Nouveau test DS 7 E-TENSE 4×4 360° : tête et queue !

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

A l’occasion de la refonte de son SUV phare, DS en a profité pour présenter son moteur le plus puissant disponible sur la DS 7, 360 ch au total, dans l’espoir d’aller se battre à armes égales avec la concurrence d’outre-Rhin, et surtout l’opportunité pour DS de mieux vendre son SUV premium hors de nos frontières. Nous avons pu prendre le volant sur les routes sinueuses de l’arrière-pays niçois pour constater son potentiel de réussite.

Un modèle “sportif” qui se distingue des autres

Un modèle “sportif” qui se distingue des autres

Si la motorisation n’est pas nouvelle pour la DS – nous avons pu tester la DS 9 qui en est équipée – les designers ont décidé cette fois de départager ce grand SUV de tourisme du reste de la marque, à travers différentes évolutions esthétiques. Lire aussi : Comment est calculé le rabais pour un véhicule?.

Comme sur toutes les versions mises à jour, le feu rotatif DS Active LED laisse place au feu avant Pixel Led Vision 3.0, avec 5 modes de luminosité différents qui s’adapteront à l’environnement de conduite, notamment la nuit. Raffinés, ils donnent à la DS 7 une allure affûtée, soulignée par les feux diurnes DS LIGHT VEIL ; une façon astucieuse de créer des LED qui brillent à travers des zones spécifiques de la partie du corps.

A l’arrière, le coffre abaissé abandonne les chromes comme la calandre, et reçoit au passage le marquage « DS Car » sur toute sa largeur. Les feux arrière sont raffinés, mais il faut avoir l’œil pour les reconnaître, et le contour prend la lueur sombre de l’insert de hayon.

Maintenant, il y a des spécificités de cette version E-TENSE 4×4 360 ; avec de toutes nouvelles jantes de 21 pouces et une garde au sol réduite de 1,5 cm ; un peu, mais c’est suffisant pour asseoir cette DS 7 sur l’asphalte grâce aussi aux chenilles augmentées (+ 24 mm à l’avant, + 10 mm à l’arrière) et les freins avant passent à 380 millimètres de diamètre à quatre pistons étriers. signé DS PERFORMANCE.

C’est pour l’esthétique, quelques changements se retrouvent au niveau du châssis, avec les bons réglages de suspension, et dans l’habitacle !

Les JO 2024 à Paris : sécurité, budget, transports… cinq raisons de s'inquiéter
Sur le même sujet :
À seulement deux ans de l’ouverture des Jeux olympiques de 2024, il…

Douceur et volupté dans l’habitacle

Douceur et volupté dans l’habitacle

Une fois à l’intérieur, rien ne distingue cette version 360 ch du reste de la gamme ; sauf à choisir la première finition La première, exclusive au moteur le plus puissant. Pour notre part, c’est le modèle Opera avec un intérieur noir que nous prenons le volant pendant quelques heures.

Si le moteur est neuf, regardons le design très astucieux de l’habitacle de cette nouvelle DS 7. On a tout de même le droit au meilleur volant en cuir et au tableau de bord décoré de matière cuir Nappa noir de la fin de notre Opéra, ce temps décoré. il a un nouveau type de gaufrage qui rompt la monotonie de l’ancienne version.

L’impression optique est très efficace, et les assemblages sont au niveau des meilleurs du marché, avec un toucher agréable du cuir. Malgré la noirceur dominante, on se retrouve dans un intérieur chaleureux qui cache bien son jeu.

À Lire  Un collectionneur a vendu 89 Youngtimers et Populars aux enchères

C’est sur le secteur du digital et de l’infodivertissement que les évolutions sont les plus importantes, avec l’adoption du système IRIS de la marque. Au programme, une interface plus fluide et agréable, un écran 12″ avec une bonne définition, et la possibilité désormais d’utiliser Apple Carplay sans fil. Derrière le volant, l’affichage numérique est toujours sur l’écran 12″ et a également bénéficié d’un rafraîchissement réussi avec de nouveaux visuels et une esthétique moderne.

Sur la console centrale, c’est le statu quo à l’exception de l’adoption de l’USB-C pour deux prises en façade. Le conducteur profite toujours d’un grand vide-poches central et d’un porte-gobelet, le levier de vitesses de la boîte de vitesses EAT-8 à 8 rapports reste également le même.

L’habitacle est baigné de lumière avec un grand toit ouvrant panoramique, et on s’amuse à brancher son téléphone pour profiter du son Focal délivré par les 14 haut-parleurs du cockpit.

A l’arrière, on ne change pas l’équipe gagnante et la banquette, le dossier est réglable, il accepte juste, le conducteur du milieu profite même du plancher inférieur. Deux ports USB ainsi que des réglages de climatisation sont disponibles à l’arrière.

Le grand coffre offre tout de même une contenance minimale de 555L, faisant du DS 7 un véritable SUV familial permettant de partir en vacances tranquilles à plusieurs.

Vendre sa voiture : comment sécuriser le paiement ?
Sur le même sujet :
Vendre une voiture d’occasion par soi-même n’arrive pas tous les jours. Beaucoup…

360 ch pour un SUV Grand Tourisme

360 ch pour un SUV Grand Tourisme

Pour cette version haut de gamme, DS a repris la recette déjà disponible sur sa DS 9, avec un 1.6 Puretech de 200 ch, couplé à un moteur électrique avant de 110 ch intégré à une boîte de vitesses EAT8, et un moteur arrière. électrique de 113 ch, le tout alimenté par une batterie modifiée, d’une capacité de 14,2 kWh.

Ainsi l’ensemble pousse 360 ​​ch et 520 Nm de couple, avec des performances impressionnantes : 5,6 secondes pour le 0 à 100 km/h, et 80 à 120 km/h en 3,4 s.

Une fois au volant, c’est vous qui décidez ; lors de notre boucle, nous avons tour à tour navigué tranquillement sur la Promenade des Anglais, et parcouru très bien la route, jusqu’à ce que nous nous retrouvions les deux mains sur le volant à négocier des routes étroites sur la route de l’Esterel. Deux salles, deux ambiances très différentes, et DS a réussi à proposer une voiture qui sait s’adapter correctement à ces conditions.

En mode Confort, équipée d’une suspension pilotée par la « lecture » de la route, la DS 7 – 360 ch entoure ses occupants, et malgré les roues de 21″, le confort reste roi, aussi haut soit-il. Maintenant une fois sorti de la ville, il est temps de faire la fête et de laisser parler les chevaux chauds et électriques !

Lorsque les 3 moteurs du SUV « poussent » ensemble, le couple de 520 Nm fonctionne à merveille et permet de redémarrer rapidement entre chaque virage, allié à la précision du volant et à la maniabilité des pneumatiques, on rentre vite dans le jeu même si Ça pourrait être. 2 tonnes de DS 7. C’est à ce moment précis qu’on aurait pu s’attendre à ce que la DS soit capable de combiner mieux que ses quatre cylindres sur ce modèle, car si c’est une guerrière, sa sonorité, sans être désagréable, n’est pas appropriée . à la hauteur de l’affaire. Cela dit, hormis le roulement lourd, heureusement il reste malin et la gestion du boitier EAT-8 est globalement réussie.

À Lire  Allocation carburant : jusqu'à 300 euros de prime, pour qui et quand ?

Si sur le papier les performances ne sont pas trop éloignées de la version 300 ch, en pratique il s’agit en réalité de deux voitures différentes proposées par DS. La version 360 ch, avec ses réglages, sa suspension abaissée et sa cartographie moteur plus agressive, offre un visage différent de son homologue et peut vous déplacer d’un virage à l’autre avec une tenue de route surprenante grâce à ses pneus. , ou laisser vos enfants à l’école avec adresse, dans le silence de la cathédrale, et c’est bien sa raison d’être.

De quels documents ai-je besoin pour vendre ma voiture ?
Ceci pourrez vous intéresser :
Comment envoyer un certificat de cession à la préfecture en ligne ?…

L’électrique pour la semaine, le thermique pour voyager

L’électrique pour la semaine, le thermique pour voyager

Comme tous les hybrides rechargeables, cette DS 7 n’a d’intérêt que lorsqu’elle est branchée régulièrement. Avec une autonomie WLTP de 57 kilomètres en cycle mixte (lecture probable autour de 40-42km), elle peut faire de nombreux trajets quotidiens français sur le même prix, laissant le moteur thermique au repos la plupart du temps.

Pour de très longs trajets, ou un plaisir occasionnel, les 200 cv puretech répondront à cela et tous sont capables de donner de belles sensations, ou de tourner tranquillement sur autoroute, avec une consommation moyenne d’environ 8, 5-9l/100km à 130km/h ; et il vaudra la peine d’être manipulé avec son petit réservoir de 43l.

Malheureusement, nous n’avons pas pu constater son autonomie lors de nos essais, faute de temps, mais sur notre boucle combinée d’un peu plus de 100 km, avec un terrain « masculin » en montagne, notre utilisation s’est accrue. est confirmé à 5,9 l. / 100 km, il reste encore 19% de batterie à l’arrivée.

Vendre une voiture : connaître le prix
Voir l’article :
Vendre une voiture est souvent stressant. En effet, commercialiser son véhicule nécessite…

Notre avis sur la nouvelle DS 7 E-TENSE 4×4 360

Notre avis sur la nouvelle DS 7 E-TENSE 4×4 360

Comment bénéficier d’un SUV Grand Tourisme de 360 ​​ch pour en profiter, sans dépenser un litre d’essence pendant une semaine ? Avec cette DS 7 E-TENSE 4×4 360 bien sûr !

Si l’hybride rechargeable est un mensonge pour certains, c’est le nôtre, par quelque faute, le meilleur du monde compte tenu de la situation actuelle. Parmi les organismes qui veulent faire disparaître les thermiques à marche forcée, sans la moindre concertation, et dont le réseau de recharge électrique est encore incohérent avec les exigences, cette DS 7 offre une souplesse incroyable et un agrément de conduite qui reste parfait.

Il se mesure sans mal pour un premium allemand qui n’offre pas vraiment d’égal sur le segment, du moins en hybride rechargeable. Proposée à partir de 68 700 en finition Performance Line +, jusqu’à 78 400 € en série limitée La Première, la DS 7 – 360 ch a une petite place à faire sur le segment, et peut-être pas qu’en France, compte tenu de son caractère indéniable !