Peur de conduire : raisons, causes, solutions pour en venir à bout

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

L’amaxophobie est la peur de conduire une voiture. Elle se manifeste par une grande anxiété au volant, seul ou accompagné, de nuit, de jour, sur l’autoroute, après un accident… Quelles en sont les causes ? Panneaux? Des solutions pour en venir à bout ? Conseils de Bruno Vibert, psychothérapeute.

La peur de conduire peut affecter à la fois les conducteurs novices et expérimentés. Elle se manifeste par le pic de stress lors de la conduite. Comment l’expliquer ? Quels sont les signes d’une telle peur ? Des solutions pour en venir à bout ? L’hypnose est-elle indiquée ? Conseils de Bruno Vibert, psychothérapeute.

Définition : quel est le nom de la peur de conduire ?

Lorsqu’elle est très envahissante au quotidien, la peur de conduire est appelée « amaxophobie ». Ce mot est composé du terme grec « amaxo » signifiant « véhicule » et « phobie » signifiant « peur ». C’est la peur d’être au volant d’une voiture, voire d’être passager. L’amaxophobie est une peur irrationnelle difficile à contrôler. Pour les personnes amaxophobes, « la route représente un ennemi qui peut leur faire du mal, illustre Bruno Vibert. Ces personnes n’apprécient plus le fait d’avoir obtenu un permis de conduire et d’être considérées comme parfaitement capables de prendre le volant et de contrôler le véhicule ». « . Cette peur peut être légère ou très écrasante. Sur le même sujet : Prévention et conseils pour la baignade / Actualités / Accueil – Administrations du Haut-Rhin. « Parfois, une personne ne peut pas conduire du tout », a-t-il déclaré. Cependant, c’est une crainte tout à fait justifiée car la route présente des risques potentiellement mortels. « Être conscient du danger, c’est bien et sain. Le problème se pose lorsque la peur devient invalidante et trop difficile à surmonter, souligne notre interlocuteur. Heureusement, il existe des solutions. »

À Lire  Actualités urgentes - APM / Association Française de Médecine en ...

La canicule se renforce en Occitanie : protégeons la santé des plus fragiles
Voir l’article :
Pour protéger la santé des plus vulnérables, tous les services de l’Etat…

Signes : comment se manifeste la peur de conduire ?

La peur de conduire se manifeste par une émotion forte, variable selon l’expérience de la route et les compétences de conduite. Ces signes peuvent apparaître différemment selon le contexte et sont aggravés dans certaines situations comme un arrêt à un feu tricolore, dans un embouteillage, lors d’une brèche, dans un rond-point, sur l’autoroute, si vous êtes devant un pressant voiture et un conducteur impatient. Sur le même sujet : Val-d’Oise : numéro des urgences dentaires les week-ends et jours fériés. La peur de conduire peut entraîner :

Sur le même sujet :
« Les mesures qui sont proposées par le rapport Braun sont du bricolage »,…

Quelles sont les causes d’une peur de conduire ?

Plusieurs éléments peuvent expliquer la peur de conduire : Voir l’article : Les doutes. La « puff », cette vape jetable très appréciée des jeunes.

Chaleur accablante : conseils pour protéger les personnes âgées
A voir aussi :
Jean-Marc Perrin, consultant du département envoyé aux personnes majeures, était l’invité de…

Qui sont les profils les plus à risque ?

Risque accru d’exprimer sa peur de conduire :

Quelles sont les solutions pour vaincre sa peur ?

► Poursuivre la conduite avec un moniteur pendant quelques heures pour reprendre confiance et mieux contrôler le véhicule.

► Choisissez vos horaires. La conduite aux heures de pointe doit être évitée autant que possible. Si vous n’êtes pas tout à fait à l’aise, partez un peu plus tôt et ajustez votre itinéraire si vous souhaitez éviter certaines zones stressantes (autoroutes, petites routes de campagne ou de montagne, zones commerciales, grandes villes, etc.). Vous pouvez également éviter de rouler la nuit ou par mauvais temps (forte pluie, brouillard, neige, vent), lorsque la visibilité est réduite.

► Comprendre l’origine de sa peur à l’aide d’une psychothérapie analytique (une à deux séances par semaine), qui est surtout indiquée lorsqu’un problème rend le quotidien difficile. Vous pouvez également opter pour une thérapie cognitivo-comportementale (TCC), qui s’apparente davantage à une psychothérapie. « Nous allons écouter son ressenti, exprimer ses craintes, fixer progressivement des objectifs et les signaler par la suite au psychiatre », précise notre interlocuteur. Si la peur est liée à un accident de voiture, « la thérapie consistera à parler de ce qui s’est passé (verbalement ou par écrit). Il est toujours préférable d’en parler immédiatement après l’accident et avant le premier sommeil car le cerveau enregistre et cristallise la peur et anxiété quand on dort », prévient le spécialiste.

À Lire  Vigilance canicule : la Ville se mobilise

► Travaillez votre respiration avant, pendant et après la conduite. « La cohérence cardiaque est une technique de relaxation qui nous apprend à ralentir notre rythme cardiaque. Des applications telles que RespiRelax+ peuvent nous y aider. Les premiers résultats sont visibles après 3 semaines. Il est recommandé de pratiquer les exercices de cohérence cardiaque au lever du soleil, avant d’aller à coucher et à 16h, l’heure où le corps sécrète le plus de cortisol (hormone du stress) », explique notre expert.

► Créer des séances d’hypnose qui apporteront une solution progressive. Cela vous permettra de comprendre l’origine de la peur et de trouver progressivement des astuces pour ne pas paniquer. Les séances de sophrologie permettent également une meilleure gestion des manifestations physiques et psychologiques du stress lié à la peur de conduire.

Il faut absolument éviter de conduire avec des personnes négatives

► Conduire dans un environnement confortable sans anxiété. « Il ne faut pas hésiter à mettre de la musique qui nous soulage du stress, nous avons une voiture propre, confortable et elle dégage une odeur agréable. Les odeurs nous affectent beaucoup. Cela peut augmenter notre stress, mais aussi nous calmer. On peut aussi demander à être accompagné pour éviter les trajets eux-mêmes. Et surtout, il faut absolument éviter de conduire en présence de personnes négatives, qui nous stressent ou qui critiquent notre façon de conduire », conseille Bruno Vibert. Vous pouvez aussi vous faciliter la tâche en choisissant une voiture à boîte automatique, si vous avez peur de caler. L’utilisation du GPS offre également une sécurité si vous ne connaissez pas l’itinéraire. Enfin, si vous apprenez à conduire dans une auto-école, n’hésitez pas à demander des cours avec un moniteur spécifique, pour vous sentir tout de suite à l’aise et ne pas laisser l’angoisse vous gêner.

Merci à Bruno Vibert, psychothérapeute.