« On vit dans une boîte de sardines » : Dans la métropole de Lyon, une galère de droits d’hébergement conflictuels

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Dans la métropole de Lyon, Yacine assiste à l’interminable attente d’une réponse de la commission départementale d’analyse des demandes de droit au logement (Dalo).

« On se voit à la maison« , m’a-t-il dit au téléphone. Avant de corriger : « enfin… la petite chambre oui ». Je comprends mieux pourquoi quand je rentre chez moi. Yacine (prénom changé) vit depuis plus de deux ans dans un studio de moins de 20m² situé dans une commune proche de Lyon, avec sa femme et ses trois enfants mineurs.

Une salle de bain sur la gauche après la porte d’entrée, un petit couloir avec placards et une kitchenette. Puis la fameuse « petite chambre ». Dix mètres carrés maximum.

Un lit est installé contre le mur du côté nord. Même chose du côté ouest, sous la fenêtre. Et deux couchettes sont attachées à la cloison du côté sud. Un matelas rangé dans un coin est « collé » la nuit au milieu de ce qui reste d’espace libre, pour faire un cinquième lit.

Depuis plus d’un an, Yacine et sa famille attendent une réponse de la Commission départementale chargée d’étudier les demandes de droit au logement pouvant être sollicitées pour la métropole de Lyon.

« On vit comme dans une boîte de sardines », se lamente le père de famille.

« Le directeur de l’université de ma fille m’a dit : ‘Votre fille est une bonne élève, mais elle dort dans la salle de classe.’ Pourquoi pensez-vous? Parce qu’elle ne peut pas bien dormir ici dans ces conditions. Lire aussi : Plus belle la vie : Laurent Kérusoré en larmes pour se dire au revoir !. Nous vivons comme une boîte de sardines.

À Lire  Aroma-Zone : retrouver le sommeil profond grâce à un CBD

Au printemps 2021, après des tentatives infructueuses pour obtenir un appartement chez un bailleur social, Yacine dépose un recours auprès de la préfecture du Rhône au titre du Dalo, le droit au logement opposable. Pour une raison difficilement contestable : les logements surpeuplés.

Mais, plus d’un an après, lui et sa famille attendent toujours que le dossier soit analysé par le service de la mairie et par la commission départementale qui analyse les demandes (Comed).

Voir l’article :
Vous avez du mal à dormir la nuit ? Que faire si…

>> Cet article est un extrait de notre enquête sur les dysfonctionnements de la Commission départementale qui instruit les demandes de Dalo

Lire aussi :
Helen Skelton de STRICTLY a révélé que ses enfants dormaient toujours avec…