Pluri et multi-franchise : Une solution anti-crise ?

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

&#xD ;

En franchise, tous les profils d’entrepreneurs sont les bienvenus. Mais, que l’on souhaite s’orienter vers la multi-franchise ou la pluri-franchise, en s’ouvrant à d’autres réseaux pour multiplier son chiffre d’affaires, il faudra dans les deux cas avoir listé les avantages et les inconvénients logistiques et financiers que présentent ces deux modèles de gestion. D’autant plus avec la crise économique qui se profile et qui impacte d’ores et déjà tous les réseaux commerciaux.

lundi 31 octobre 2022 Lire aussi : Quand revendre sa voiture pour obtenir le meilleur prix ?.

par Valentine Puaux ;

Plus de magasins, plus de stock

Dupliquer pour assurer le succès ? Si ce slogan contient une part de vérité, l’autre est encore à montrer et subtile. Vous ne devenez pas franchisé pour multiplier à l’infini un concept de magasin, mais pour le faire évoluer avec vos équipes, votre temps et votre environnement. En temps de crise, mieux vaut parfois être au top de plusieurs points de vente (monomarque ou multimarque) pour couvrir ses arrières. A l’occasion de ce dossier, nous sommes allés à la rencontre de plusieurs franchisés et multi-franchisés aux quatre coins de la France afin de nous immerger dans leur quotidien et tenter de comprendre leurs enjeux économiques et logistiques pour les mois à venir. Et force est de constater que la gestion des stocks, mise à rude épreuve par la crise économique, reste une priorité pour ces entrepreneurs, tout comme la question du recrutement. Avec ses deux magasins à Troyes, dont une franchise Cyclable depuis août 2021 et un magasin multimarque indépendant (3 Cycles), Clément Philippon a l’avantage de jongler entre ses stocks pour ne manquer de rien et ne pas décevoir le client. . . « Au lieu de perdre une vente parce que je n’ai pas ce qu’il cherche, je lui propose un produit similaire, qui est disponible dans un autre magasin, à cinq minutes à vélo. En tant que revendeur de certaines marques, j’ai aussi plus de choix à proposer aux clients. La franchise m’a aussi ouvert la porte à des produits que je n’aurais pas eus en restant complètement indépendant. C’est sans compter qu’entre équipes, on peut envoyer des clients d’une adresse à une autre », développe le commerçant. Pourtant, son quotidien est plus compliqué qu’il n’y paraît :

À Lire  Marché de la téléphonie mobile 2022 - Une partie de la plus grande concurrence au monde en 2030 - Androidfun.fr

« J’organise mon emploi du temps en fonction des jours d’ouverture, ou de mes rendez-vous commerciaux, ou des besoins des équipes du magasin. Mais en cas de forte affluence, je peux déplacer un collègue en renfort vers un autre point de vente », a noté Clément Philippon.

À LIRE AUSSI : Comment réussir son implantation en centre commercial ?

Un autre atout pour cet entrepreneur ? La capacité d’évoluer dans un marché en plein essor, celui de la mobilité. Et ne pas risquer de vampiriser l’activité de ses entreprises sous la même marque. « Le fait d’avoir deux points de vente n’a pas diminué le chiffre d’affaires du premier. Ici, on vend des vélos cargo et des vélos électriques aux alentours de 2 000 euros, donc on se concentre plus sur les cadres, les quadragénaires et les profils télétravailleurs. De plus, nous allons bientôt nous lancer dans la location », annonce Clément Philippon. Même constat, au moment de la livraison de ses bouquets de fleurs, pour Sysy Lawson, gérante de trois magasins Au Nom De La Rose (Groupe Emova) à Cergy, Enghien-Les-Bains et L’Isle-Adam (95). Elle est également capable de photographier la variété de ses boutiques : « Si un client me demande 90 roses alors que je n’en ai que 50 dans la boutique, je vais les chercher dans mon autre boutique. C’est une option de dépannage à laquelle je pense, oui. Sachez que nous avons toujours une commande de secours sous la main. En revanche, pour les mariages et les anniversaires, qui nécessitent des montants plus importants, tout est prévu à l’avance avec le client », explique celui qui s’est reconverti dans le commerce des fleurs en 2018, par passion, après avoir travaillé comme conseiller principal adjoint à l’éducation au sein de Education nationale Et Sysy Lawson ajoute derrière son comptoir :

À Lire  Immobilier : de Joinville-le-Pont à Charenton, nos conseils shopping en bord de Marne

Solution à la baisse du pouvoir d’achat ?

« De plus, sachez que chaque livraison est une surprise. Comme lorsque nous recevons des roses d’Equateur, par exemple. Les couleurs des roses varient d’un magasin à l’autre, même sous le même nom ! »

Quant à Jérôme Finet, son profil est plus atypique car il est un franchisé fréquent dans le secteur automobile. Déjà directeur commercial de Cartrade (le groupe dijonnais de vente de voitures en ligne, propriétaire des marques Concept Car 21 et Neufmoinscher.com), ce dernier a décidé de lancer une franchise sous la marque Ewigo (avec deux points de vente) afin de se diversifier. Et depuis, il a créé des synergies entre toutes ces marques. L’occasion pour lui d’augmenter leur visibilité, mais aussi d’augmenter la capacité de sa zone de stockage de voitures (voitures d’occasion).« Alors qu’à Chalon-sur-Saône, j’ai moins de places de parking disponibles, car mon point de vente Ewigo est situé en centre-ville. , j’ai au moins 40 voitures d’occasion sur 3 500 m² de surface grâce à mes concessionnaires Ewigo à Rolampont (52). Et, avec Cartrade, je compte un total de 650 voitures dans toutes les activités.

Pourtant, l’entrepreneur est loin de l’Eldorado. Et bien que le format centre-ville d’Ewigo nécessite un investissement de 85 000 euros, et jusqu’à 120 000 euros pour un concessionnaire automobile, les enjeux du commerçant vont au-delà de la question de la surface de stockage. Car au-delà de tout ça, il faut vendre. Et ce dans un contexte économique préoccupant. Il ne cache pas ses inquiétudes face à la baisse du pouvoir d’achat des Français. « La vente moyenne est de 22 000 euros. Là, il oscille entre 18 000 et 20 000 euros. Donc, s’il y a pénurie de voitures neuves, il y aura moins de voitures d’occasion à l’avenir. On sait pertinemment qu’on n’achètera pas 20% de plus que ce que valait une voiture il y a un an ! », ajoute le franchisé. Néanmoins, les perspectives de développement sont bonnes pour l’entrepreneur .

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le numéro 224 d’octobre 2022 de l’Officiel de la Franchise, actuellement en kiosques.

A voir aussi :
Le spécialiste de l’achat et de la vente de voitures d’occasion Agence…