Outremers360° – Toute l’actualité étrangère en 360°

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Pour faire face à l’augmentation importante du nombre de bénéficiaires, tout en proposant des colis de produits de qualité, la Banque Alimentaire des Mascareignes se dote d’un nouvel outil : une unité de transformation a été inaugurée pour pouvoir conditionner ces produits avant leur distribution.

En 2021, elle a conclu un partenariat avec la Chambre d’agriculture et les producteurs du Sud qui fourniront 60 tonnes de fruits et légumes destinés à la distribution directe en 2022. D’autres fruits et légumes qui ne peuvent pas toujours être distribués rapidement sont également transformés. « Dans un premier temps, nous conditionnerons entre 15 et 20 tonnes de fruits et légumes par an dans notre cuisine équipée grâce au financement régional et à l’appui technique de la Fédération. Nous avons également fait appel à l’expertise de l’Université de La Réunion auprès des élèves du lycée technique. d’Esiroi qui a réalisé pour nous le plan de bilan de santé », explique Bruno Prochasson, le président de la Banque Alimentaire des Mascareignes.

Concrètement, une trentaine d’agriculteurs du sud, regroupés par la Chambre d’agriculture, pourront désormais accéder gratuitement à l’Unité de transformation pour transformer une partie de leur production. « Il est important que nos agriculteurs puissent conditionner une partie de leur production pour les stocker et les vendre sur les marchés de producteurs », précise Frédéric Vienne, président de la Chambre d’agriculture de La Réunion.

En retour, ces agriculteurs donnent 10% des produits qu’ils ont transformés et offrent également une partie de leur production à la Banque Alimentaire, qui à son tour les transformera. Les équipements disponibles permettront la stérilisation ou la pasteurisation, la congélation, la déshydratation ou le traitement sous vide, le tout dans le respect des règles d’hygiène et de sécurité alimentaire et des normes d’étiquetage des produits transformés. Ce projet a nécessité un investissement de 82 000 euros.

À Lire  A partir de quel âge l'alcool peut-il être bon pour la santé ?

En effet, les Banques Alimentaires sont très attentives à la qualité nutritionnelle des denrées distribuées aux bénéficiaires de l’aide alimentaire, selon les recommandations du Plan National Nutrition Santé (PNNS). « Notre mission première est d’aider ceux qui en ont besoin en luttant contre le gaspillage alimentaire et en favorisant une alimentation saine, équilibrée et de qualité. J’ai encouragé toutes les banques alimentaires françaises à travailler sur de tels partenariats. Cette campagne de La Réunion a été la plus réussie et donc souhaitée Je suis ici aujourd’hui. C’est avec une grande fierté que je salue aujourd’hui le développement de cette unité de transformation et le dynamisme de cette équipe réunionnaise », conclut Claude Balland, Président de la Fédération Française des Banques Alimentaires. Le don alimentaire est diversifié avec une régularité approvisionnement en produits frais, fruits et légumes, indispensables pour une alimentation équilibrée et pour rester en bonne santé.

La collaboration avec la Chambre d’agriculture, le balisage des nouveaux produits et l’achat résiduel de denrées alimentaires devraient permettre d’augmenter la part des fruits et légumes dans les parcelles : environ 30 % d’ici 2022.