Pour le bien-être, la détente ou le soulagement de la douleur… le boom du CBD conquiert la France

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

L’explosion de la consommation de cannabidiol, composé relaxant mais non psychotrope du chanvre, révèle une soif de bien-être exacerbée par la pandémie de Covid. Mais ce phénomène de société, porté par un marketing débridé, est peu utile à l’économie nationale du fait d’une réglementation conservatrice.

Surprendre ! Au milieu du vaste espace santé Monoprix de la place de la Nation à Paris, un rayon entier est consacré aux produits à base de CBD, une substance extraite de la plante de cannabis. Quoi, la drogue chez Monoprix ? Non : ces tisanes, chewing-gums, oursons gommeux, huiles et autres crèmes cosmétiques sont en fait parfaitement légaux. Parce que le CBD – abréviation de cannabidiol – ne vous fait pas planer. Pas de bêtise avec lui non plus. Pas comme son cousin le THC (pour tétrahydrocannabinol), une substance également présente dans le cannabis et classée comme stupéfiant en France.

Selon le Comité d’experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur les drogues engendrant une dépendance, le CBD n’a « aucun potentiel d’abus » et est « généralement bien toléré, avec un bon profil d’innocuité ». Les seuls effets secondaires indésirables connus sont d’éventuels problèmes hépatiques avec une consommation excessive et certaines contre-indications médicamenteuses. Voire une dépendance à ses propriétés sédatives. Parce que les acheteurs réguliers de CBD l’utilisent contre leurs soucis récurrents : maux de tête, règles douloureuses, insomnie, problèmes articulaires, musculaires, cutanés…

La France va autoriser les produits au CBD et interdire la vente de fleurs

Marianne (prénom changé), une parisienne qui travaille dans le secteur des médias, utilise le CBD pour calmer ses douleurs neuropathiques.

À Lire  Saint-Pée-sur-Nivelle : Avec du vert, la culture du chanvre CBD prend racine au pied de la Rhune

« La nuit, le nerf de ma jambe m’envoie

Cet article est réservé aux abonnés. Pour en savoir plus, profitez de nos offres à partir de 1€

En choisissant ce chemin d’abonnement promotionnel, vous acceptez le placement d’un cookie d’analyse par Google.