Pas plus de deux burgers par semaine pour limiter le réchauffement climatique à +1,5C d’ici 2030

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Publié le 29/10/2022 à 20:30

, mise à jour le 29/10/2022 à 20h30

Alors que la COP27, qui se déroulera en Égypte à partir du 6 novembre, évaluera les moyens de rendre l’Afrique moins vulnérable au changement climatique, un rapport d’un groupe de réflexion américain (World Resources Institute) alerte sur la lenteur des actions à mener pour espérer atteindre un limite de réchauffement de 1,5°C d’ici 2030. Parmi les nombreuses pistes, le groupe de réflexion conseille de passer cinq fois plus vite à une alimentation plus saine consistant en un maximum de deux hamburgers par semaine

Malheureusement, on n’a pas attendu les terribles incendies qui ont ravagé la Gironde cet été pour comprendre l’urgence d’agir pour limiter les effets du réchauffement climatique. Alors que dans les années 90 des petits gestes du quotidien comme fermer le robinet au moment de se brosser les dents ou trier les déchets pour tenter de réduire l’empreinte carbone de sa consommation quotidienne étaient déjà demandés, de nombreux consommateurs qui ont intégré ces habitudes se demandent désormais comment ils peuvent participer dans le succès de l’Accord de Paris qui prévoit de limiter le réchauffement climatique à +1,5°C d’ici 2030.

Dans un rapport publié le 26 octobre, le World Resources Institute, qui s’est donné pour mission de proposer des exemples concrets sur la manière de combiner protection de l’environnement et développement économique, indique qu’il faut changer cinq fois plus vite ses habitudes alimentaires et privilégier la santé. et alimentation durable. En l’occurrence, le think tank américain proche du Parti démocrate pointe du doigt la consommation de hamburgers, non pas clairement à cause de sa composition de pain et de légumes mais à cause de la présence de viande. La consommation de viande de ruminants devrait être égale à deux hamburgers par semaine et par habitant, selon ce groupe de réflexion composé de scientifiques et d’économistes.

À Lire  TOULON : Manger sain pour mieux vivre » est la lettre d'information économique et politique de la PACA

Alors que la responsabilité écologique a longtemps été portée sur les épaules des citoyens, les pistes de réflexion de ce rapport montrent combien d’actions doivent être menées par les pouvoirs publics et les grandes entreprises pour initier rapidement le changement. Le cas est très pragmatique : il faut « éliminer cinq fois plus vite le financement public des énergies fossiles, ce qui équivaut à réduire les subventions de 69 milliards de dollars en moyenne par an ». Compte tenu de cela, 925 centrales électriques au charbon de taille moyenne devraient être mises hors service chaque année.

Pour accélérer et espérer atteindre l’objectif de l’Accord de Paris, des efforts sont également nécessaires en matière de rail et de métro, avec un développement six fois plus rapide des réseaux de transports publics dans les villes les plus émettrices du monde. Pour produire ce rapport, le World Resources Institute a étudié une quarantaine d’indicateurs sur lesquels nous pourrions faire des efforts. Il s’agit, par exemple, de la déforestation. Par exemple, le processus devrait s’arrêter chaque année sur une surface équivalente à toutes les terres arables de Suisse.

NON aux régimes, OUI à WW !

La cuisine est bonne pour le corps et l'esprit
Voir l’article :
Prendre le temps de passer derrière le poêle aurait de nombreux avantages.…