Moto : malgré une saison compliquée, Louis Lagrive continue d’apprendre et réfléchit déjà à ce qui doit arriver

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Engagé en Yamaha R7 Cup, Louis Lagrive connaît une saison difficile. Malgré tout, le pilote lexovien de 18 ans gagne en expérience.

Par Paul Lesigné

Publié le 14 août 22 à 8:30

« Le potentiel est là »

En moto, l’apprentissage de haut niveau passe aussi par les chutes et la frustration. C’est ce que traverse Louis Lagrive. Sur le même sujet : Chiché. Garderie, Pédibus et travail parmi les dossiers. Cette saison, le jeune Lexovian de 18 ans est engagé en Yamaha R7 Cup, une coupe de marque intégrée à l’Ultimate Cup, et où tous les pilotes suivent le même format. « Je suis le deuxième plus jeune », a souligné Louis Lagrive.

Le week-end des 6 et 7 août 2022, il a disputé la quatrième manche du championnat du circuit du Val de Vienne, au Vigeant. Lors de la première des deux courses du week-end, le jeune pilote a eu un accident : « La moto a subi beaucoup de dégâts, donc je n’ai pas participé à la deuxième course. »

Un week-end un peu similaire à sa saison, où il a eu « beaucoup de pépins, de chutes, de soucis techniques… » : « J’ai commencé la saison au Castellet. Je vais bien, j’étais en 5, et il y avait de la pluie, Je n’étais pas très à l’aise. J’ai terminé 12e. Ensuite, il y a eu l’Espagne (le circuit de Navarre), où j’ai terminé cinquième. En Alsace (le circuit du Rhin), je n’ai pas terminé la course à cause d’un problème avec les freins quand je jouais pour la scène. »

Au total, « Sur huit courses, je n’ai pu en terminer que trois », regrette Louis Lagrive :

À Lire  Le Soudan se prépare pour une journée de mobilisation anti-coup d'Etat

« Je ne dirai pas que c’est une saison inutile, car j’ai beaucoup appris. Malheureusement, il y a eu des courses difficiles et quelques erreurs qui m’ont fait ne pas aller comme je l’aurais souhaité. »

Passage en 1 000 cm3

Malgré tout, le jeune pilote en tire quelque chose de positif : « La puissance est là, car en termes de vitesse et d’allure, j’étais devant. »

Le Lexovian a choisi de sauter le dernier tour de la coupe. Mais il sera bon à Magny-Cours les 15 et 16 octobre 2022 : « Je tiendrai la course finale des 1 000 cm3, soit en Hyperpsort (la même catégorie qu’Olivier Ulmann), soit en endurance. »

Chaton non reconnu par sa mère et sa soeur - Forum des chats
Sur le même sujet :
Publié par Neipiumil y a 2 joursBonjour ou bonsoir, je viens ici…

« Me faire mon nom »

« Me faire mon nom »

Un bon test avant 2023 : « L’an dernier, j’ai commencé à m’entraîner pour le 1000 et j’ai beaucoup aimé. J’aimerais participer au Championnat du Monde d’Endurance l’année prochaine. Je vais essayer de monter un budget cet hiver, car ce sera un budget financier. dépense.et gros.Si je gagne, j’espère participer à la course d’endurance et au championnat de France de vitesse.Le tout sur la Yamaha R1.

Comme toujours, Louis peut compter sur le soutien et les conseils avisés de son père Matthieu Lagrive, légende de l’endurance et de la victoire – entre autres – aux 24 heures du Mans et au Bol d’Or : « Il est derrière moi, il est derrière moi. » aiguille », a déclaré le jeune homme, qui a commencé à courir à l’âge de 12 ans en 2016.

À Lire  Examen de la croissance de l'industrie du marché Epdm sur les tendances actuelles et les prévisions d'ici 2030 - Androidfun.com

« C’est une grande aide pour moi d’être avec moi, c’est sûr, mais il y a des avantages et des inconvénients. »

Le pilote veut être évalué sur sa qualité et sa performance, seulement : « Être le garçon, c’est un peu difficile. J’essaie d’enlever cette étiquette qui a souvent tendance à me coller. En début d’année, j’étais vu comme quelqu’un en compétition pour le championnat. Il y a beaucoup d’attentes parce que je suis le garçon. Mais je ne conduis pas de motos parce que mon père le fait, mais parce que c’est ma passion. J’essaie de me faire un nom comme ça. C’est l’un des relever les défis. Louis Lagrive : « Maintenant, il faut que je puisse faire mes preuves. »

Test du DJI Mini 3 Pro : notre test complet - Drones
Ceci pourrez vous intéresser :
DJI n’attend pas la concurrence et lance une version de son plus…