Pourquoi certains Suisses vont-ils rarement chez le médecin?

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Que vous alliez chez le médecin ou non, souvent, occasionnellement ou jamais. Selon la dernière « Swiss Health Survey » (2017), 74% des hommes et 88% des femmes se sont rendus au moins une fois en douze mois dans un cabinet médical. Le nombre moyen de consultations de santé pour les personnes âgées de 15 ans et plus est d’environ 4,3 par an, et ce nombre est affecté par les personnes qui ont besoin de soins supplémentaires. Cela signifie que 26 % des hommes et 12 % des femmes n’ont pas consulté de médecin depuis un an. Pourquoi? Il est difficile de faire la lumière sur ce phénomène. Une enquête menée par la Fondation du Commonwealth pour le compte de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) au printemps 2020 apporte cependant quelques éléments de réponse.

Les raisons du manque de soins sont variées et se répartissent en deux grandes catégories : financières et non financières. Selon cette enquête, qui a porté sur près de 2’300 personnes, 23% des Suisses ont renoncé aux services de santé pour des raisons financières, contre 10% en 2010. Les personnes ayant terminé des études supérieures sont particulièrement touchées par cette augmentation. Selon les auteurs de l’étude, cela s’explique par une plus grande sensibilisation à l’évaluation coûts-avantages dans cette population. « En pharmacie, on voit beaucoup de jeunes travailleurs qui vont rarement chez le médecin pour des raisons financières (hautement rémunérées) et organisationnelles », souligne Matthieu Goldschmidt, pharmacien Rolle, membre du conseil d’administration de la Société vaudoise de pharmacie.

Le statut socio-économique joue un rôle dans l’abandon des soins également dans d’autres secteurs de la population, a ajouté le Pr Raphaël Hammer, professeur à la Haute Ecole de santé Vaud (haute école spécialisée de Suisse occidentale) : « Le côté obscur du non-au retour les soins s’appliquent aux personnes qui ont besoin de soins mais qui ne sont pas consultées. » Le professeur Jacques Cornuz, directeur d’Unisanté, rappelle que « l’accès aux soins est très difficile, notamment pour les immigrés en raison de leur situation dangereuse ».

« Le côté obscur du recours à l’insouciance concerne les personnes qui ont besoin de soins mais qui ne sont pas consultées. », Pr Raphaël Hammer.

À Lire  Face à l'inflation, le risque de régime...

Le pharmacien: un accès facilité au système de santé

Il existe différents points d’entrée dans le système de santé. En général, c’est le médecin généraliste qui s’occupe du cœur, solution également valorisée dans certaines assurances. Mais d’autres professionnels de la santé jouent également un rôle important dans le maintien de la santé et la gestion des symptômes bénins. C’est le cas du pharmacien, comme l’explique Matthieu Goldschmidt, pharmacien de Rolle, et membre du conseil d’administration de la Société vaudoise de pharmacie : « Nous avons un rôle complémentaire au médecin de famille et nous permettons d’augmenter l’assurance maladie publique pour ceux qui n’ont pas de médecin ou peinent à en trouver un.

Les pharmaciens jouent un rôle important dans le maintien de la santé et la gestion des symptômes bénins. Voir l’article : Il est temps de changer l’équilibre alimentaire pour lutter contre le changement climatique.

La loi sur les médicaments (LPTh), révisée en 2019, donne aussi plus d’expérience à ces professionnels de santé, poursuit-il : « Nous avons le droit de délivrer un certain nombre de médicaments qui sont sur ordonnance et d’effectuer des consultations moins d’espaces aménagés pour Cet objectif. » Le pharmacien peut alors prendre en charge (tester et traiter) diverses affections comme les infections urinaires, les infections oculaires, les sinusites, les allergies, etc. Il peut aussi prescrire des médicaments comme les triptans pour prévenir les maux de tête, si le diagnostic est posé, le Viagra ou contraception d’urgence après un entretien de conseil approfondi.

Le dépistage (ex. cancer du côlon) et le suivi de divers paramètres de santé (tension artérielle, cholestérol, glycémie, taux de ferritine sanguine, évaluation du risque cardiovasculaire) peuvent également se faire à la pharmacie. Outre la vaccination (grippe, encéphalite à tiques, Covid-19) et le contrôle manuel, l’élaboration de plans hebdomadaires ou de soins et conseils en situation d’urgence (soins de plaies, brûlures, etc.).

Sur le même sujet :
D’après une nouvelle étude effectuée par l’Université de Leeds et publiée dans…

Autosoins: ce que l’on peut faire soi-même pour sa santé

Pour rester en bonne santé ou gérer les petits bobos de la vie quotidienne, sans consulter votre médecin, il est possible de réaliser diverses mesures visant à prendre soin de vous. « Cela commence par une hygiène de vie saine : avoir une alimentation saine, s’assurer un sommeil de qualité et faire suffisamment d’exercice », explique le professeur Pierre-Yves Rodondi, directeur de l’Institut de santé familiale de l’Université de Fribourg. Le spécialiste vous conseille d’avoir une pharmacie de base à domicile avec notamment des antalgiques, un thermomètre, et parfois même un appareil pour mesurer la tension artérielle. Il recommande également d’être à l’écoute de son corps et de ses émotions, mais aussi de développer ses connaissances en santé (activité physique, nutrition, etc.) en lisant des livres sur ces sujets ou en consultant des sites internet.

À Lire  La crise alimentaire internationale et des propositions pour la surmonter - CADTM

Des études scientifiques ont prouvé que les médecines complémentaires telles que la phytothérapie peuvent bien aider avec les affections chroniques ou récurrentes.

Les médecines complémentaires peuvent également aider à des maux courants ou récurrents, comme l’ont montré des études scientifiques. En phytothérapie, par exemple, la valériane et le houblon ont fait leurs preuves pour les troubles du sommeil. Le thé noir et la lumière oculaire peuvent réduire l’apparition de l’inflammation oculaire. La lavande et l’orpin rose aident à mieux gérer le stress, tout comme la méditation, l’hypnose, le tai chi et le yoga. La méditation de pleine conscience peut réduire le risque de rechute après une dépression. La pratique régulière du yoga est un bon moyen de protéger votre dos des douleurs lombaires chroniques. L’acupuncture, qui nécessite le recours à un thérapeute, peut réduire la fréquence des migraines. L’ostéoporose, quant à elle, peut être utile en termes de douleur mais aussi dans divers problèmes de santé.

Si les symptômes persistent malgré les soins personnels, en cas d’anxiété ou d’urgence, il est recommandé de consulter votre médecin.

Ceci pourrez vous intéresser :
Nicola Shubrook, nutritionniste agrééeLa nutritionniste agréée Nicola Shubrook explique pourquoi ces racines…