’ai fait beaucoup de démarches auprès du propriétaire et il n’avance pas », déplore la maman, qui a préféré rester anonyme. Une panne se produit de temps en temps. Mais, c’est beaucoup ! En 2022, certains sont encore confinés à cause d’un ascenseur. »

A voir aussi :
C’est un projet colossal qui vient de démarrer en toute fin d’année…