Peugeot Inception Concept : le futur électrique se dessine au CES…

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Le Salon CES 2023 est l’occasion pour Peugeot de franchir l’Atlantique et de présenter à un public geek un concept très futuriste, avant-goût de ses futurs modèles tout électriques et ultra-connectés. Avec, au passage, un clin d’œil au sublime concept e-Legend.

Par

Lire aussi : Financement véhicule d’occasion : banque ou concessionnaire ?.

Nicolas Valeano

Publié le 06/01/2023 – 01:00

Mis à jour le 06/01/2023 – 11:54.

Des lignes spectaculaires

Difficile de ne pas voir dans la First les gènes du sublime concept E-Legend, le favori du Mondial de Paris 2018.

Peugeot espère être la voiture électrique numéro un en Europe en 2030. Pour s’annoncer à travers une voiture étonnante et futuriste, le roi lion a choisi la Mecque des produits commerciaux de haute qualité : le CES de Las Vegas, qui fait désormais partie de la voiture . inévitable. Podium donc du First, ouvert lors de la présentation par Carlos Tavares lui-même. Ce concept, qui représente la première génération de véhicules 100% électriques, lance une série de quatre nouvelles plateformes appelées STLA, dont la première sera utilisée à partir de 2023 (STLA Medium sur la nouvelle Peugeot e-3008).

La marque espère réduire son empreinte carbone de plus de 50% d’ici 2030, avant d’atteindre le « Net Zero Carbon » en 2038. Et les progrès se feront progressivement. C’est ainsi que tous les modèles de la gamme Peugeot auront au moins une version électrique à partir de 2024 et cinq nouvelles voitures électriques seront lancées dans les deux prochaines années. Une nouvelle génération a déjà été annoncée pour 2025, qui comprendra bon nombre des solutions techniques annoncées ici.

À Lire  BMW X1 F48 xDrive25e SUV M SPORT d'occasion - 44 890 € - 18...

Un salon cocon

Difficile de ne pas voir dans la Première quelques gènes sublimes du concept Legend, le chouchou du Mondial de Paris 2018. De taille limousine (5 m de long), il offre une tout autre dimension. Pas de nostalgie ici (hormis le logo et peut-être une silhouette rappelant d’autres concepts Bertone – une bonne référence) mais un regard clair vers l’avenir. Parce qu’Initiation vient du latin et signifie commencer, c’est le signe d’une nouvelle ère pour cette idée originale réalisée sous la direction de Matthias Hossann. Le nouveau directeur du design a voulu en faire un véritable manifeste.

Il voulait ici utiliser un langage simple et pur. Il en résulte des surfaces de carrosserie lisses, mais aussi des finitions et des formes inspirées du monde numérique, dans un ensemble conçu pour être sportif et pointu. Le panneau avant comprend une nouvelle signature visuelle appelée Fusion Mask, avec les trois griffes typiques et un logo illuminé avec un effet 3D. Les capteurs nécessaires aux aides au déplacement y sont intégrés, ainsi que les lumières, derrière la plaque de verre à effet miroir. Le résultat est un front brutal, qui semble vouloir tout manger sur son passage ! La partie arrière bénéficie également d’un traitement intensif. Un écran parcourt les portes pour afficher des messages d’accueil ou d’information (niveau de charge…) au conducteur et aux passagers. L’intelligence artificielle embarquée aide à les reconnaître et à ajuster rapidement la voiture en fonction des besoins de la personne en termes de sièges, de mode de conduite, de multimédia et de température intérieure. Le défi présenté par le design est de concilier l’extérieur avec le dynamique et l’accueil, en faisant la part belle aux rétroviseurs pour afficher l’espace passager à travers une capsule transparente qui passe devant les pieds du conducteur.

Les sièges ont des parties apparentes en métal vert et une housse en polyester recyclé qui descend comme un tapis de sol, avec des motifs imprimés en 3D. Les poches gonflables recyclées permettent des ajustements pour plus de confort.

À Lire  Véhicule d'occasion : points à vérifier lorsque vous êtes acheteur

800 km d’autonomie

Ces grandes verrières panoramiques de 7,25 m2 portent un petit nom, Skyspace, et sont constituées de verre appelé Narima, issu du monde des bâtiments aux propriétés thermiques et anti-UV rendues possibles par de multiples traitements. Ces bains d’oxydes métalliques étaient à l’origine destinés aux visières des casques des astronautes américains. Résultat : reflet dans les teintes jaunes et bleutées. A l’intérieur se trouve un bel intérieur, selon la lumière, les reflets et les couleurs changent. Ils baignent dans leur air doux un univers qui fait appel au monde de la mode et des éditeurs de mobilier haut de gamme. Ainsi les passagers sont assis plus longtemps dans les sièges larges et adaptés à la morphologie de chacun.

Une nouvelle plate-forme conçue pour accueillir uniquement les véhicules électriques permet une reconfiguration du coin salon. Ici, pas de tableau de bord mais un drôle de jeu entre ce qui ressemble à un volant carré et un écran rond. La nouvelle quadrature du cercle selon Peugeot ? La marque explique qu’il s’agit du i-Cockpit nouvelle génération, intégrant la commande « Hypersquare » qui associe une sorte de volant rectangulaire à quatre évidements et un écran central. Il s’utilise de manière intuitive et naturelle avec les doigts comme un smartphone, à la place d’un driver et d’un Commodo. Inspiré de l’univers des jeux vidéo, ce travail est possible grâce au volant et au fil, et aux commandes électroniques. Une pure vision de concept-car ? Non, Peugeot dit prévoir de sortir un tel système en série avant la fin de la décennie.

A voir aussi :
Lorsqu’il s’agit d’acheter une voiture, la plupart des gens veulent obtenir la…