Pour la technologie, la joie de cette épidémie est terminée

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée, Sara vous présente les nouveaux faits d'actualité 

(San Francisco) Après deux années glorieuses, la crise économique a enfin rattrapé les entreprises technologiques, notamment les réseaux sociaux et les majors confrontées à un début de saturation.

Seuls Amazon et Apple ont assuré jeudi au marché des ventes meilleures que prévu, grâce notamment au succès de leurs produits phares.

Le géant du e-commerce a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 121 milliards de dollars au deuxième trimestre, en hausse de 7%.

Son action a augmenté de plus de 10 % dans le commerce électronique après la vente.

« Malgré la hausse du coût du carburant, de l’énergie et des transports, nous progressons vers des coûts plus gérables », a déclaré jeudi le PDG d’Amazon, Andy Jassy, ​​dans un communiqué.

AWS, son service cloud, leader mondial de l’informatique à distance, a réalisé 19,55 milliards de dollars de revenus (+33% sur un an), mais les ventes en ligne ont chuté de 4% à 50,9 milliards.

Et son bénéfice d’exploitation – un indicateur clé du bénéfice – s’est élevé à 3,3 milliards de dollars, la moitié de l’année dernière.

« Cela n’a pas été un quart d’or », a déclaré Andrew Lipsman, analyste d’Insider Intelligence. « L’industrie du commerce électronique a du mal à retrouver une croissance positive, et AWS et les entreprises de médias ralentissent. »

L’iPhone toujours prisé

L’iPhone toujours prisé

Apple a affiché jeudi des résultats trimestriels supérieurs aux attentes (83 milliards, en hausse de 2 %), grâce à la demande continue pour l’iPhone. Lire aussi : La technologie a besoin des filles, et les filles ont besoin de la technologie.

Les ventes d’ordinateurs Mac, de tablettes iPad et de produits connexes ont en revanche chuté.

La marque à la pomme avait prévenu en avril que la fermeture d’usines en Chine à cause du COVID-19 et le manque de silicone nécessaire à la production de jouets ne généreraient pas 4 à 8 milliards de dollars.

À Lire  En Suisse, l'adoption du cloud entraîne l'expansion des centres de données locaux

Mais ces complications « ont été moins importantes que prévu », a assuré le manager du groupe, Tim Cook, lors de la rencontre.

Pour le trimestre en cours, Amazon et Apple s’attendent à de fortes ventes, malgré les effets négatifs de la crise financière.

Intel a eu plus de mal à lutter contre le chaos.

Le géant américain des semi-conducteurs a vu ses revenus totaux chuter de 22 %, à 15,3 milliards de dollars, et a fortement révisé à la baisse ses prévisions annuelles.

En cause, selon le dirigeant, Pat Gelsinger, « la baisse soudaine et rapide de l’activité économique ». Il a également évoqué des « problèmes de mise en œuvre » lors d’une réunion, notamment sur la conception du produit.

En quelques mois, l’environnement économique des technologues s’est gravement dégradé.

Les problèmes de santé et le stress ont entraîné une baisse des habitudes en ligne, de la consommation au travail et aux loisirs.

Aujourd’hui, la transformation numérique se poursuit – de nombreux médias attirent de nouveaux utilisateurs – mais à un rythme plus lent qu’avant la pandémie de COVID-19.

'Certains ont tout perdu' : Plusieurs entreprises du Cher ont vu leurs sites internet et leurs noms de domaine disparaître
Ceci pourrez vous intéresser :
Du jour au lendemain, de nombreuses entreprises du Cher, mais aussi de…

« Faire plus avec moins »

« Faire plus avec moins »

A ce problème s’ajoutent de nombreux problèmes économiques, à commencer par l’inflation.

Google, Meta (Facebook, Instagram), Snap et Twitter, qui misent sur la publicité, souffrent donc de coupes dans les budgets marketing.

Amazon et Apple sont confrontés à une demande réduite pour certains produits et à des problèmes dans la chaîne d’approvisionnement.

À Lire  Technologie de communication mobile en 2022

Le groupe de Seattle, deuxième employeur des Etats-Unis derrière Walmart, a doublé ses effectifs de 2019 à 2021. Il compte désormais 1,52 million de personnes, soit environ 100.000 de moins qu’à la fin du premier trimestre.

D’autres entreprises technologiques ont décidé de ralentir le rythme des investissements, telles que Google, Microsoft et Snap. La plateforme de e-commerce Shopify a licencié un millier de personnes, soit 10% des effectifs.

Netflix, qui a perdu près d’un million d’abonnés entre fin mars et fin juin, a licencié plus de 400 salariés sur la même période.

« Nous allons devoir faire plus avec moins de ressources », a déclaré mercredi le PDG de Meta, Mark Zuckerberg, alors que la société de médias sociaux a vu ses revenus baisser pour la première fois de son histoire.

« Meta a perdu son pouvoir sur son large public », a déclaré Debra Aho Williamson, analyste intellectuelle.

Les médias sociaux tentent de garder une longueur d’avance sur la concurrence féroce de l’application TikTok, très populaire auprès des adolescents et des jeunes adultes.

Google a enregistré une croissance des revenus d’une année sur l’autre depuis le deuxième trimestre de 2020, lorsque les éditeurs ont soudainement fermé les vannes au début de la maladie.

Le Sedif choisit Méry-sur-Oise pour installer sa nouvelle technologie de production « eau ultra-pure »
A voir aussi :
Changement de cap au Sedif. Enfin, à l’usine de production d’eau potable…