Nord du Québec | Interruptions de service dans les soins dentaires cet été

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Des patients qui veulent se faire arracher les dents parce qu’ils ne voient pas à temps à Chisasibi, d’autres obligés de parcourir les 369 km pour séparer Waskaganish de Val-d’Or pour des soins d’urgence : les dentistes se font plus rares dans les régions éloignées. Une situation liée au non-renouvellement de l’entente sur le régime public de soins dentaires qui traîne depuis six ans, déplore l’Association des chirurgiens dentistes du Québec (ACDQ).

Les problèmes d’accès à un dentiste dans le Nord du Québec ont des répercussions considérables pour les gens qui y vivent, selon la responsable du département dentaire du Conseil cri de la santé et des services sociaux de la Baie James (CCSSBJ), Lucie Papineau.

« Il est très critique. On va avoir [des pauses] de services dans les grandes communautés du territoire cet été », indique le Dr Papineau. « C’est la première fois que je constate un désenchantement face à la pratique dans le nord du Québec », ajoute-t-elle.

À Chisasibi, aucun service dentaire ne sera offert pendant six semaines, et en août, un dentiste s’occupera de toute la communauté, indique le Dr Papineau. Wemindji connaîtra également une période de six semaines sans services dentaires, et la communauté de Mistissini connaîtra le même sort pendant quatre à six semaines.

« C’est simplement venu à notre connaissance à ce moment-là. L’entente concerne aussi les territoires inuits, la Côte-Nord et Fermont », ajoute le président de l’ACDQ, le Dr Carl Tremblay.

L’entente sur le régime public de soins dentaires définit le salaire des dentistes en régions éloignées. Ce faible salaire, selon plusieurs, réduit l’attrait du Nord pour les jeunes dentistes et contribue aux pénuries de personnel.

Ce régime prévoit également le montant remboursé aux dentistes en pratique privée. Au Québec, le prix d’une simple extraction dentaire se situe généralement autour de 125 $. Cependant, la Régie ne rembourse que 84 $ pour cette intervention lorsqu’elle est couverte.

Le montant remboursé aux dentistes par le gouvernement n’est pas suffisant, dénonce le Dr Tremblay.

Peu d’engouement pour les régions éloignées

Peu d’engouement pour les régions éloignées

Bernard Jolicoeur, 65 ans, est dentiste depuis 1985. Avide d’aventure, il a travaillé à Kujjuaq et ailleurs au Nunavik. Lire aussi : Bon : Parentalis, la première appli créée par des pédiatres pour faciliter la parentalité. Il pensait avoir pris sa retraite en 2013, mais dans un contexte de pénurie de personnel, il a accepté de remplacer ses collègues de Fermont et de la Côte-Nord pendant leurs vacances.

PHOTO DONNÉE PAR BERNARD JOLICOEUR

Bernard Jolicoeur est dentiste depuis 1985 et travaille dans les régions éloignées du Québec.

Le Dr Jolicoeur, qui travaille 12 à 15 semaines par année, ne comprend pas pourquoi l’entente avec Québec sur le salaire des dentistes en région éloignée est expirée depuis longtemps.

« La jeune génération de dentistes a tendance à être plus urbaine », dit-il. Actuellement, les conditions de travail font qu’il est difficile de les attirer dans les zones reculées, alors qu’ils peuvent faire aussi bien, sinon mieux, dans les zones périurbaines », dit-il.

A voir aussi :
L’été est le moment idéal pour s’amuser au soleil, mais c’est aussi…

Un enjeu de sécurisation culturelle

Un enjeu de sécurisation culturelle

Le manque de personnel peut également entraîner un sentiment d’insécurité envers les professionnels de la santé des communautés autochtones, ajoute l’ACDQ.

Si on a toujours affaire à un remplaçant, et deux semaines par mois, il n’y a personne pour nous soigner, il est difficile de développer un sentiment de confiance envers un professionnel.

Dr Carl Tremblay, président de l’Association des chirurgiens dentistes du Québec

Autant de mesures à mettre en place pour inciter les jeunes dentistes à travailler dans le Nord, selon le Dr Papineau.

Une compensation financière devrait être fixée pour surmonter les défis de quitter sa région, dit-elle. « S’ils parviennent à obtenir un meilleur salaire dans le Sud, en gardant avec eux leur famille, leurs amis et leur conjoint, les dentistes ne viendront pas dans le Nord-du-Québec », note Lucie Papineau.

Quels sont les effets néfastes d'un coup de chaleur sur les plantes ?
Ceci pourrez vous intéresser :
Bien que la plante ait besoin de chaleur et de lumière pour…

Échec des négociations

Échec des négociations

Pour l’instant, les négociations piétinent entre le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) et l’ACDQ. Une réunion en mars dernier s’est soldée par une faillite.

L’écart entre les demandes dentaires des chirurgiens-dentistes et les propositions gouvernementales est encore trop grand.

Noémie Vanheuverzwijn, porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux

« Par exemple, la demande de l’ACDQ sur la tarification des actes assurés représenterait une augmentation pouvant aller jusqu’à 27 % sur la durée de l’entente 2015-2020, explique Noémie Vanheuverzwijn, porte-parole du MSSS.

En ce qui a trait à la situation des dentistes en régions éloignées, le MSSS considère que l’entente en vigueur est adéquate. « Il comprend des incitations pour favoriser la répartition du dentiste travaillant dans la région nord, y compris des primes de distance et d’isolement », explique Mme Vanheuverzwijn.

« Le gouvernement en appelle à la collaboration, au professionnalisme et à l’ouverture des membres de l’ACDQ dans la recherche d’une solution satisfaisante pour les parties », a conclu le porte-parole, rappelant que « l’ACDQ est le seul groupe qui n’a pas pu s’entendre avec le MSSS ». pour la période 2015-2020 ».

Le salaire moyen d’un dentiste peut aller de 6 000 € à environ 11 000 € net par mois. Selon une étude menée par Talent et basée sur 1 030 salaires, on estime que le salaire horaire d’un chirurgien-dentiste est de 30,77 €.

Cigarettes « puff » : les autorités sanitaires s'inquiètent de leur diffusion chez les adolescents
Lire aussi :
Le ministère des Solidarités et de la Santé s’inquiète de la vente…

Comment se reconvertir en prothésiste dentaire ?

Comment se reconvertir en prothésiste dentaire ?

Se former au métier de prothésiste dentaire Pour exercer ce métier, il est en effet possible d’obtenir un diplôme de la branche des métiers : le brevet technique des métiers (BTM) prothésiste dentaire, licence, en un an après bac pro prothèse dentaire ou en 3 ans après le bac général.

Comment devenir prothésiste dentaire sans diplôme ? On ne peut pas devenir prothésiste dentaire pour sa reconversion sans avoir un diplôme. Il existe plusieurs formations à l’exercice de ce métier, également accessibles en formation continue.

Quel est le salaire moyen d’un prothésiste dentaire ?

Salaire du prothésiste dentaire Les prothésistes dentaires perçoivent de 1 634 à 1 976 euros bruts par mois selon leur qualification et leur niveau. Un prothésiste dentaire hautement qualifié gagne de 2 048 à 2 230 euros par mois. Enfin, la rémunération d’un chef de laboratoire s’élève à 2 876 euros.

Comment faire pour devenir prothésiste dentaire ?

3 ans pour préparer le baccalauréat en prothèse dentaire, éventuellement complété par le BTS prothésiste dentaire (deux ans) ou les diplômes des chambres de commerce (BTM prothèse dentaire en 2 ans, puis un brevet technique des métiers supérieurs f 2 ans), pour occuper des postes à responsabilités.

Bien bouger protège aussi notre cerveau !
Lire aussi :
Bouger, faire du sport a de nombreuses vertus ! Mais saviez-vous que…

Est-ce qu’une gingivite est une urgence ?

Est-ce qu'une gingivite est une urgence ?

# 4 Abcès dentaires ou gingivaux Les abcès, qu’ils soient gingivaux ou dentaires, peuvent être une source de douleur importante. Ce sont des infections qui se concentrent sur la gencive autour de la dent ou même à l’intérieur de l’os de la mâchoire. Il est important de consulter rapidement votre dentiste dans les deux cas.

Y a-t-il des dentistes d’urgence? Dans une grande ville, les grands hôpitaux qui ont une faculté dentaire ont souvent un service d’urgence dentaire. Mais il existe une alternative, celle d’appeler le SAMU (composer le 15) qui dispose de la liste des dentistes du travail ainsi que celle des pharmaciens du travail.

Pourquoi aller aux urgences dentaires ?

Une urgence dentaire peut être générée par des dents mauvaises ou non protégées. Le nerf brut va réagir violemment à toutes les agressions extérieures, que ce soit le froid, la chaleur, le sucre, et souvent les antalgiques ne font que réduire la douleur à court terme.

Quand consulter un dentiste en urgence ?

Si vous ressentez une douleur intense et persistante dans une dent ou dans toute la mâchoire, vous devez contacter votre dentiste. Il est de plus en plus conseillé de consulter si la douleur s’accompagne d’un gonflement, d’une fièvre, d’un mauvais goût dans la bouche ou d’une difficulté à avaler.

Qu’est-ce qui est considéré comme une urgence dentaire ?

Dans l’ensemble, si un problème nécessite d’arrêter un saignement persistant, de soulager une douleur aiguë ou de sauver une dent cassée ou cassée, il s’agit d’une urgence dentaire et vous devez appeler un dentiste d’urgence. .

Quels sont les soins dentaires non pris en charge ?

Depuis début janvier 2020, les couronnes et bridges céramo-métalliques sont donc gratuits, pour toutes les dents, qu’elles soient visibles – graveurs, chiens, ainsi que prémolaires – ou invisibles – molaires.

Comment ne pas payer les frais dentaires ? Aide financière pour vos dents de la Sécurité Sociale Vous devez ensuite l’adresser à la CPAM qui en dépend. La Commission examinera votre demande et vous informera de sa décision. L’aide peut vous être versée directement ou au chirurgien-dentiste afin d’éviter l’avancement des frais.

Quelles sont les soins dentaires non remboursés par la Sécurité sociale ?

  • Graines d’infection dentaire.
  • Bouche sèche.
  • Diabète.
  • Amalgames dentaires.
  • Alimentation et dents.
  • Serpents et lanières.
  • Santé générale et parodontite.

Pourquoi les soins dentaires ne sont pas remboursés ?

Ils sont considérés hors nomenclature de la Sécurité Sociale, ils ne sont donc pas remboursés par votre caisse d’assurance maladie. Les mutuelles de santé proposent une prise en charge, souvent sous forme de forfait.

Quelle prothèse dentaire remboursé en 2021 ?

A partir du 1er janvier 2021, avec la réforme 100% Santé, les prix des prothèses dentaires (couronnes, bridges, dentiers) sont entrés dans le panier de l’offre 100% Santé, avec un paiement nul pour les assurés.

Quel niveau d etude pour être orthodontiste ?

Il faut environ huit ans après le baccalauréat pour obtenir le DE (Diplôme d’Etat) de chirurgie dentaire et le DES (Diplôme d’Etudes Spécialisées) d’orthopédie dento-faciale. La formation est divisée en trois cycles : le premier cycle dure trois ans et le second deux ans.

Est-ce difficile de devenir orthodontiste ? Vous devez également avoir un esprit d’acier : c’est un entraînement difficile, qui peut parfois être stressant ou impressionnant, mais qui en vaut la peine. En effet, avoir la santé du patient entre ses mains n’est pas forcément facile à gérer au début. Les dentistes exercent à plus de 90% chez les libéraux.

Quels sont les inconvénients d’être orthodontiste ?

En revanche, l’orthodontie linguale augmente le risque de caries car les brackets sont fixés directement sur l’émail des dents. En ce qui concerne le brossage des dents, ce geste devient plus compliqué car il faut bien cibler les zones à brosser.

Quel est le salaire d’un orthodontiste ?

Un orthodontiste gagne entre 7 307 € brut et 42 585 € brut par mois en France, soit un salaire moyen de 24 946 € brut par mois, avant le paiement d’honoraires et taxes représentant environ 60 % des revenus des professions libérales. .

À Lire  Les erreurs à ne pas faire avec bébé en été