Plongez dans les coulisses de la Cité de la Mer

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

A la Cité de la Mer, l’une des attractions phares est l’immense aquarium des abysses. La profondeur de 11 mètres, répartie sur trois niveaux, 320 m3, vitrine 40m², est la reproduction la plus fidèle du récif polynésien et de ses espaces de vie, de reproduction et de repos. 86 espèces, soit environ un millier de personnes y cohabitent, dont le requin pointe noire – qui attire petits et grands – les raies léopards, les poissons licornes, les poissons docteurs, mais aussi de nombreux coraux…

« La plupart d’entre nous sont des professionnels du nettoyage », explique Laurent Fouré, sous-directeur de la biologie. Le but est de prendre soin au maximum de l’aquarium et de ses habitants afin qu’ils soient dans le meilleur état possible. la société est au plus proche de ce que l’on peut voir dans le milieu naturel si l’on a un masque et un tuba. Notre objectif principal est d’être bio. »

Il ne fait aucun doute qu’un aquarium unique comme celui-ci a besoin d’entretien.

A l’abri de tous, les escaliers nous mènent au sommet du grand bassin. L’ambiance y est très différente, le bruit des robinets ne s’arrête pas. Autour du bassin il y a des filets fixes, des scaphandres… même des kayaks ! « Tous les canons sont autorisés à accéder aux différentes zones du bassin », précise Laurent Fouré.

Lorsqu’il s’agit de nettoyer une vitre de 40m², ce n’est évidemment pas un problème d’utiliser nos lave-vitres standards. Ici, le nettoyage se fait en scaphandre avec une éponge en fibre et éventuellement un peu de vinaigre – inoffensif pour les habitants de l’aquarium. Ce nettoyage se fait une fois par semaine et met moins d’une heure à un plongeur pour pénétrer dans la vitre géante. Laurent Fouré nous l’assure, les poissons ne sont pas dérangés par sa présence.

« L’aquarium est assez grand pour que le nombre de poissons n’augmente pas trop. S’ils veulent échapper à l’influence du plongeur, ils peuvent trouver un endroit tranquille. »

Au bout du bassin, il y a aussi une sorte de grand bassin rond et grillagé. Il s’agit essentiellement d’une cage qui permet aux nouveaux arrivants de s’acclimater avant d’être formellement intégrés. Mais avant cela, vous devez vous rendre à un endroit. Laurent Fouré nous emmène dans une salle à côté des visiteurs, qui comporte de nombreuses poubelles. Les bassins de réaction ont plusieurs fonctions : accueil des nouveaux arrivants, isolement des poissons malades ou blessés, expériences de coexistence entre espèces, culture corallienne, et enfin, conservation des espèces qui seront exposées au public.

À Lire  Le vinaigre de cidre, l'allié beauté naturel des peaux grasses et des cheveux ternes

Le plus grand d’entre eux, un petit requin léopard, a été baptisé Mitsou par les biologistes. Vous devriez rejoindre un grand aquarium polynésien au cours du mois. Pendant ce temps, les biologistes l’entraînent à venir manger où il veut.

« Quand tu mets une cible rouge, il faut qu’elle vienne vers le dresseur pour se nourrir. Le réservoir est très grand, l’idée est d’éviter de plonger à chaque fois pour la nourrir. »

Qu’en est-il du nourrissage, justement ?

A côté du bassin de rétention (et oui, à Cité de la Mer, on peut librement toucher raies et petits requins !), se trouve la cuisine. C’est là que la nourriture est préparée pour tous les résidents. Les bacs à plancton et les trois grands réfrigérateurs stockent moules, gambas, gambas, éperlans, sardines, épinards et brocolis – pour remplacer les algues fraîches qui ne sont pêchées qu’une fois par semaine.

Les habitants de la Cité de la Mer sont nourris le matin, parfois le soir. Certains ont même le droit d’avoir un supplément de nourriture vers une heure du matin. Lire aussi : VIDÉO. A la SPA de Rennes, des animaux « super effrayants » à emmener cette semaine. C’est le cas des trois raies aigles et du requin pointe noire.

Retournez au sommet du grand aquarium. Il s’agit de Julien Heuclin, biologiste, en charge de l’alimentation. Au menu crevettes : gambas et gambas. Ils sont nourris par Julien, qui s’assoit au bord de l’aquarium pour les nourrir. Et tomber ne sert à rien !

Place maintenant au requin… Pour lui, ce sera le calamar, « un morceau très frais, comme ce qu’on trouve dans les restaurants », assure Julien.

« Vous allez voir, les poissons vont d’abord manger les tentacules, puis les raies vont déchirer les calamars. Et enfin, le requin va attaquer pour manger le meilleur morceau. Ça marche à tous les coups ! »

À Lire  SPA au service des Ukrainiens déplacés et de leurs animaux

Il y a deux façons de nourrir un requin. La première consiste simplement à étirer la perche. La seconde est très appréciée du public : c’est une corde lestée de plomb et immergée dans une bassine, le calamar, après avoir été lavé et débarrassé de son encre, y est solidement attaché.

Hérissons, oiseaux montagnards terrifiants... Ces animaux charrient les sources chaudes.
Lire aussi :
Mai est le mois le plus chaud jamais enregistré en France, et…

Sous les plafonds du musée

La Cité de la Mer est aussi bien connue pour sa méduse Aurélie. Désormais, environ 450 personnes sont exposées dans la piscine, il y a parfois des pics de 600 personnes ! Il y a aussi des bols dans cette zone avec des hippocampes et des nautiles.

La Cité de la Mer élève des méduses et les élève avant de les envoyer dans différentes zones marines de France. Pour y faire face, il faut monter en haut de l’immeuble. Là, sous le plafond, il est important de regarder où l’on va. Risque de collision !

Ici, les biologistes ont accès à tous les bacs et vérifient en permanence que tout va bien.

« On fait une inspection générale le matin et on vérifie aussi le comportement des poissons lors du nourrissage et du nettoyage. Et la nuit, les gardes s’occupent des problèmes techniques qu’on peut avoir. Par exemple, les méduses sont là. , l’eau est très claire et l’eau y est bonne. Tout est bon. »

Devant les aquariums, en admirant le requin ou en s’amusant à attraper des poissons dans le bassin tactile, les invités sont loin de penser qu’il ne reste rien dans les coulisses, de jour comme de nuit, nous œuvrons pour assurer le spectacle pendant que nous confirmons. bien-être des poissons.

Plus d’informations : www.citedelamer.com

Lisieux : Ouvrir les portes d'un refuge pour animaux pour lutter contre l'abandon croissant
Lire aussi :
Le refuge pour chiens et chats de Lisieux (Calvados) est saturé depuis…