Pour une journée nationale de la santé des pieds, demandez gratuitement à votre dentiste

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

La Journée nationale de la santé des maladies est célébrée le 16 juin et à cette occasion, l’Union française pour la santé des maladies invite les Français à les montrer gratuitement aux podologues installés dans les lieux publics. Cette année, ce sont les pathologies des ongles qui bénéficient d’une attention particulière : moins visibles que celles des mains, les griffes des ongles doivent pourtant être traitées de la même manière.

Vous pensez faire contrôler régulièrement vos yeux, vos dents et même vos grains de beauté… mais qu’en est-il de vos pieds ? Depuis 2003, l’Union française de la maladie et de la santé (UFSP) organise une opération de conseil et de prévention à destination du grand public. Le but? Elle proposait des consultations gratuites d’une dizaine de minutes par personne auprès de podologues, dans des lieux publics, pour sensibiliser les Français à l’importance d’une bonne santé des pieds. Opération préventive nécessaire car seulement 54% des Français ont déjà consulté un podologue au moins une fois, selon des chiffres tirés d’une enquête auprès des podologues par l’UFSP durant l’année 2021. Il est cependant conseillé de se faire les pieds chez un podologue, au moins une fois par an, que ce soit pour une pathologie particulière ou simplement pour vérifier que les pieds ne souffrent pas de maladies invisibles. De plus, les pathologies du pied, douloureuses ou non, peuvent être à l’origine de nombreuses autres maladies (douleurs aux hanches, au dos, aux genoux, etc.).

En effet, selon le dernier Observatoire mené par l’OFSP, si 73% des patients consultent pour des douleurs au pied, ils sont tout de même 50% à consulter pour des problèmes de dos, 43% pour des douleurs au genou et 30% pour une maladie de la hanche, des chiffres qui ont fortement augmenté avec l’incitation au travail à domicile. C’est pourquoi, le 16 juin, plus d’une centaine de podologues proposeront des consultations gratuites dans les lieux publics partout en France : mairies, barnums des centres-villes, CPAM… A cette occasion, ils prodigueront conseils et diagnostic. « Pour les personnes ne pouvant pas se déplacer, l’UFSP prolonge cette journée à toute la semaine du 13 au 18 juin en proposant des téléconsultations gratuites via la plateforme Maiia. », précise l’organisme. Le rôle de conseil du podologue est également déterminant, que ce soit pour des recommandations en termes de chaussage, d’accompagnement à la pratique du sport, ou tout simplement. Le meilleur soin pour vos pieds au quotidien, c’est que les podologues s’adaptent aux contraintes de chacun. de leurs patients. »

Les nombreuses pathologies de l’ongle à surveiller de près

Selon les estimations de l’UFSP, nos pieds complètent l’équivalent de 2,5 fois la Terre au cours de leur vie : une bonne raison de ne pas les négliger. Mais quelles sont les maladies les plus courantes ? 72% des patients souffrent de maïs et de callosités (épaississement de la peau des pieds), 52,70% souffrent de pathologies des ongles et 17% souffrent de mycoses. Ces maladies s’expliquent notamment par un mauvais chaussage, comme une usure excessive de ses chaussures, une hydratation trop peu régulière des pieds et des troubles de la morphologie des pieds non surveillés. Lire aussi : Dents de bon sens : quand faut-il les retirer ?. Au-delà de l’inconfort qu’elles provoquent, certaines pathologies peuvent aussi être très douloureuses. C’est le cas, par exemple, de ceux liés aux ongles qui concernent au moins 50% des Français : ongles secs et cassants, hématomes sous-unguéaux, ongles épais, mycose des ongles et surtout ongles incarnés (lorsqu’ils pénètrent les tissus qui en limitent les bords ). Ce problème fréquent qui touche surtout le gros orteil est favorisé par une mauvaise coupe de l’ongle et des traumatismes répétés (chaussures trop étroites…).

À Lire  Pics de chaleur : où se rafraîchir dans le 15e ?

A découvrir aussi : Forme : apprendre à bien marcher

A ce sujet, l’UFSP précise que « 50 % des pathologies des ongles sont des ongles incarnés et 26 % des mycoses, dans 64 % des cas, elles génèrent des douleurs et polluent les urgences des hôpitaux. Les ongles à soin rapide peuvent aider à prévenir ce type de douleur. « Et pour cause, selon ses estimations, près de 13 % des personnes atteintes de la maladie attendent plus de 6 mois pour consulter. Cependant, plus le patient attend, plus il mettra de temps à récupérer. « Actuellement, seuls 64% des patients sont guéris après avoir suivi un traitement pour leur pathologie unguéale. Données à ajouter si les consultations ont lieu sans délai. « , note l’organisation. Cette journée nationale maladie santé lui permet également d’alerter sur le fait que si chacun est naturellement tenu de consulter régulièrement un podologue, quatre types de patients devraient bénéficier d’un suivi plus poussé. Tout d’abord, les enfants dont les pieds, entre 2 et 5 ans, grandissent en moyenne d’un centimètre par an : l’UFSP recommande donc la première visite chez le podologue dès l’âge de 4 ans.

Comment prendre soin de ses pieds ?

Comment prendre soin de ses pieds ?

Les personnes âgées font également partie des profils qui devraient bénéficier de plus de suivi car avec l’âge, la capacité à prendre soin de leurs pieds peut être affectée, ainsi qu’une diminution de l’activité physique pouvant entraîner des pathologies importantes. C’est aussi le cas des sportifs, pour la simple raison que « leurs jambes sont surmenées et qu’ils peuvent supporter une poussée considérable à chaque pas. Un mauvais chaussage peut provoquer des douleurs contraignantes sur tout le corps », note l’UFSP. Le rôle du podologue est alors de conseiller sur le meilleur chaussage, la création d’orthèses plantaires mais aussi pour les ongles douloureux ou les ampoules. Enfin, des consultations fréquentes sont indispensables pour les personnes atteintes de diabète, une maladie qui peut endommager les artères et les nerfs. Ce phénomène n’est pas sans fragiliser les pieds et il entraîne des pertes de conscience, tandis que les conséquences d’une blessure non traitée peuvent aller jusqu’à l’amputation. » Les conseils de prévention ont réduit le nombre d’amputations de patients d’un tiers ces dernières années. », précise l’association.

De manière générale, trois aspects sont particulièrement importants pour prévenir les maladies du pied : maintenir une bonne hygiène, bien se couper les ongles et choisir des chaussures confortables. Il est notamment conseillé de se laver les pieds une fois par jour, voire plus si vous êtes sujet à une transpiration excessive, une habitude qui prévient toute macération pouvant favoriser l’apparition de verrues plantaires ou d’infections fongiques. En présence de maïs et/ou callosités, il est possible de les poncer délicatement avec une pierre ponce, une lime et/ou du papier enduit d’une couche abrasive. Contre le risque d’ongles incarnés, il est préférable d’utiliser de préférence des ciseaux à ongles désinfectés à l’alcool ou un coupe-ongles et de couper droit (et non en demi-cercle). Enfin, le choix d’une bonne paire de chaussures passe par une pointure adaptée, des chaussures suffisamment larges (des chaussures trop serrées favorisent les frottements et les pressions), un bon maintien du pied (au niveau du talon et de la cheville) et surtout des semelles bien ajustées et à talons, sachant que les semelles orthopédiques peuvent être réalisées sur mesure par un podologue.

En revanche, pour toute autre consultation, la Sécurité Sociale ne prend en charge les prestations de pédicure podologue que si vous disposez d’une ordonnance. Ainsi, par prescription, certains actes sont remboursables.

À Lire  Canicule : toutes les actualités, recommandations et activités pour faire face aux grandes chaleurs

Ceci pourrez vous intéresser :
Le groupe de travail américain sur les services préventifs déclare pour la…

Est-ce que le podiatre est un médecin ?

Est-ce que le podiatre est un médecin ?

Un podiatre est un professionnel de la santé qualifié qui diagnostique et traite les affections liées aux pieds. Il a une formation universitaire, c’est-à-dire un doctorat de premier cycle en médecine podiatrique. Certains podiatres ont également une résidence en chirurgie podiatrique.

Combien coûte une consultation chez un podologue ? Combien coûtent les consultations ? Les consultations podiatriques sont de 70 $. Certains traitements (laser, orthèses, infiltration, etc.) peuvent nécessiter des frais supplémentaires, mais cela sera discuté avec vous avant de commencer le traitement.

Quelle est la différence entre un podologue et un podiatre ?

Un podiatre est un professionnel de la santé qualifié qui traite la plupart des douleurs aux pieds. De son côté, la podiatre québécoise soulage l’inconfort plantaire en offrant des services de soins des pieds.

Quelle est la différence entre un podiatre et un orthopédiste ?

Il a une formation universitaire, c’est-à-dire un doctorat de premier cycle en médecine podiatrique. Certains podiatres ont également une résidence en chirurgie podiatrique. Un orthopédiste est un médecin titulaire d’un doctorat en médecine générale, ainsi qu’une résidence en chirurgie orthopédique.

Canicule : les bons gestes pour faire face aux fortes chaleurs et protéger les plus fragiles
Voir l’article :
Maintenant que les grosses chaleurs sont de retour, voici quelques bons conseils…

Comment se faire rembourser podologue ?

Comment se faire rembourser podologue ?

Pour être remboursé par la sécurité sociale, vous devez consulter votre podologue muni de l’ordonnance de votre médecin et lui remettre votre carte vitale. En l’absence de celui-ci, une carte de soins vous sera remise à adresser à votre caisse primaire d’assurance maladie.

Comment ne pas payer un podologue ? Avec une ordonnance, le coût est de 0,63 € par pied pour les soins de pédicure. Le traitement n’étant donc pas entièrement pris en charge par la CMU, une avance de frais doit être versée pour la partie supplémentaire des honoraires.

Quelle mutuelle rembourse podologue ?

Votre mutuelle MMA vous rembourse les consultations chez un pédicure ou un podologue. La part remboursée, pour les consultations de médecins généralistes et spécialistes, par l’Assurance Maladie MMA est exprimée en pourcentage de la BRSS.

Est-ce qu’il faut une ordonnance pour voir un podologue ?

Le pédicure-podologue peut recevoir et soigner un patient sans ordonnance, mais dans ce cas, aucune prestation ne sera prise en charge par l’assurance maladie. Les prix sont libres.

Est-ce que le podologue est rembourse par la sécurité sociale ?

Ainsi, si vous consultez un podologue en secteur 1 : le prix de la consultation est de 27 €, 60 % seront remboursés par la Sécurité sociale, soit 16,20 €, et votre mutuelle vous remboursera le reste des frais, hors frais fixes. participation de 1€.

Voir l’article :
Par Evan Giret, Doctorant en Psychologie au 2LPN (EA 7489) de l’Université…

Quel est le spécialiste des pieds ?

Quel est le spécialiste des pieds ?

Le podiatre est le spécialiste de la santé des pieds.

Pourquoi aller chez un podologue ? En cas de troubles de la marche ou de l’équilibre, le podiatre est qualifié pour détecter les lombalgies ou autre pathologie des articulations. Il joue également un rôle dans le suivi des patients diabétiques ou artéritiques à des fins préventives ou thérapeutiques.

Qui allez voir quand on a mal au pied ?

Consultez un podiatre pour vos douleurs aux pieds Le podiatre traite la plupart des problèmes reliés aux pieds, qu’ils soient cutanés ou musculo-squelettiques, ou spécifiques aux ongles des orteils.

Quelle est la différence entre un podologue et un podiatre ?

Un podiatre est un professionnel de la santé qualifié qui traite la plupart des douleurs aux pieds. De son côté, la podiatre québécoise soulage l’inconfort plantaire en offrant des services de soins des pieds.