Nantes : Test positif au cannabis au volant, est enfin libéré

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Lundi, le tribunal de Nantes a jugé qu’il avait condamné un jeune conducteur qui avait été contrôlé positif au cannabis alors qu’il conduisait en juin dernier à Saint-Philibert-de-Grandlieu. Elle a été libérée parce que, dans son cas, c’était légal.

La relaxe demandée par le procureur de la République

Cette décharge du juge, c’est le procureur lui-même qui l’a demandée lors de ses réquisitions. Car dans ce cas, si le dépistage salivaire indique que la jeune femme conduit sous l’emprise du cannabis, qui a par exemple des traces de THC, la haute molécule du cannabis, elle prétend avoir stoppé le feu d’artifice. Ceci pourrez vous intéresser : « Il faut allier bien-être professionnel et personnel ». Notamment parce qu’on lui a dit de suspendre son permis trois ans plus tôt, dit-elle.

"Chez Vapo" a ouvert ses portes à Varades
Lire aussi :
Depuis début août, le centre-ville de Varades accueille un nouveau commerce de…

Des fleurs de CBD

Des fleurs de CBD

Elle a donc choisi des fleurs de CBD, une molécule non psychotrope du cannabis, vendue légalement. Le ministère de l’Intérieur a voulu interdire sa vente, mais le Conseil d’Etat a temporairement suspendu le décret interdisant sa vente en début d’année.

Le vendeur m’a dit que ses autres clients avaient le même problème.

Si, lors du dépistage, l’adolescent est positif, c’est sans doute en raison d’un problème de dosage. Trop de produit. « Le vendeur m’a dit que ses autres clients avaient le même problème », dit-elle. Aucune analyse poussée n’est effectuée, mais le commerçant certifie par écrit le suivi du dosage concerné.

Enectarol : une nouvelle forme de cannabis légal
Voir l’article :
Le catalogue européen des variétés légales de cannabis, ou autrement dit le…

Elle garde son permis de conduire

Elle garde son permis de conduire

Selon le procureur, « il n’y a pas d’élément intentionnel » : la jeune femme n’a pas voulu consommer de cannabis mais du CBD, il est donc impossible de la condamner. Elle détient son permis, un sésame indispensable à son travail. Avant de quitter la pièce, il renifle : « Je pensais que c’était légal et encore une fois je me suis fait avoir. » Elle a depuis arrêté le CBD et son médecin lui a prescrit des anxiolytiques.

À Lire  Salon bien-être et médiumnité MéDi'ZeN Molsheim 2022 : dates, horaires, tarifs, exposants

ateliers
Ceci pourrez vous intéresser :
l’essentiel La première édition du village familial s’est tenue à Fendeille. Possibilité…