Perpignan : Attention, les consultations aux Urgences du CHU évoluent, on vous explique le nouveau fonctionnement.

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

La préfecture des Pyrénées-Orientales a présenté le dispositif d’organisation des urgences estivales pour les adultes du département qui s’appliquera à partir du lundi 4 juillet. Si aucune réduction des services n’est prévue, les autorités en appellent à la responsabilité de chacun de ne pas abuser des soins médicaux non programmés.

Nul doute que la saison estivale augmentera les pressions qui pèsent déjà sur les services hospitaliers. La préfecture des Pyrénées-Orientales, l’agence régionale de santé, les services départementaux d’incendie et de secours et les professionnels de santé (publics et privés) ont élaboré un plan estival. Tous appellent à la responsabilité des citoyens quant à l’utilisation des situations d’urgence.

Il faut que les gens passent par le 15

Avec une population qui se multiplie par deux ou trois l’été, les services hospitaliers des Pyrénées-Orientales constatent chaque année une augmentation du nombre de demandes de soins. En lien avec les problèmes de personnel. « La saison a déjà commencé, souligne le directeur du centre hospitalier de Perpignan, Barthélémy Mayol. Pour éviter que les soins non planifiés ne soient surchargés, la réglementation est le maître mot sur lequel le gouvernement se concentre désormais. Ceci pourrez vous intéresser : Numéro de téléphone pour les urgences dentaires. Pour assurer un fonctionnement ininterrompu des urgences adultes de Perpignan cet été, tout le personnel sera mobilisé. Et toutes les consultations ne sont pas garanties. « Les urgences ne sont pas automatiques », ajoute le préfet Etienne Stoskopf. A partir du lundi 4 juillet et pendant tout l’été, un régime strict de demande de consultation sera mis en place à partir de 20 heures.

À Lire  Allergie aux piqûres de moustiques : que faire ?

Ceci pourrez vous intéresser :
Les élus de Dordogne interviennent alors que l’accueil des urgences du département…

Différencier ce qui est urgent de ce qui ne l’est pas

Différencier ce qui est urgent de ce qui ne l'est pas

« En cas d’urgence, les gens doivent appeler le 15. Une disposition sera prise sur place pour voir s’il s’agit d’une urgence vitale ou non, poursuit Barthélémy Mayol. Si les soins d’urgence ne sont pas nécessaires, les gens seront redirigés vers la solution la plus appropriée. Sur le même sujet : Malade volant : comment faire ?. trivialement appelée ‘bobologie’ n’est pas prioritaire. » « Parfois on voit des gens se rendre aux urgences pour un simple renouvellement de traitement, témoigne Jean-Louis Bolte, vice-président du Conseil départemental de l’Ordre des médecins. Les médecins régulateurs du 15 sont parfaitement compétents, ils sauront quelle solution est le plus approprié. »

Par exemple, les patients souffrant de détresse cardiaque ou respiratoire, ou de traumatismes graves seront traités en urgence, mais pas ceux dont les symptômes ne sont pas graves. Si le 15 a été contacté et que le patient doit être admis aux urgences, il peut s’y rendre avec un numéro réglementaire qui lui est attribué, ou attendre les secours si besoin.

Les produits anti-moustiques "verts" fonctionnent-ils vraiment ?
Sur le même sujet :
Nous avons voulu vérifier si les répulsifs anti-moustiques, dont le principe actif…

Des plages horaires agrandies pour la médecine générale

Des plages horaires agrandies pour la médecine générale

Quant aux urgences non vitales, les différents services se mobilisent à nouveau. Par exemple, à partir du lundi 4 juillet, le centre de soins du centre hospitalier sera ouvert plus longtemps. Lire aussi : Région – Conseils santé aux températures élevées en Occitanie. S’il est désormais possible de s’y rendre entre 19h et minuit, il sera accessible de 15h à minuit en semaine et de 8h à minuit le week-end. Dans le même temps, les médecins libéraux du littoral allongeront également leurs horaires pour accueillir les patients qui leur seraient adressés.

À Lire  Bruit blanc : les gens qui gagnent de l'argent en enregistrant…

Ceci pourrez vous intéresser :
PAPEETE Samedi 31 décembre Pharmacie du Marché du Port (angle rue Gauguin/Juillet)…

L’inquiétude du Covid persiste

L'inquiétude du Covid persiste

En plus de ce nouveau dispositif ; l’ARS et la préfecture rappellent les recommandations de respect des gestes barrières. Le port du masque facial est donc recommandé dans les espaces confinés et les transports, ainsi que pour aérer et ventiler les pièces ou se laver et se désinfecter les mains. « La crise sanitaire ajoute du travail aux services hospitaliers qui sont déjà sous pression, chacun doit faire un effort », souligne Guillaume Dubois, délégué départemental de l’ARS. Avec une hausse de 77% du nombre de cas sur une semaine et, selon Barthélémy Mayol, une hausse des hospitalisations, « 18 en secteur Covid », et 4 en réanimation à l’hôpital de Perpignan selon l’ARS à partir de juin 28 , les autorités appellent avec la plus grande vigilance.

Le 15 et le 18 partagent désormais une même plateforme

Le 15 et le 18 partagent désormais une même plateforme

Pour assurer une plus grande efficacité dans la prise en charge des patients, les services Samu (15) et SDIS (18) partageront une plate-forme commune de centralisation des appels. « Nous nous réjouissons de cette collaboration entre les services qui va faire gagner du temps dans le premier maillon des soins, à savoir la prise en charge des patients », souligne le directeur du service départemental d’incendie et de secours des Pyrénées-Orientales, Eric Belgiono.

Cette mise en relation des plateformes s’accompagne également d’un renforcement des équipes. « Avec le 15, un médecin réglementaire supplémentaire sera mis en place, précise Barthélémy Mayol. C’est un outil supplémentaire qui nous permettra de faire face à l’augmentation éventuelle du nombre d’appels. »