Perpignan : de l’énergie à économiser… Tecsol fête ses 40 ans d’électricité solaire

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

En octobre 1982, André Joffre, avec un petit groupe d’ingénieurs et de collaborateurs, parie sur les énergies renouvelables. Davantage tournés vers l’énergie solaire, ils ont fait de Tecsol le principal bureau d’études en France dans le développement d’installations photovoltaïques pour les bâtiments industriels et tertiaires.

S’il y a quelqu’un que le stress ne peut empêcher de dormir, c’est bien André Joffre. Le « gentleman » de l’énergie solaire en France, originaire de Rivesaltais, ingénieur des Arts et Métiers et chercheur à l’université de Perpignan en sourit presque. Certainement pas. Car avant de parler de solaire et de nucléaire, d’éolien ou d’hydraulique, avant de pointer du doigt l’enjeu sinon l’engagement qui est désormais donné aux énergies renouvelables, mieux vaut penser à André Joffre dans tous les résultats une forte pression sur les familles démunies.

C’est une préoccupation qui soulage davantage les nombreuses tâches qui restent à accomplir dans le développement des énergies renouvelables et du solaire en France. Car les progrès sont lents. André Joffre est d’accord. Lui qui a su chuchoter à l’oreille de François Hollande, puis est devenu Président du Gouvernement, les enjeux d’un nouveau monde puissant tournaient aussi autour de la consommation de lui-même, il a su convaincre même les plus réticents du bonheur général de prendre une décision. au-delà du nucléaire, il faut affronter la menace d’une politique à deux vitesses. « Nous sommes le seul pays en Europe qui n’a pas atteint les objectifs de croissance des énergies renouvelables », a-t-il déploré. « La croissance verte, équitable, annoncée en 2015, est arrivée tardivement. Mais surtout, on le voit, les choses avancent doucement, il y a ce qui n’est pas mentionné, ce qui manque, espérons-le, on le voit surtout dans l’usage personnel », continua André Joffre.

À Lire  Saint-Nazaire. Pour les vendeurs de CBD, des alternatives légales à base de cannabis

La brutalité de la hausse des prix est inédite mais aussi un déclencheur

C’est une stratégie faussée par un système nucléaire utilisé par la France depuis les années 1970 et difficilement remise en cause aujourd’hui. Même si la capacité de production n’est pas suffisante aujourd’hui à cause des réacteurs en maintenance… Ou. Aujourd’hui, le stress est une réalité. Et André Joffre se réjouit du bouclier tarifaire mis en place par le gouvernement pour limiter la hausse des tarifs de l’électricité à 15% pour les particuliers et des chèques énergie pour les familles les plus fragiles. Et dans son bureau, alors que Tecsol fête ses 40 ans, le téléphone n’arrête pas de sonner. Au bout du fil, les chefs d’entreprise s’inquiètent. Maire concerné. Un monde plein de questions et d’inquiétudes sur leurs dépenses mais une seule certitude dans leur voix, le passage au solaire et à l’autoconsommation, s’il vous plaît. « La vérité est que ce problème est un choc, la brutalité de l’augmentation des prix ne s’est pas produite auparavant, mais c’est aussi une évolution, cette augmentation aurait dû durer plus de 15 ans mais même pas un an. Chaque jour, nous recevons des nouvelles pour l’installation. Les entreprises qui nous ont contactés dans le passé reviennent maintenant vers nous. l’investissement solaire est une priorité ».

André Joffre a mis le doigt sur la tête. Tecsol est aujourd’hui le 1er bureau d’études spécialisé dans l’énergie solaire en France. D’autant que le récit de la crise énergétique actuelle pousse clairement la société perpignanaise vers un nouvel horizon. « Divertissant », tout simplement, conclura André Joffre, à l’aube de cette nouvelle saison.

Tecsol, les dates clés

D’abord, la société Tecsol est née d’une filiale du groupe Safran basée à Perpignan, la société Solefil, parmi les premières à proposer le chauffage solaire, fin 1970. en 1986. A cette époque, Safran fermait boutique. A voir aussi : [Eco-universitaires] L’inflation, une menace pour le bien-être des Français. mais André Joffre et un petit groupe n’ont pas pu utiliser leurs idées du soleil et se charger de l’activité de Tecsol, le bureau d’études de Solefil, organisme indépendant du groupe créé en 1982.

À Lire  Investir sur le marché du CBD : des opportunités, mais aussi des menaces - EconomieMatin

S’il n’y a plus de marché solaire en France à partir de 1986, André Joffre et Tecsol trouvent leur salut à Bruxelles en remportant des bourses et des missions de réalisations. Il y a aussi l’appui de certaines régions qui financent des projets. Mais le début des années 2000 marque un tournant pour l’entreprise. Les temps ont changé. Tout doucement. Mais une nouvelle incitation a été donnée aux énergies renouvelables et au photovoltaïque.

Leader de l’auto-consommation, Tecsol est également devenu un moteur du développement des énergies renouvelables, entrant au plus haut niveau de l’argumentation de l’État pour une ressource plus durable dans une situation tout nucléaire. Un voyage unique prend aujourd’hui tout son sens alors que la France et l’Europe font face à une nouvelle crise énergétique liée à la guerre en Ukraine.

Tecsol compte 60 salariés, 40 en France métropolitaine et 20 dans les départements et territoires étrangers. L’entreprise dispose de 4 millions d’euros. Pour être bien compris, Tecsol est l’architecte des installations photovoltaïques dans les bâtiments de plus de 500 m2.

Site bien-être : quelles pierres vendent en magasin ?
Voir l’article :
Les pierres naturelles connaissent actuellement un réel succès. Appréciées pour leurs propriétés…