Mende : la Société des Lettres visite un nouveau musée en vidéo

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

La société savante est propriétaire des collections que le public pourra découvrir gratuitement au musée du Gévaudan à partir du 18 octobre.

A moins de quatre semaines de l’inauguration et de l’ouverture au public, prévues le 18 octobre, après trois ans de travaux, les administrateurs de la Société des lettres, lors d’une visite exceptionnelle, ont pu apprécier, pour la première fois, le résultat de cette extraordinaire aventure patrimoniale.

La délégation, accueillie par la directrice et coordinatrice du projet Nadia Harabasz, était conduite par Jean-Marc Chevalier, président de la société, accompagné pour l’occasion du doyen de la société, l’abbé Louis Bouniol, 102 ans, qui a tenu à essayez l’ascenseur.

La qualité des matériaux, des couleurs et des techniques muséographiques modernes ont séduit ces premiers visiteurs un peu atypiques, qui fréquentaient souvent les musées de la région et qui plus est les propriétaires inaliénables des collections exposées réunies depuis 1836.

L’exposition permanente compte plus de 400 m² et onze salles au premier étage de l’Hôtel Buisson de Ressouches. La colonne vertébrale de l’ichtyosaure est aujourd’hui reconstituée et côtoie l’empreinte du dinosaure. L’inestimable herbier Prost occupe l’espace consacré à la flore lozérienne.

Les oiseaux empaillés sont dans la volière. La cascade des Rûnes domine l’espace dédié à l’eau. Le Loup de poussière de Lozère, le vase étrusque de Tarquinia, la statuette de Degas, le cabinet de Victorin Galière, les armoiries du pape Jules II, le portrait de Chaptal, la gargouille de la cathédrale d’Urbain V, les minuscules trives d’or de Banassac sont proposés aux visiteurs dans les meilleures conditions de mise en scène et d’éclairage dans les salles.

À Lire  Immobilier : vers des ventes record pour 2021 ?

C’est un voyage intimiste loin des grandes architectures. On reste dans les dimensions humaines d’une curiosité, mais avec toute la technologie du 21e siècle. On peut ainsi redécouvrir tous ces précieux témoignages de l’histoire du territoire, tous restaurés, qui n’étaient plus accessibles au public depuis 27 ans. Mais le contenu n’obscurcit en rien le contenant.

L’Hôtel Buisson de Ressouches a retrouvé plus que son lustre d’antan dans le centre, avec sa façade et son escalier classés. La cour intérieure, transformée en une immense et haute verrière, le mur de pierres de taille de Lozère de plus de 10 mètres de haut, confèrent au musée du Gévaudan une dimension esthétique indéniable.