Matter va révolutionner la maison connectée : tout savoir sur ça…

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Né d’un accord historique entre Apple, Amazon, Google, Samsung, Philips, IKEA, Somfy, Legrand, Schneider, Eve et d’autres constructeurs, « Matter » est l’un des projets technologiques les plus ambitieux de la décennie. Son but est de faciliter l’installation et l’utilisation des objets domotiques, afin que les utilisateurs n’aient plus jamais à se demander comment contrôler un objet connecté.

Y a-t-il déjà eu un projet comme Matter ? S’il arrive régulièrement que des fabricants de renom se réunissent pour concevoir un standard (USB, Wi-Fi, recharge sans fil, etc.), il est presque contre nature de voir des multinationales rivales annoncer conjointement une technologie au nom de l’intérêt général, notamment lorsque cette technologie s’applique. ils finissent leurs propres stratégies. Matter est le fruit d’un partenariat historique, annoncé fin 2019. Avec ce projet, géants de la technologie et spécialistes nationaux sont amenés à mettre de côté leurs différences pour concevoir une norme au bénéfice des utilisateurs. C’est exactement ça.

Aujourd’hui, la maison connectée est fragmentée. Certains appareils ne fonctionnent pas à distance, d’autres nécessitent l’installation d’une application spéciale, la plupart ne peuvent pas communiquer entre eux et la compatibilité entre différents écosystèmes n’est pas garantie (certains appareils fonctionneront avec Google et Amazon, mais pas avec Apple)… , même quand on le connaît bien, n’est pas vraiment facile.

Demain, il suffira probablement d’allumer un nouvel objet pour fonctionner avec tous les écosystèmes disponibles sur le marché, chez soi et à distance. Dans un monde où Matter tient ses promesses, l’ajout d’objets pourrait être automatique et synchronisé avec chaque appareil de la maison, qu’il s’agisse d’un iPhone, d’un appareil Android, d’un haut-parleur Amazon ou d’un téléviseur TCL.

Pourquoi avoir créé Matter ?

En 2019, après quelques années que l’on pourrait qualifier de « désordonnées », les entreprises technologiques ont finalement reconnu qu’elles tuaient le marché de la domotique, qui dispose donc d’un potentiel extrêmement lucratif. Sur le même sujet : CREDIT AGRICOLE SA : Résultats du 2ème trimestre et du 1er semestre 2022 – Résultat : +18,1% ; activité dynamique, capitalisation renforcée.

Avec Matter (anciennement connu sous le nom de CHIP), tout le monde a quelque chose à y gagner. Les géants de la technologie assurent la compatibilité avec tous les objets, les fabricants n’ont plus qu’à développer une technologie et les consommateurs n’auront plus à se soucier de ce qu’ils achètent. Le contenu commence à partir de là. Cette simplification remet à zéro le monde de la domotique et permettra, au moins à moyen terme, d’économiser beaucoup d’argent pour tout le monde.

Il n'y a plus d'artisans à partir de 2024 à Paris. Vous devrez tout faire vous-même, même changer votre fenêtre !
Sur le même sujet :
J’aime quand des technocrates pratiquent l’idéologie de l’écologie dans leur chambre, imaginant…

Qui sont les membres de l’alliance Matter ?

Pour réunir tout ce beau monde, il fallait une alliance. Les rencontres entre les constructeurs étaient organisées par la CSA (Connectivity Standards Alliance), anciennement connue sous le nom de Zigbee Alliance. Les membres fondateurs sont nombreux, mais les plus connus sont Apple, Amazon, Google, Samsung, Philips, IKEA, Somfy, Legrand, Schneider, Eve, Silicon Labs, ARM et Texas Instruments. A noter qu’Apple et Google ont rejoint l’alliance spécialement pour l’occasion.

Bien sûr, la matière ne s’arrête pas là. A notre connaissance, aucun fabricant de domotique ne s’est publiquement opposé à la norme. Xiaomi, Aqara, Oppo, Meross… Toutes les marques vont Matter.

Sur le même sujet :
L’ouverture officielle de l’école élémentaire Marcel-Pagnol après la rénovation extérieure et intérieure…

Qu’est-ce que Matter va simplifier ?

Presque tout. Les créateurs de contenu le résument par la phrase suivante : « Cela fonctionne dès que vous rentrez chez vous ». Toutes les étapes sont simplifiées avec Matter :

Voir l’article :
La rédaction du Parisien n’a pas participé à la réalisation de cet…

Comment ajouter un objet dans Matter ?

Si Matter fonctionne bien, ajouter un objet sera un jeu d’enfant. Il suffit d’allumer l’appareil (en le branchant ou en appuyant sur un bouton) et une pop-up devrait apparaître sur l’écran de votre smartphone, vous proposant de le configurer. Vous devrez ensuite scanner le code au dos de l’appareil ou sur la boîte pour prouver que vous en êtes bien le propriétaire. (Les utilisateurs d’Apple HomeKit reconnaîtront sans aucun doute ce processus d’appariement, car il semble qu’Apple ait joué un rôle important dans cette fonctionnalité.)

À Lire  Déboucher les canalisations, bien sûr : 4 recettes

A l’avenir, on peut imaginer que tous les objets seront compatibles avec « Content ». Remplacer une ampoule enverra un élément au smartphone, vous pourrez donc le contrôler depuis une application. Même pour les novices.

Sur le même sujet :
Déjà frais, le temps va se rafraîchir. Des flocons de neige sont…

Les ponts de connexion vont-ils disparaître ?

Techniquement, Matter peut complètement se passer de ponts de liaison. Il suffit d’avoir une enceinte ou un routeur compatible chez soi, ce qui devrait être le cas de tous les foyers d’ici dix ans (il est peu probable que les prochaines Freebox ou Livebox intègrent la technologie).

Il existe deux manières de « créer » du contenu :

L’utilisation de Thread éliminera-t-elle les ponts de connexion ? À long terme, c’est très probable. Mais d’abord, de nombreux fabricants devraient être prêts à mettre à jour leurs ponts de connexion à Matter, pour assurer la compatibilité des matériaux utilisant différentes technologies (Bluetooth, Zigbee). À l’avenir, lorsque tout sera en Wi-Fi natif ou en fibre, les ponts seront inutiles. Mais les vieilles choses auront encore besoin d’un pont.

Quelle est la différence entre Matter et Thread ?

Matter (un langage qui permet aux applications de parler aux objets) est un standard. Thread est un protocole réseau. On peut parfaitement faire de la Matière sans Fil, avec une ampoule directement connectée au Wi-Fi par exemple. Mais dans l’esprit des créateurs de Matter, Thread est clairement l’avenir de la domotique, puisqu’il permet de créer un immense réseau maillé sans dépenser beaucoup d’énergie.

Peut-on éteindre une ampoule avec Apple et la rallumer avec Amazon ?

La plus grande force de Matter est ce que ses concepteurs appellent « les administrations multiples ». Étant donné que tous les appareils compatibles peuvent trouver le réseau Matter/Thread, toutes les applications Matter peuvent voir vos objets, s’ils se trouvent sur le même réseau local. Ainsi, une ampoule apparaît dans les applications Apple, Google, Amazon et Samsung sans problème. Il synchronise également son état en temps réel, puisque le réseau Matter est constamment mis à jour. Vous pouvez demander à Google d’allumer quelque chose, puis de l’éteindre à partir de votre téléviseur Samsung.

Pour garantir la sécurité de votre maison, Matter crée plusieurs clés d’authentification. L’accès d’Apple à une ampoule n’est pas le même que celui de Google, puisque chaque écosystème possède sa propre clé de chiffrement. Cependant, les objets créés sont synchronisés. Dans chaque application, vous pouvez également activer le mode appairage pour créer un nouveau code et l’importer dans une nouvelle application.

Pour certaines marques, Matter va tout changer. Eve, qui a choisi de n’utiliser que la technologie Apple depuis sa création, rendra ses produits compatibles avec Amazon et Google début décembre. De quoi lui ouvrir un immense marché, une fois enfermé dans l’écosystème Apple.

Quelles sont les catégories d’appareils compatibles avec Matter ?

Au lancement, le contenu se limitera à l’éclairage, au contrôle de la température (climatisation, chauffage, thermostat), aux enceintes connectées, aux téléviseurs, aux box TV, aux volets roulants, aux capteurs de sécurité (capteur de porte, de mouvement) et aux serrures connectées.

Plus tard, Matter gagnera la compatibilité de nouveautés telles que les caméras de surveillance, les sonnettes connectées, les robots aspirateurs, les routeurs Wi-Fi, les portails, les détecteurs de fumée ou les appareils électroménagers (machines à laver, réfrigérateurs).

Lancé cet automne, Matter est actuellement en version 1.0. La version 1.1 arrivera dans 6 mois, suivie de la version 1.2 dans 12 mois. A chaque fois, il y aura de nouveaux objets compatibles (et Apple, Google, Amazon et alliés devront mettre à jour leurs applications pour supporter ces objets). L’alliance CSA espère boucler la transition d’ici 3 à 6 ans, mais indique que la grande majorité des articles seront compatibles d’ici 2 ans.

Les anciens objets connectés vont-ils passer à Matter ?

Il n’y a aucune obligation, chaque fabricant fait ce qu’il veut. A Amsterdam le 3 novembre 2022 pour le lancement de Matter, Numerama a découvert qu’il existait des approches très différentes selon les marques :

À Lire  Au Salon de l'habitat de Vendôme, la consommation d'énergie est au cœur des préoccupations

Dans certains cas, il n’y aura pas de mise à jour. Incompatibilité technique (Le fil n’est pas disponible, il n’y a pas assez de puissance…), produits trop anciens, manque d’intérêt (Legrand/Netatmo supporte déjà Apple, Amazon et Google, donc il préfère concentrer ses produits ici)… Les raisons sont plusieurs. En tout cas, toutes ses marques affirment que leurs produits seront issus de Content.

Faut-il jeter ses anciens produits incompatibles Matter ?

Bien sûr que non! D’autant plus qu’ils pourront interagir avec les produits Matter grâce aux demandes des fabricants. Dans Apple Home, par exemple, vous pouvez créer une automatisation entre un commutateur Matter et une ampoule non Matter, mais compatible avec l’architecture d’Apple. Enfin, il est clair que la norme sera pertinente. Mais les anciens produits resteront pris en charge.

En revanche, si vous envisagiez d’équiper toute votre maison maintenant, attendez peut-être jusqu’à la mi-2023. D’ici là, Matter aura probablement été remplacé par de nombreux produits existants.

Matter fonctionne-t-il sans Internet ?

C’est l’une des forces de Matter : c’est un protocole déconnecté d’Internet. Aucun des objets n’est réellement connecté au réseau, ils sont tous connectés à votre box via le réseau local ou le routeur Thread. À distance, votre routeur se connecte à Internet pour recevoir une commande et la diffuser localement. En cas de coupure Internet, tout à la maison fonctionne avec les interrupteurs au mur ou depuis le smartphone (à condition d’avoir l’électricité).

Y aura-t-il beaucoup d’objets Matter ?

Avant Matter, les industriels devaient développer pour chaque écosystème, ce qui pouvait les démotiver. Demain, il suffit de se développer pour la Matière. Autant dire que le nombre de choses dédiées à la maison connectée s’apprête à exploser.

Quelles sont les limites de Matter ?

Même si Matter part d’un bon départ, tout n’est pas parfait. L’expédition sans certains éléments clés, comme les appareils photo, réduit considérablement l’attrait initial, surtout si vous prévoyiez d’en acheter un dans les semaines à venir…

Ensuite, l’obligation d’avoir un routeur (Google Home, Apple HomePod, Amazon Echo, Apple TV, etc.) pour contrôler les choses à distance est regrettable, même si ce problème n’existera plus le jour où la technologie Thread sera intégrée partout. Dans un premier temps, cela pourra continuer à réserver la maison connectée aux amoureux des nouvelles technologies.

Enfin, Matter a le défaut d’être un protocole trop simple. Certaines marques regrettent le manque de fonctions complexes, ce qui les incitera à continuer à développer leurs propres applications. Est-ce que Mattere pourra un jour utiliser une seule application pour tout ? C’est possible pour les fonctions de base, mais probablement pas pour les intégrations plus avancées.

Quand est-ce que Matter arrive ?

Le contenu existe déjà, puisque iOS et Android le supportent. Quant aux produits, il faudra probablement attendre début 2023 (il y aura des exceptions, comme Halloween le 12 décembre 2022 ou Amazon et Aqara en fin d’année), mais la plupart des marques ne parlent plus de mises à jour à la fin . du premier trimestre 2023 (mars pour Philips Hue). Les premiers produits avec l’inscription « Matter » sur la boîte devraient arriver en même temps.

Dans d’autres cas, l’attente sera plus longue. Chez Somfy, il n’y aura pas de moteur Matter-native avant 2024, même si une nouvelle box devrait arriver en 2023. D’autres marques réfléchissent encore à leur calendrier.

Matter va-t-il réussir son pari, ou se planter ?

L’enjeu de la matière est sans précédent, c’est donc difficile à dire. On voit mal comment une telle initiative pourrait échouer, vu le soutien massif dont bénéficie le projet. Si la Matière devient la norme, ce sera dans tous les objets, sans concurrence. Elle assure ainsi le succès, au moins économique.

Cependant, il y a un risque si Matter ne simplifie pas la maison connectée comme le promettent ses créateurs. Tout d’abord, cela doit être laborieux, puisqu’il faut aligner les anciens écosystèmes avec les nouveaux. Demain, tout dépendra du respect des accords. Par exemple, on se demande si Apple partagera ses produits avec d’autres, ou s’il soutiendra simplement les objectifs de ses concurrents. Au niveau du bridge aussi, les marques devront essayer. Si Philips Hue refuse de tuer son pont pour continuer à le vendre, alors la simplification ne sera pas parfaite et la domotique restera réservée à « l’élite ». Comme d’habitude, tout le monde a promis de jouer aussi, mais le succès de Matter dépendra des produits qui seront lancés.