Nestlé Health Science s’appuie sur la technologie biotechnologique française Enterome

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Développant de nouveaux traitements contre le cancer et les maladies auto-immunes grâce à sa connaissance unique du microbiote, Enterome a signé un accord de collaboration avec Nestlé Health Science qui cible les allergies alimentaires et les maladies intestinales chroniques.

Enterome a annoncé lundi la signature d’un accord de collaboration et de licence avec Nestlé Health Science, filiale du géant suisse Nestlé. Les deux sociétés avaient l’intention de travailler au développement d’un traitement expérimental, EB1010, développé à partir de la plateforme propriétaire Mimicry d’Enterome et visant à améliorer la prise en charge des patients souffrant d’allergies alimentaires ou de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI). Les essais humains de ce candidat-médicament débuteront en 2023.

Enterome, basée à Paris et Genopole d’Evry, et Nestlé Health Sciences, dont le siège social est à Lausanne, en Suisse, développeront également un nouveau portefeuille potentiel de traitements pour les allergies alimentaires à partir de la plateforme Mimicry, en se concentrant d’abord sur les allergies aux arachides les plus courantes.

Un apport initial de 40 millions d’euros de Nestlé Health Science

Un apport initial de 40 millions d'euros de Nestlé Health Science

Dans le cadre de cet accord, Enterome bénéficiera d’un apport initial de 40 millions d’euros de Nestlé Health Science, en partie en numéraire et en partie par la souscription au capital d’Enterome. Les entreprises françaises sont éligibles à des paiements supplémentaires basés sur des jalons cliniques et commerciaux ainsi que, si possible, à des redevances sur les ventes nettes d’une large gamme de produits collaboratifs. Sur le même sujet : ADAS : Nissan annonce une technologie avancée de sécurité active. À l’échelle mondiale, environ 220 millions de personnes souffrent d’allergies alimentaires, tandis que les MII touchent 7 millions de patients. « Grâce à cette collaboration, nous visons à développer de nouveaux traitements pour représenter un besoin thérapeutique important, non satisfait à ce jour », a-t-il déclaré.

À Lire  Mastercard utilise la technologie Microsoft pour lutter contre la fraude par carte de crédit

Comment transférer un site Web vers un autre hébergeur (sans temps d'arrêt ni problèmes) ?
A voir aussi :
Transférer un site Web d’un hébergeur à un autre ne doit pas…

« Empêcher ou réduire l’intensité des réactions allergiques dans l’intestin »

"Empêcher ou réduire l'intensité des réactions allergiques dans l'intestin"

« Cette collaboration nous permettra également de faire avancer le développement clinique du premier candidat du portefeuille d’EndoMimics, EB1010. Nous pensons que EB1010, administré par voie orale, a le potentiel de prévenir ou de réduire l’intensité des réactions allergiques dans l’intestin. Bowel Disease, EB1010 peut être indiqué dans de nombreuses formes d’allergies alimentaires, potentiellement en association avec AllerMimics.

Pierre Belichard, PDG d’Enterome, s’est déclaré satisfait de la conclusion de cet accord avec Nestlé Health Science, leader mondial de l’allergie alimentaire. Pour les managers, la conclusion de cet accord de collaboration souligne également le potentiel et l’intérêt croissant des industriels pour la plateforme Mimicry comme source de nouvelles immunothérapies. « Cette réalisation est plus excitante après la validation clinique et immunologique du mode d’action de l’EO2401, l’immunothérapie OncoMimics est prête à être utilisée en premier pour le glioblastome et le carcinome surrénalien », a-t-il déclaré.

31 minutes et 24 secondes sur le tapis avec 20 kg sur le dos : ce Français vise un record du monde.
Ceci pourrez vous intéresser :
Le dimanche 24 juillet 2022, Silehm Boussehaba a enduré 31 minutes et…