Pays basque : l’économie prometteuse de la filière chanvre

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Auteur Véronique Fourcade – v.fourcade@sudouest.fr Publié le 08/02/2022 à 16:24 Mis à jour le 02/08/2022 à 17:16.

L’industrie du chanvre et de son dérivé, le CBD, subit depuis sa création, un maelström juridique qui ne décourage pas les entrepreneurs. Il faut dire que le trafic ne cesse d’augmenter

Le chanvre « bien-être » est un marché prometteur qui n’a pas échappé à Hamida Betriche. Sa petite entreprise, CBD House, a subi une crise juridique et sanitaire, mais prospère depuis son siège de Biarritz : dix salariés sont employés dans quatre magasins situés dans les Landes et au Pays basque. Dans quelques jours, deux autres comptoirs seront ouverts, en phase avec la tendance à la multiplication rapide de la distribution du CBD, un produit obtenu à partir du chanvre et de la contraction de « cannabidiol » qui désigne différentes molécules…

Le chanvre « bien-être » est un marché prometteur qui n’a pas échappé à Hamida Betriche. Sa petite entreprise, CBD House, a subi une crise juridique et sanitaire, mais prospère depuis son siège de Biarritz : dix salariés sont employés dans quatre magasins situés dans les Landes et au Pays basque. Dans quelques jours, deux autres comptoirs seront ouverts, en ligne avec la tendance à la multiplication rapide de la distribution du CBD, un produit dérivé du chanvre et de la contraction de « cannabidiol » qui signifie différentes molécules de chanvre.

Avant de se lancer en 2018 avec leur fils Willen, le duo a étudié attentivement le marché mondial. Il s’est appuyé sur son développement exponentiel en Suisse, aux USA ou en Australie où la filière du CBD est en passe de dépasser celle du THC du cannabis, classé comme drogue car il contient la molécule psychotrope tétrahydrocannabinol (THC donc).

« Avant, les voisins des magasins nous disaient ‘vous vendez de la drogue’. C’est fini. La plupart de nos clients n’ont jamais roulé un joint de leur vie », explique l’entrepreneur qui entend promouvoir cette plante miraculeuse qu’est le cannabis sans ces substances psychoactives. Il soulage les douleurs articulaires, rend la peau plus douce, aide l’élève à se concentrer et peut même rendre le chien moins agressif…

Dopé par le confinement

Dopé par le confinement

« C’est un marché de niche : 10 % de la population en France dépense, mais ça va doubler ou tripler. Toutes les générations sont concernées. Le marché européen, en milliards d’euros, devrait passer de 2,5 en 2010 à 13 en 2028. Pas étonnant que d’autres professions, comme les buralistes ou les pharmaciens, se lancent dans ce business.

« C’est là que notre expertise est utile », affirme Hamida Betriche. Ceci pourrez vous intéresser : Cuisses. Le bien-être au menu du centre culturel et social. « En parapharmacie ce sera un achat impulsif, alors qu’en magasin vous trouverez des informations sur toutes les déclinaisons du CBD : tisanes, vapotage, huiles essentielles ou encore produits alimentaires ».

Comme un caviste, un vendeur de CBD est un expert des millésimes, capable d’expliquer la différence entre différentes fleurs de cannabis, selon que le consommateur recherche la concentration ou la détente. Il connaît les taux de CBD, comment goûter les fleurs, le pollen ou la résine et préconise des préparations (huile, cristaux) ou des manières de consommer des infusions, cigarettes ou « vapote », ces pipes chauffantes qui décuplent les effets recherchés.

Le premier shutdown a alimenté les ventes en ligne de CBD et piégé les amateurs de THC contraints au sevrage, ainsi que les anxieux en proie à l’angoisse de cette triste période. Dans la foulée, les ventes en ligne ont fleuri et les points de vente se sont multipliés : ils sont une vingtaine au Pays basque. Quelques agriculteurs se lancent dans la culture du chanvre : trois hectares en Basse Navarre, un hectare et demi à Saint-Pée-sur-Nivelle.

Les représentants des fabricants de CBD s'adressent au Conseil d'État
Sur le même sujet :
L’Association Française des Producteurs de Cannabinoïdes (AFPC) est engagée dans une bataille…

Production locale

Production locale

« En France, nous étions loin derrière dans la production », note Hamida Betriche. « Les Israéliens travaillent depuis 20 ans. Les Canadiens aussi. Plus près de nous, la Suisse est leader. En Italie, la loi a été assouplie et en un an, la production a explosé. La qualité française n’y est pas, affirment les grossistes. Les meilleures fleurs sont cultivées sous serre, une technique actuellement absente en France où le chanvre est cultivé en plein champ.

Le cannabis vendu légalement dans les magasins est beaucoup moins cher que l’herbe classée comme « stupéfiant » et interdite à la vente. Pour ces derniers, l’Office central de répression de la traite des êtres humains donne en moyenne 10 euros le gramme. Ce montant peut acheter trois ou quatre fois plus de fleurs CBD.

L’argument économique ne laisse pas les autorités seules. En Italie, les autorités n’ont pas appliqué les freins légaux mis en place en France, et le marché explose. « Nos différents arguments ont été entendus par la justice, par exemple en début d’année lorsque le Conseil d’Etat a été saisi pour lever l’interdiction de vente de fleurs. La TVA, les cotisations patronales et le poids économique du secteur qui commence à peser… Tout cela est apparu dans les arguments des conseillers de l’Etat ».

Mama Kana développe une variété de produits naturels à base de chanvre
Sur le même sujet :
Les consommateurs de produits extraits du chanvre ou du chanvre ont longtemps…

À Lire  A 25 ans, Mao Aoust, ancien homme d'affaires, dirige un empire du CBD aux 21 millions d'euros de chiffre d'affaires.