Mobilité : comment conjuguer stabilité et inclusion

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Comment vous assurez-vous que les nouveaux projets de mobilité sont verts et inclusifs ? Un sujet abordé lors du 3Zero World Forum.

En France, sur les 25 kilomètres que parcourent quotidiennement les Français, plus de 20 sont parcourus en voiture. Et sur les 100 voitures en circulation en France, plus de 99 roulent aux énergies fossiles. Autre difficulté : à Paris par exemple, à partir de 2024, pour continuer à rouler dans la capitale, il faudra disposer d’un véhicule « Crit’Air 1 ». Cela signifie que dans deux ans 68% de la flotte actuellement en circulation doit être renouvelée.

Ces difficultés en France sont encore plus critiques dans d’autres parties du monde. « 98 % des personnes qui n’ont pas accès à une mobilité simple vivent en Afrique subsaharienne », souligne Aurélie Dhavernas, gérante d’ENEA Consulting. Ce cabinet international de conseil en stratégie est spécialisé dans la transition énergétique et l’adaptation au changement climatique. Il s’est exprimé le 5 septembre 2022 lors d’une table ronde dans le cadre du 3 Zero World Forum. Dès lors, la question de la mobilité se pose partout sur Terre, mais les problématiques sont très différentes.

En France, la difficulté d’intégrer les précaires dans une mobilité durable

En France, la difficulté d’intégrer les précaires dans une mobilité durable

« La question de la mobilité est clé pour les populations précaires, entrepreneurs ou salariés. Sans mobilité pas d’emploi possible, insiste Laure Coussirat-Coustère, directrice générale adjointe de l’association ADIE (Association pour le droit à l’initiative économique). Mais, avec un budget d’équipement moyen de 3 900 euros, le choix d’un véhicule ancien et polluant est souvent perçu comme le seul possible. Ceci pourrez vous intéresser : Réforme du courtage : l’ACPR a tranché !. Nous essayons de changer les choses en finançant 1 500 véhicules électriques par an, mais aussi par l’éducation financière ».

En effet, lors de l’achat d’un véhicule thermique d’occasion, on voit avant tout le prix abordable. Mais, dans une vision holistique, prenant en compte les assurances, l’entretien du véhicule, le coût de l’énergie nécessaire… le choix en est un autre. « En achetant un véhicule plus cher au départ mais plus propre et moins cher au quotidien, le prix sera le même à long terme. La vraie préoccupation est avant tout la disponibilité de ces véhicules plus durables.

À Lire  Les 5 questions les plus fréquemment posées sur les trottinettes électriques

Assurance habitation ou santé : le bon plan pour les achats groupés
Voir l’article :
Les contrats d’achats groupés, négociés par des associations ou des communes, se…

Penser au-delà la voiture professionnelle

Penser au-delà la voiture professionnelle

Du côté des loueurs longue durée et des professionnels de la gestion de flotte, la question de la mobilité durable et inclusive se pose également. Stéphane Rénie, Directeur de la Responsabilité Sociale d’Entreprise chez ALD Automotive (Groupe Société Générale) explique que sa mission actuelle est « d’augmenter la part des véhicules électriques professionnels tout en travaillant sur les nouveaux usages de la mobilité, moins axés sur l’usage de l’électricité ». ‘

« Un véhicule électrique, c’est moins d’émissions de CO2, moins d’émissions de particules fines, moins de nuisances sonores. Bien sûr nous avons besoin de métaux rares pour les batteries et la question de leur recyclage se pose. Mais à terme, nous estimons que l’impact CO2 équivalent d’un véhicule électrique est inférieur de 65% à celui d’une voiture thermique. Qu’en est-il de l’insertion ? « Le prix d’achat est plus important. Il y a une différence de 10 000 euros dans le prix catalogue moyen. Un écart qui disparaît quand on pense à 360° mais l’écart d’achat est toujours présent ».

« Mais nous ne travaillons pas seulement à l’évolution d’un parc thermique vers un parc électrique. Nous envisageons également des crédits de mobilité. C’est un budget que chaque salarié peut avoir en fonction de ses besoins du moment (voiture, scooter, taxi, vélo, etc.). L’idée d’intégrer des habitudes de déplacements multimodaux qui changent d’un jour à l’autre. Vous pouvez avoir une voiture de société plus petite et préférer d’autres modes de transport. Comme un vélo électrique, le bus, un scooter de location, selon les envies, les conditions météo et les usages.

À Lire  Faites attention à ce détail lors de la réservation de vos vacances ou ce sera un vrai cauchemar

Assurance islamique : les effets de l'environnement financier et géopolitique
Lire aussi :
S&P Global Ratings s’attend à ce que l’amélioration du climat économique, les…

Mobilité durable et inclusivité en zones rurales

Mobilité durable et inclusivité en zones rurales

Les options de multimodalité et de mobilité durable sont relativement faciles à réaliser dans les zones urbaines. Cependant, dès que l’on s’éloigne des centres-villes vers les zones périurbaines et la campagne, les difficultés augmentent. La voiture est souvent la seule solution qui permet une flexibilité suffisante. Cependant, en aménageant les espaces différemment, plus d’options seraient possibles.

« Le problème, c’est l’extrême individualisation de la mobilité. Au contraire, il faut faire un système. Il faut trouver des choses qui fonctionnent ensemble et développer des multimodalités créant de nouveaux compromis », explique Joris Gaudin, co-fondateur de La ville E+, cabinet de conseil en stratégie urbaine spécialisé dans la ville durable. Il a récemment travaillé sur un projet en périphérie de la ville d’Evreux, dans l’Eure en Normandie.

« Nous étions chargés d’aménager une voie romaine, donc vieille de plus de 2 000 ans, qui faisait 10 km en ligne droite. Il fallait tenir compte de l’empattement du tracteur, mais on a réussi à trouver une largeur standardisée pour faire une piste cyclable au milieu. Ce n’était pas facile : nous avons dû négocier avec 51 agriculteurs pour des parcelles agricoles. Et puis aussi prendre en compte les autres usagers, comme les cavaliers, les vététistes, les coureurs… Mais des solutions ont été trouvées ».

SOUTENEZ CE QUE NOUS DEMANDONS, SOUTENEZ UN ÉDITEUR INDÉPENDANTInscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et abonnez-vous à notre magazine.

Trottinette électrique : Réglementation et conseils d'utilisation expliqués aux étudiants à Dourges
Ceci pourrez vous intéresser :
Quels sont les plus grands marchés de Noël de France ? Zoom…