Pharmaciens et médecins généralistes demandent aux autorités sanitaires d’autoriser la délivrance de pilules contraceptives sans ordonnance.

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

PARIS, le 24 octobre (EUROPE PRESS) –

Des représentants de la Société espagnole de pharmacie clinique, familiale et communautaire (SEFAC), de la Société espagnole des médecins de soins primaires (SEMERGEN) et de la Société espagnole des médecins généralistes et de famille (SEMG) ont rencontré le directeur de l’Agence espagnole des médicaments . et produits de santé (AEMPS), María Jesús Lamas, dans le but de lui transmettre la position que les trois sociétés scientifiques ont émise le 26 septembre (Journée mondiale de la contraception) pour ouvrir la dispensation de contraceptifs oraux progestatifs sans ordonnance médicale.

Des représentants d’entreprises scientifiques médicales et pharmaceutiques ont expliqué au directeur de l’AEMPS, rattaché au ministère de la Santé, le contenu du poste et la raison pour laquelle ils ont demandé que les contraceptifs oraux gestagènes seuls soient délivrés sans ordonnance dans les pharmacies de ville.

Le but de ce poste est de soutenir l’autonomisation des femmes pour décider de leur santé sexuelle et reproductive et faciliter l’accès aux méthodes contraceptives comme élément de base pour améliorer la planification familiale et éviter les grossesses non désirées.

Les trois sociétés scientifiques affirment que la contraception n’est pas un problème de santé et ne peut donc pas être considérée comme une maladie, et qu’il existe actuellement des obstacles qui bloquent l’accès et compromettent la capacité des femmes à prendre des décisions concernant leur santé sexuelle et reproductive.

En effet, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaît la contraception comme un élément important de la planification familiale.Pour cette raison, SEFAC, SEMERGEN et SEMG soutiennent la délivrance sans ordonnance de certains contraceptifs oraux, tels que les contraceptifs oraux à base de progestatifs, car ils ont un profil d’innocuité favorable adéquat et non associés à des effets secondaires graves.

À Lire  Troubles paniques avec agoraphobie

Selon eux, la présence d’un pharmacien d’officine offre une garantie supplémentaire de sécurité, car il peut évaluer avec les femmes qui souhaitent recourir à la contraception leur situation et les guider pour leur proposer la solution la plus appropriée, comme dans le cas de la contraception. urgence et coordination avec le médecin si nécessaire.

À cet égard, l’organisation souligne que la communication et l’orientation vers les médecins lorsque cela sera nécessaire seront une étape nécessaire pour accroître l’accès à la contraception et favoriser le succès de la contraception. De plus, selon eux, cette mesure contribuera à réduire la surcharge des consultations de première ligne, permettant aux médecins de concentrer leurs efforts sur des besoins cliniques plus pertinents.