Personnage : « Je suis maman… et échangiste ! »

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Maman et échangiste : « Rencontrer quelqu’un en sa présence, ce n’était pas le tromper »

Ma première expérience n’était pas échangiste, c’était un plan à trois. À l’époque, je vivais avec mon premier mari, qui n’était pas très intéressé par le sexe. Nous n’avions pas les mêmes besoins, et pour moi, voir quelqu’un d’autre en sa présence n’était pas le tromper. J’ai trouvé un ami sur Internet, je l’ai invité à la maison, et bien sûr c’est arrivé à son initiative. Tout est facile derrière l’écran, mais le premier geste est difficile devant le fait accompli. Il a donc pris les choses en main. A cette époque, je n’avais pas vraiment de peur, je n’avais déjà aucun sentiment pour mon mari. Du coup, les choses se sont, je l’avoue, un peu faussées. Je n’avais rien à perdre, tout à gagner. J’en garde un bon souvenir, je me suis beaucoup amusé, je l’ai revu plusieurs fois par la suite. C’est lui qui m’a initié au swing. Un jour, il m’a appelé et m’a dit que le lendemain, il m’emmenait chez eux pour voir un couple échangiste. J’ai accepté par curiosité. Je n’ai qu’un vague souvenir de cette première expérience. C’était assez étrange de trouver des gens que je ne connaissais pas 5 minutes avant… me touchant partout. Etrange mais passionnant. Ce jour-là, j’ai ressenti du plaisir, mais pas de plaisir.

Lire aussi :
La montagne Congost Mont Rebei est une gorge étroite et de grande…

Maman et échangiste : « L’envie de pimenter notre vie s’est imposée »

Au début des années 2000, j’ai rencontré mon mari actuel. Il était célibataire, mais il rencontrait des couples, fréquentait des clubs et avait une vie sexuelle très active. Nous nous sommes rencontrés en ligne et avons convenu d’un rendez-vous. Cette nuit-là, nous avons senti un vrai tonnerre. Sur le même sujet : J’ai parcouru le site de Faustine Bollaert. Nous nous étions trouvés. Très vite nous nous sommes rencontrés et avons décidé d’avoir des enfants. Nous étions très actifs, mais l’arrivée du second a bouleversé l’équilibre.

Pendant presque 2 ans ma libido était en berne ! J’ai eu du mal à me remettre de cette deuxième césarienne. Mon mari en a été déçu. Moi, je m’en voulais parce que je savais qu’elle attendait quelque chose que je ne pouvais pas lui donner. C’est à la fin de cette période qu’on a parlé de libertinage. Au début, j’ai hésité : ça ne me semblait pas une bonne idée de balancer quand on n’était pas content de soi. Cependant, avant une pause de quelques années, nous avons eu de belles expériences à mon initiative, car je ne me sentais pas bien dans cette situation. Puis nous sommes revenus. Le sexe a repris une place importante dans nos vies et l’envie de pimenter notre quotidien a pris le dessus.

Lire aussi :
Waze vous aide à vous rendre à destination en évitant les radars,…

Maman et échangiste : « Nos filles imaginent le club comme une discothèque pour les vieux »

Nos enfants ne sont pas conscients de l’état de nos balançoires. Nous ne leur en parlons pas parce que nous considérons que c’est notre vie privée. Quand nos filles étaient plus jeunes, nous les confiions à nos parents pour le week-end, mais c’était pénible pour moi de devoir prévoir des sorties avec des amis, des collègues, etc. pour ne pas dire la vérité. Depuis ils ont grandi et c’est plus facile de rester chez soi, ça nous évite de nous trouver des excuses. Par contre, on ne peut pas recevoir à domicile dans de tels cas. Nous les filles, on leur dit qu’on va dans les clubs, on aime l’ambiance. Ils savent où nous sommes, nous ne leur mentons pas. D’un autre côté, ils ne savent pas ce que nous faisons là-bas. Pour eux on danse, on boit, on s’amuse. Ils envisagent le club comme une discothèque pour personnes âgées.

Sur le même sujet :
Vendredi 11 mars, le tribunal de Besançon (Doubs) s’est prononcé dans l’affaire…

Maman et échangiste : « Notre pratique sexuelle est déconnectée du reste de notre vie »

Notre personnel sait que mon mari gère un site Web indépendant. Mais ça s’arrête là. Ils ne posent pas de questions. Pour le reste, je ne pense pas qu’ils soient devenus fous, mais ils ne veulent rien savoir. Surtout quand il s’agit de nos parents ou de nos frères et sœurs. Nos pratiques sexuelles sont déconnectées du reste de notre vie. En fait, on ne parle de nos pratiques qu’avec des gens du milieu échangiste. De plus, c’est un environnement qu’on apprécie beaucoup pour son ouverture qu’on ne retrouve nulle part ailleurs. Nous rencontrons régulièrement d’autres couples. Cela peut être une fois par mois, deux fois par mois, puis plus rien pendant 2 mois… Cela dépend de nos activités quotidiennes, de nos envies, du stress, etc. Dans l’absolu, on aimerait retrouver un couple d’amis/amants. Mais c’est un idéal que nous n’avons pas encore atteint. Il y a des couples qu’on revoit, d’autres pas du tout.

Voir l’article :
Janvier 2023 (Volume 24, Numéro 1)1Après Balzac et la Bible, une herméneutique…

Maman et échangiste :  «  J’ai du plaisir à le voir avec une autre femme » 

Quel impact le swing a-t-il eu sur nos vies ? L’estime de soi avant tout ! Je suis une femme douce comme le dit mon mari et j’étais assez confuse. Être désirée par d’autres hommes que mon mari a été une révélation, je sais s’il vous plaît. Cela m’a permis de ne plus me cacher sous des vêtements informes, je soigne mon apparence, je soigne mon image. Je suis plus sexy à l’intérieur qu’à l’extérieur.

La berceuse a alors renforcé la complicité de notre couple. Cela nous permet de ne pas nous éloigner les uns des autres. Et ça me permet aussi de me dire que j’ai de la chance d’avoir l’homme que j’ai. Au début, oui, j’avais peur que mon mari tombe amoureux. Mais j’ai vite compris qu’un cœur amoureux ne peut s’ouvrir à personne d’autre. L’amour se construit, se vit au quotidien, le sexe se consomme. Cela n’a rien à voir avec cela. La jalousie, assez étrangement je ne ressens aucune jalousie quand je suis avec lui. Au contraire, j’aime le voir avec une autre femme. Par contre, je peux être jaloux en dehors d’un contexte libéral. J’ai appris que l’échangisme est plus un plaisir intellectuel qu’un plaisir physique. Ce sont plutôt des sensations fortes, des regards, des émotions, des images et de l’excitation. A la maison, j’ai besoin de reconquérir mon mari, de le retrouver, et c’est souvent très intense. On utilise ce qu’on vit au club pour alimenter nos vies intimes, nos fantasmes, on en parle en faisant l’amour et ça fait exploser nos ébats. Mon mari me connaît mieux que quiconque et avec lui je n’ai pas besoin de cacher mes désirs.

À Lire  Comment s'envoyer en l'air dans les soirées sexuelles à Las Vegas