Posséder une voiture deviendra un luxe pour une grande partie de la population.

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Cette voiture est actuellement très élevée sur l’agenda des gouvernements européens. Récemment mardi, le débat a été très houleux entre les ministres européens de l’environnement et jusque tard dans la nuit pour déterminer – oui et non – qu’il faut donner 5 ans supplémentaires à l’industrie automobile pour lui permettre d’arrêter le moteur thermique européen en 2040 et non en 2035.

Comme vous le savez, les moteurs thermiques ne pourront pas être produits à partir de 2035 donc toutes les voitures neuves, à partir de cette date de réflexion, deviendront automatiquement électriques. Les constructeurs s’accordent sur un objectif de réduction de CO2 même s’ils souhaitent obtenir 5 ans supplémentaires. Mais à l’heure actuelle, le discours sur le parking est inouï. D’abord parce que la hache sur les moteurs thermiques n’interviendra qu’en 2035, autrement dit, ce qui laisse encore 13 ans aux constructeurs automobiles pour s’adapter. 13 ans équivaut à deux générations de voitures avec l’autorisation du patron de Renault. Ensuite, les derniers chiffres le montrent, les constructeurs automobiles disposent de moyens financiers pour faire face. En fait, ils n’ont jamais fait autant d’argent maintenant qu’il y a une pénurie dans certains secteurs à cause de la politique zéro covid de la Chine ou de la guerre en Ukraine.

C’est controversé, mais ce manque de composants a permis aux constructeurs européens de vendre des voitures plus petites en raison de retards de production, mais ils ont vendu ces voitures plus cher. « Les constructeurs automobiles produisent en priorité les modèles les plus rentables, et les consommateurs acceptent – pour le moment – la hausse des prix », écrit Le Figaro. En fait, toutes ces carences dans ces secteurs ont permis aux constructeurs automobiles de retrouver un excès qu’ils n’avaient pas eu… depuis 25 ans. Même avec le niveau le plus élevé de 12,6%, qui est une marge record selon le cabinet de conseil AlixPartners.

Il reste à voir si passer au tout électrique est aussi bon qu’on nous le dit. En gros, on nous a dit que les voitures électriques finiraient par nous coûter moins cher pour nettoyer l’environnement. Prenons le premier argument : moins cher ? Pas sûr du tout. Actuellement, les VE sont 30 à 50 % plus chers que les voitures électriques, elles-mêmes plus chères en raison de la raréfaction et de l’augmentation des matières premières. Première remarque : si rien ne change, une partie du public sera tentée de s’acheter une voiture neuve et de se rabattre sur les voitures d’occasion, plus chères. Posséder une voiture sera un plaisir pour n’importe quel segment de la population.

À Lire  Rabais sur les voitures d'occasion et les voitures de sport

Sachant que la voiture électrique est moins polluante, c’est aussi une question de calcul. Si l’on se concentre sur la production de ces voitures électriques, le bilan CO2 n’est pas aussi bon qu’on le pense. Que ce soit en Pologne, en Allemagne ou en Chine, l’électricité utilisée pour produire ces voitures électriques est sale, car elle provient de centrales au charbon. Ensuite, l’Institut Sapiens en France a calculé qu’avec le grand changement des vacances d’été, il faudrait prévoir 92 bornes de paiement dans chaque centre. Nous en sommes loin. D’autres se demandent « à quoi bon réduire la dépendance aux hydrocarbures si c’est pour remplacer les autres dépendances chinoises aux métaux rares qu’il faut transformer en batteries de voitures électriques » ? Je ne parle pas du fait que tout le monde rechargera sa voiture électrique en même temps, c’est-à-dire. la nuit. Aurons-nous la capacité de répondre à des besoins électriques simultanés ? Vous voyez, l’argument est bon, trompeur. Mais comment avoir un vrai débat de société quand les réseaux sociaux sont anesthésiés par l’intelligence ?

Comme vous le savez, les moteurs thermiques ne pourront pas être produits à partir de 2035 donc toutes les voitures neuves, à partir de cette date de réflexion, deviendront automatiquement électriques. Les constructeurs s’accordent sur un objectif de réduction de CO2 même s’ils souhaitent obtenir 5 ans supplémentaires. Mais à l’heure actuelle, le discours sur le parking est inouï. D’abord parce que la hache sur les moteurs thermiques n’interviendra qu’en 2035, autrement dit, cela laissera encore 13 ans aux constructeurs automobiles pour s’adapter. 13 ans équivaut à deux générations de voitures avec l’autorisation du patron de Renault. Ensuite, les derniers chiffres le montrent, les constructeurs automobiles disposent de moyens financiers pour faire face. En fait, ils n’ont jamais fait autant d’argent maintenant qu’il y a une pénurie dans certains secteurs à cause de la politique zéro covid de la Chine ou de la guerre en Ukraine. C’est controversé, mais ce manque de composants a permis aux constructeurs européens de vendre des voitures plus petites en raison de retards de production, mais ils ont vendu ces voitures plus cher. « Les constructeurs automobiles produisent en priorité les modèles les plus rentables, et les consommateurs acceptent – pour le moment – la hausse des prix », écrit Le Figaro. En fait, toutes ces carences dans ces secteurs ont permis aux constructeurs automobiles de retrouver un excès qu’ils n’avaient pas eu… depuis 25 ans. Même avec le niveau le plus élevé de 12,6%, qui est une marge record selon le cabinet de conseil AlixPartners. Il reste à voir si passer au tout électrique est aussi bon qu’on nous le dit. En gros, on nous a dit que les voitures électriques finiraient par nous coûter moins cher pour nettoyer l’environnement. Prenons le premier argument : moins cher ? Pas sûr du tout. Actuellement, les VE sont 30 à 50 % plus chers pas des voitures ordinaires. rmics, qui eux-mêmes coûtent cher en raison de la raréfaction et de l’augmentation des matières premières. Première remarque : si rien ne change, une partie du public sera tentée de s’acheter une voiture neuve et de se rabattre sur les voitures d’occasion, plus chères. Posséder une voiture sera plus agréable pour certains publics, étant donné qu’une voiture électrique est moins polluante, c’est aussi une question de responsabilité. Si l’on se concentre sur la production de ces voitures électriques, le bilan CO2 n’est pas aussi bon qu’on le pense. Que ce soit en Pologne, en Allemagne ou en Chine, l’électricité utilisée pour produire ces voitures électriques est sale, car elle provient de centrales au charbon. Ensuite, l’Institut Sapiens en France a calculé qu’avec le grand changement des vacances d’été, il faudrait prévoir 92 bornes de paiement dans chaque centre. Nous en sommes loin. D’autres se demandent « à quoi bon réduire la dépendance aux hydrocarbures si c’est pour remplacer les autres dépendances chinoises aux métaux rares qu’il faut transformer en batteries de voitures électriques » ? Je ne parle pas du fait que tout le monde rechargera sa voiture électrique en même temps, c’est-à-dire. la nuit. Aurons-nous la capacité de répondre à des besoins électriques simultanés ? Vous voyez, l’argument est bon, trompeur. Mais comment avoir un vrai débat de société quand les réseaux sociaux sont anesthésiés par l’intelligence ?