Mobilisation des stagiaires en médecine contre l’extension de leur stage « prioritaire » dans les déserts médicaux

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Les internes en médecine sont appelés à manifester devant le ministère de la Santé le vendredi 14 octobre prochain à 14 heures, dans le cadre d’une journée de grève organisée par leurs syndicats pour protester contre la prolongation d’un an de leurs études, « prioritaire » dans le déserts médicaux.

L’Intersyndical National des Internes (ISNI) et ceux des Internes de Médecine Générale (Isnar-IMG) demandent l’abrogation de la mesure instaurant un stage de quatrième année pour les futurs médecins généralistes, qui serait conduit « en priorité dans les domaines où la démographie médicale sont sous-exposés », selon le projet de budget 2023 de la Sécurité sociale.

L’article controversé, débattu à l’Assemblée nationale cette semaine, a été entériné par les députés de la commission des affaires sociales, avec quelques modifications formelles, notamment concernant l’encadrement des étudiants par des maîtres de stage qui travaillent dans le même « bassin de vie ».

« Le stage, c’est faire ou mourir »: les futurs médecins dans le call buster

Pas de quoi apaiser Isni, qui dénonce depuis deux semaines une réforme destinée à « instrumentaliser les jeunes médecins pour répondre à moindre coût » aux problèmes d’accès aux soins et « réalisée sans concertation avec les principaux acteurs ».

« 25 ans d’erreurs »

Les stagiaires ont depuis gagné le soutien de la plupart de leurs aînés. Ceci pourrez vous intéresser : Les moustiques : les couleurs qui les attirent le plus, pour éviter l’usure et limiter les piqûres. Côté hospitalier, la CGT, la CFE-CGC, mais aussi les praticiens de l’APH, les urgentistes de l’Amuf et les anesthésistes du SNPHARE ont annoncé leur participation à la manifestation devant le Ministère.

À Lire  Pratique. Comment se protéger de la chaleur extrême ?

Sous les libéraux, la CSMF (première organisation de la profession) approuve la grève des internes et trouve « irresponsable » de les envoyer seuls dans les déserts médicaux. « Soutien total » aussi du SML, qui estime que la mesure revient à « porter sur les épaules des jeunes le poids de 25 ans d’erreurs commises par les gouvernements successifs ».

Anxiété, burn-out, dépression… La santé mentale des étudiants en médecine « à risque », selon une enquête

Le principal syndicat des généralistes, MG France, partage également « les inquiétudes des étudiants », tout en affirmant avoir « une quatrième année à la hauteur de leurs attentes légitimes ».

De son côté, le ministre de la Santé, François Braun, défend cette « année de consolidation » et assure qu’elle n’inclura pas de mesures coercitives, mais vise « à guider les futurs médecins pour une installation dans les meilleures conditions ».

Voir l’article :
ORDONNANCES  Travailleurs mobiles ou gens de mer dans le secteur des transports…