Moto. Commencer par un permis moto néo-rétro A2, la bonne idée ?

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée, Sara vous présente les nouveaux faits d'actualité 

Les vélos néo-rétro ont plus d’une corde à leur arc au départ. Ils sont faciles à mettre en main, pas trop chers à assurer et disposent d’un capital sympathie de premier ordre qui allie un style intemporel à une touche de nostalgie. Laquelle choisir ?

&#xD ;

Auteur –

&#xD ;

Hier à 8h08

Les anglais, les rois du néo-rétro ?

Les anglais, les rois du néo-rétro ?

&#xD ;

– Temps de lecture : A voir aussi : Freelances du numérique : pourquoi souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle ?.

&#xD ;

Triomphe Bonnville T100. Une image triomphante

Au départ, les assureurs n’hésitent pas à vous rappeler que certaines motos sans permis A2, même si elles ont toutes la même puissance, sont plus accidentogènes que d’autres.

Les vélos néo-rétro et autres vélos dits classiques ont l’avantage de ne pas vous inciter à devenir fou et donc de voir vos primes d’assurance augmenter.

La marque Triumph a fait du néo-rétro sa spécialité avec une très large gamme baptisée Modern Classic. Le seul bémol est qu’il tourne souvent autour du gros bicylindre 1200cc qui n’est pas autorisé pour les jeunes.

Reste la Speed ​​Twin 900 (13 395 €), qui s’appelait jusqu’à cet été la Street Twin, et ses déclinaisons en divers coloris, ou encore l’indémodable Bonneville T100 (11 395 €). Le bicylindre vertical anglais est ici moins puissant.

Il est vrai que cela ne représente qu’environ 20 % de l’offre de la marque anglaise chez Modern Classics, mais on peut rouler la tête dans l’histoire les pieds bien ancrés au volant d’une Bonneville à rayons à la peinture bicolore. Conduite à l’ancienne sans pannes passées.

Assurance chômage : "Il faut aller plus loin", selon Olivier Dussopt
Ceci pourrez vous intéresser :
Sur BFMTV, le ministre du Travail a souligné l’utilité de la «…

Les autres sont vraiment très voire trop néo…

Les autres sont vraiment très voire trop néo…

Intercepteur Royal Enfield. Photo de R.E.

Dans le même ordre d’idées, on peut évidemment citer Royal Enfield avec son Interceptor (6990 €) et Continental GT (7290 €) eux aussi propulsés par un bicylindre vertical.

Il est un peu plus petit avec ses 650 cm3 et moins démonstratif, mais en matière de design il n’a rien à envier à la production outre-Manche. Il en va de même pour l’équipement, où rien ne manque : roues à rayons, échappement à contre-cône, gros phare rond, etc. Une vraie moto vintage mais moderne.

Kawasaki tire son épingle du jeu avec sa surprenante W800, la plus anglaise des motos japonaises en production actuelle. Là aussi on est en présence d’un bimoteur parallèle, mais entre celui de Royal Enfield et de Triumph en terme de cylindrée.

Le style est revu à la hausse avec des jantes à rayons, des garde-boue chromés, une selle capitonnée rehaussée de garnitures blanches ou encore des sorties d’échappement. Rien ne manque pour cette machine venue du pays du soleil levant et disponible à partir de 10699€.

Les catastrophes naturelles pèseront sur les coûts de l'assurance habitation
Voir l’article :
Il faut payer de plus en plus pour sécuriser son logement. Selon…

À Lire  A quoi sert la responsabilité civile en assurance habitation ? | Propriétés par SeLoger