Pénurie de carburant : quels sont les métiers prioritaires ?

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Publié le 10 octobre 2022 à 11h42, mis à jour le 10 octobre 2022 à 15h20 Source : TF1 Info

Publié le 10 octobre 2022 à 11h42, Mis à jour le 10 octobre 2022 à 15h20

Les difficultés pour s’approvisionner en carburant s’aggravent en France.Face à la situation, dans plusieurs départements, les stations-service donnent désormais la priorité à certaines professions.C’est notamment le cas pour les personnels de santé ou les policiers, mais pas pour les chauffeurs de taxi.

Le problème d’approvisionnement en carburant s’aggrave en France. Sur le même sujet : Nutrition : 7 conseils pour une alimentation équilibrée selon l’OMS.

En effet, dans de nombreux secteurs, les stations-service privilégient désormais certains métiers.

Cela est particulièrement vrai pour les ambulanciers paramédicaux ou la police, mais pas pour les chauffeurs de taxi.

Les pénuries de carburant se poursuivent en France, avec environ 30% des stations-service connaissant des pénuries de carburant, selon le porte-parole du gouvernement Olivier Véran. Certaines zones sont plus touchées que d’autres, comme dans le Nord ou en région parisienne.

Alors que de nombreuses stations sont incapables de produire du carburant, l’État a pris des mesures, en concertation avec les autorités locales, pour permettre à certaines entreprises importantes de continuer à se développer. Au niveau national, quelques stations sont donc réservées aux véhicules de secours : pompiers, police, SAMU et gendarmerie nationale. Mais ces mesures sont aussi locales, puisque les provinces ont établi leurs propres listes d’usagers prioritaires dès le vendredi 7 octobre.

Voir l’article :
Le 3 octobre, c’est parti pour les 2 Conseils de Refondation Territoriale…

Les taxis dans le Pas-de-Calais

Par exemple, le maire de l’Aisne a réservé une ligne prioritaire dans certaines gares de son département, entre 7h30 et 18h. Trois types de professions différentes sont concernées : « Les personnes de l’autorité publique (services de police et de gendarmerie, administration pénitentiaire, justice, etc.) ; les services d’urgence et de secours (SDIS, SAMU, SMUR, etc.), les agents de santé et les agents de santé (médecins , pharmaciens). , infirmières, infirmières, etc.) ». Dans l’Oise, ces lignes prioritaires sont réservées aux seuls professionnels de santé, sur présentation d’un justificatif et dans la Somme, aux « services de sécurité et de secours pour assurer leurs objectifs prioritaires ».

À Lire  Cigarettes électroniques : la mise en garde du ministère de la Santé contre le « Puff » est très prisée des jeunes

Mais dans le Pas-de-Calais, la liste des « véhicules de secours » est bien plus longue. Détails de la province : « Police, gendarmerie, sécurité, pompiers, douanes, services de déminage, services hospitaliers, centres de santé et centres et services de santé publique, professionnels de santé, admissions de véhicules, VSL et taxis agréés, collecte de sang et transport de biens et d’organes , la distribution de médicaments et de fournitures médicales, les services d’aide à domicile, les entreprises de pompes funèbres et de deuil, les associations caritatives d’abord, l’administration pénitentiaire, le service communal des voiries des départements et les véhicules d’intervention d’urgence (ENEDIS, GRDF, DIR, sociétés automobiles, assistance routière) ».

La province a ajouté que « les autres usagers de la route sont invités à faire preuve de civisme et à ne pas se rendre dans ces gares ». De même, le département du Nord a élargi la liste des publics prioritaires « pour prendre en compte les professions de santé pour lesquelles une continuité de service est nécessaire ». Sont donc concernés les infirmiers, les prélèvements sanguins et les transports d’organes, ou encore les services de maintien à domicile (la liste complète se trouve ici).

Et si les taxis agréés sont privilégiés dans le Pas-de-Calais ou les Hauts-de-France, ce n’est pas le cas ailleurs en France, alors que l’Association nationale des taxis réclame l’accès aux stations de taxis. Ils ne sont pas seuls. Dans le Rhône, les sapeurs-pompiers ont demandé à leur agence de prendre des mesures pour leur permettre d’acheter du carburant pour rejoindre leur caserne et assurer la « continuité de service ».

À Lire  Nomination des membres des conseils de santé de territoire 2022-2027 | Direction régionale de la santé des Hauts-de-France

En région parisienne, malgré les violences dans certaines gares, ce n’est pas le moment de prendre des mesures urgentes, selon la province. « La situation actuelle ne justifie pas la recherche de stations-service en Île-de-France », a indiqué la préfecture de police au ministère de la Justice TF1/LCI, tout en confirmant ce qui suit « la situation actuelle par rapport aux opérateurs pétroliers ». Pourtant, les stations-service sont déjà marquées comme prioritaires sur Internet, comme à Sevran (Seine-Saint-Denis).

Généralement méridional, le Vaucluse ne garantit pas la priorité aux pompes de canalisation, mais il privilégie tout de même d’autres métiers. Ainsi, la limitation d’un réservoir plein à 30 litres pour les particuliers et à 120 litres pour les professionnels de plus de 3,5 tonnes ne s’applique pas aux « véhicules de service public ou entreprises effectuant des travaux de service public ».

Lire aussi :
Par euronews et France Télévision • Mise à jour : 01/02/2023 -…