Marketplace teste 5 aliments populaires avec des allégations de santé qui peuvent être trop bonnes

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Leur emballage promet une excellente santé – riche en fibres, riche en protéines, de vrais fruits et plus encore – mais une analyse de CBC Market révèle le contenu de cinq aliments populaires avec des couleurs qui peuvent les rendre plus sains qu’ils ne le sont.

« Un » halo santé « est la perception qu’un aliment est meilleur qu’il ne le dit, avec peu de preuves à l’appui », a déclaré Stefania Palmeri, nutritionniste à Toronto.

« Quand je vois des produits comme celui-ci, ça me bouleverse en tant que gourmand parce que je vois comment les clients tombent. »

Bien que de nombreux noms répondent aux exigences du gouvernement, l’expert Palmeri et l’endocrinologue et pédiatre Dr. Robert Lustig convient que les produits suivants ne respectent pas les promesses de livraison. Ils se demandent si les lois canadiennes sur le droit d’auteur en font assez pour protéger les consommateurs des étiquettes potentiellement trompeuses.

REGARDER | Tests de marché colorants alimentaires :

Le marché teste les couleurs des aliments

Vexé par le vecteur

CBC Marketplace examine de plus près cinq aliments populaires avec des étiquettes de santé qui peuvent être trop belles pour être vraies. Lire aussi : Comment manger pas cher et faire des économies ?.

Le marché teste les couleurs des aliments

Selon ces nutritionnistes, le plus trompeur est l’allégation audacieuse « riche en protéines » sur le devant des substituts de repas Vector de Kellogg – que l’on trouve dans l’allée des céréales.

En gras, la boîte indique « riche en protéines » avec « 13g de protéines ». Mais un examen plus approfondi des informations nutritionnelles sur le panneau latéral montre que le produit en contient moins de la moitié – 5,7 grammes par portion.

Les consommateurs n’obtiennent la protéine totale indiquée sur l’emballage que s’ils ajoutent 200 litres de lait écrémé, ce qui signifie que la majorité de la protéine ne provient pas de Vector lui-même.

Palmeri appelle cela « le marketing de vente ».

Pizzas surgelées : Contamination E.coli : perquisitions à l'usine Buitoni de Caudry et au siège de Nestlé
Sur le même sujet :
Publié le mercredi 13 avril à 16h41 / Mis à jour le…

‘Les légumes surtout de nom seulement’

« Appeler des céréales » riches en protéines « mais quand elles sont consommées avec du lait, c’est idiot », a déclaré Palmeri. « C’est comme faire de la publicité pour du pain riche en protéines, mais seulement lorsqu’il est mélangé avec du beurre de cacahuète. »

Vector a une petite clause de non-responsabilité qui indique que du lait écrémé doit être ajouté pour atteindre l’allégation de protéines.

Comme il s’agit d’un substitut de repas et non d’une céréale, les règles d’étiquetage de Santé Canada le permettent.

La publicité pour le produit s’adresse souvent aux personnes actives qui souhaitent augmenter leur apport en protéines, comme l’athlète de Natation Canada Kate Hulford, qui mange Vector comme aliment sans produits laitiers parce qu’elle est intolérante au lactose.

Cuisine avec niches : parce que c'est ce qu'il vous faut !
Sur le même sujet :
Caractérisée de plus en plus comme une pièce à vivre, la cuisine…

“Rien qu’un bonbon”, dit le docteur

Il a été surpris lorsque Marché lui a dit qu’il n’obtenait pas les 13 grammes de protéines par portion annoncés sur le devant de la boîte.

À Lire  Lutte contre la faim : AfricaRice et le CERFAM unissent leurs forces pour aider les pays africains

« Il se perd », a déclaré Hulford Market. « Surtout si vous cherchez des athlètes qui veulent obtenir une teneur élevée en protéines. »

Dans un communiqué, Kellogg’s a déclaré que le nom de Vector était « vrai et transparent ». L’entreprise a poursuivi en disant qu’elle allait au-delà des exigences canadiennes en matière d’étiquetage des aliments en ajoutant des informations sur la teneur en protéines avec et sans lait sur le côté de la boîte.

Le site Web Garden Veggie Straws de Sensible Portions indique qu ‘«une combinaison de pommes de terre cultivées dans le jardin, de légumes mûrs et d’aucun arôme artificiel fournit un repas meilleur pour vous». Mais ne vous laissez pas berner en pensant que c’est un choix sain, disent les nutritionnistes.

Le produit est « principalement végétal de nom », a déclaré Shannon Crocker, une diététiste professionnelle basée à Hamilton. Le produit est principalement composé de fécule de pomme de terre, de farine de pomme de terre, d’amidon de maïs, de pâte de tomate, de poudre d’épinards et de sucre de canne.

« Quand je parle aux gens de la nourriture, ils la confondent souvent avec du pain salé qui est plus sain que les chips », a-t-il dit, « mais il est plus transformé et moins nutritif ».

Hains Celestial, propriétaire de Sensible Portions, a refusé de commenter.

La FAO avertit que les criquets reviennent au Yémen
Lire aussi :
Après de fortes pluies récentes, l’agence onusienne craint que les nuages ​​ne…

“Bombe à sucre”

Les collations aux fruits mélangés de Welch’s présentent des images de fruits sur la boîte et un texte en gras qui annonce « les fruits sont notre priorité numéro un » et « fabriqués avec de vrais fruits ».

Mais les experts signalent des ingrédients écrits qui montrent que le produit est principalement de la purée de fruits, une méthode de fabrication de fruits qui peut éliminer une grande partie de ce qui les rend sains.

« Ce n’est rien de plus qu’un bonbon et il devrait être annoncé comme tel », a déclaré le Dr. Robert Lustig, endocrinologue et professeur émérite d’enfants à l’Université de Californie, notant qu’il y a 10 grammes de sucre au travail.

Une petite note sur le côté de la boîte indique : « Non destiné à remplacer les fruits frais dans l’alimentation. »

« Lorsque vous mangez des fruits et des légumes, vous vous attendez à plus de fibres, vous vous attendez à plus de vitamine C, plus de potassium », a déclaré Palmeri. Au lieu de cela, selon Nutrition Facts, les collations aux fruits Welch’s « ne sont pas riches en … fibres, vitamine A, vitamine C ».

Welch’s a déjà fait les gros titres devant les tribunaux américains sur les allégations de « vrais fruits » et d’aliments, mais ces accusations ont été rejetées ou réglées.

L’entreprise a écrit au Marché qu’elle respecte son nom et « tout type de communication », et que ses clients « comprennent » que le snack n’est pas destiné à remplacer les fruits frais dans l’alimentation.

L’emballage de la boisson Bolthouse Blue Beauty contient de nombreuses myrtilles et mûres riches en antioxydants et en fibres sur le devant de la bouteille, mais les nutritionnistes disent que cela ne devrait pas être une erreur.

Les deux principaux ingrédients sont le jus de pomme à base de concentré et la purée de banane, puis en bas de liste se trouvent le jus de myrtille, de cassis et de mûre à base de concentré.

La bouteille indique que 250 millilitres contiennent « 21 % de la valeur quotidienne des fibres », mais les experts affirment que la plupart des fibres ne proviennent pas des baies de l’emballage, mais d’un supplément de fibres de racine de chicorée appelé inuline.

À Lire  Accueil myBlend Beauté Nouvelle Génération

Lire aussi :
Découvrons les plats 100% traditionnels de notre île. »Manger local c’est bon et…

Les brownies aux fibres sont “trop ​​beaux pour être vrais ?” demande à la diététicienne

« Je pense que certaines personnes peuvent voir que toutes les fibres proviennent des bonnes baies sur l’étiquette », a déclaré la nutritionniste torontoise Leslie Beck, « et de cette façon, c’est trompeur. »

« Certaines astuces pour faire croire aux gens qu’en ajoutant de l’inuline pour augmenter la teneur en fibres du jus de fruit, ce jus est tout aussi nutritif que le fruit entier », a poursuivi Beck, notant que Santé Canada exige maintenant que les Canadiens limitent les jus de fruits. . dans leur alimentation.

Depuis 2019, le Guide alimentaire canadien considère le jus comme une « boisson sucrée » et recommande aux Canadiens de remplacer les boissons sucrées par de l’eau. Selon le leader, la consommation de boissons sucrées est associée à des taux élevés d’obésité, de diabète de type 2 et de caries dentaires.

Lustig appelle Bolthouse Blue Flavor une « bombe à sucre », avec 27 grammes de sucre – environ 7 cuillères à café par tasse.

Ajoutez à cela que le produit prétend contenir « 7½ portions de fruits » par bouteille, mais le marché a noté que Santé Canada n’autorisait plus ce type d’allégation. Le Guide alimentaire canadien ne définit plus le jus comme une « portion de fruits ».

Après que Market ait interrogé Bolthouse à ce sujet, la société a déclaré qu’elle changerait de nom l’année prochaine.

Quant à l’inuline ajoutée, la société a écrit que c’est pour les avantages des fibres, et le jus du renforcement maintient le produit abordable.

Demande des étiquettes plus claires

Le marché s’est également concentré sur les brownies au chocolat et au fudge Fibre 1, qui, selon l’emballage, fournissent cinq grammes, soit 20 % des fibres quotidiennes.

Selon Santé Canada, les femmes ont besoin de 25 grammes de fibres par jour et les hommes de 38 grammes par jour.

La plupart des fibres de ce produit proviennent de l’inuline, ou fibre de racine de chicorée, qui a des avantages digestifs mais peut causer de l’inconfort, en particulier pour les personnes souffrant de problèmes gastro-intestinaux, a déclaré Palmeri.

Deni Ogunrinde souffre du syndrome du côlon irritable (IBS-C), une maladie qui peut provoquer des douleurs récurrentes à l’estomac, des ballonnements ou les deux, alors elle surveille tout ce qu’elle mange.

Lorsque ses médecins lui ont dit qu’elle avait besoin de plus de fibres, la femme de Toronto a essayé une variété de produits, y compris des aliments riches en fibres 1. Elle a dit qu’elle avait un estomac tellement gonflé qu’elle évite maintenant complètement tout produit contenant de l’inuline.

« Ce type de fibre non seulement m’aiderait, mais aggraverait en fait mes symptômes », a déclaré Ogunrinde.

General Mills, le propriétaire de Fiber 1, n’a pas directement répondu à la réponse d’Ogunrinde à l’inuline. La société a écrit qu’elle respecte le Règlement sur les aliments et drogues de Santé Canada pour tous les enregistrements et les allégations relatives aux fibres, et a précisé qu’une partie des fibres ajoutées provient de la canne à sucre, ainsi que de l’inuline.

Le Dr Lustig pense qu’il faudra « un tollé public » avant que Santé Canada, l’agence responsable de l’étiquetage des aliments, ne modifie les règles.