Première école de Chabrits : une seule offre atteint le prix plancher, In the News

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Le 5 avril, les élus du Conseil Municipal de Mende mettent en vente l’ancienne école de Chabrits. Le 30 juin, ils autorisent le maire à signer l’acte de vente.

« Nous avons décidé de vendre cet immeuble pour permettre à une famille mendoise de s’y installer et de le réoccuper, car il se dégrade puisqu’il n’est plus utilisé depuis quatre ou cinq ans, a expliqué Laurent Suau. Nous avons évidemment demandé une évaluation à France Domaine qui a répondu 248 000 € avec une marge de négociation de plus ou moins 15 %. Nous avions fixé un prix plancher de 225 000 €. Nous avons eu tout un tas de visites et de demandes d’explications mais une seule proposition qui correspondait à ce prix plancher ».

Fabienne Hierle prend la parole : « Monsieur le Maire, vous affirmez qu’il n’y a eu qu’une seule offre déposée. Vous vous trompez. Il y a eu au moins une autre offre avec certes un prix d’achat inférieur. Pourquoi ne pas parler de cette deuxième offre ? ».

Le maire n’a eu aucun mal à répondre à l’élu du groupe d’opposition « De Mende et vous » : « Vous le dites vous-même : cette deuxième offre n’a pas atteint le prix plancher. Cette proposition n’a donc pas pu être prise en compte. Je vous répète qu’il n’y avait qu’une seule offre qui atteignait le prix plancher ».

« Tout n’est pas clair pour autant, a ajouté Fabienne Hierle. Initialement, ce bâtiment devait servir de lieu de stockage pour les équipements sportifs. Finalement, il est vendu. Je me demande : n’y a-t-il pas eu une faveur accordée ? « .

Laurent Suau n’a pas apprécié cette attaque : « Encore une fois, vous jetez des soupçons sur le maire de Mende. Ça finit par agacer. Je ne suis jamais intervenu dans cette affaire. Ce sont les services de la collectivité qui s’en sont occupés, y compris les visites ». . Je passe devant ce bâtiment mais cela fait des années que je n’y suis pas entré. Ce qui m’agace c’est que je vois de l’herbe pousser partout. Nous n’avons pas le temps de l’entretenir. Nous nous sommes dit que cela pourrait être utile pour la nouvelle école pour entreposer du matériel , parce qu’elle manque d’espace. Mais ça ne marche pas : la nouvelle école n’utilise pas le bâtiment de l’ancienne école. La conclusion est claire ».

À Lire  Amazon présente une technologie capable de reproduire la voix des morts

Soixante demandes de construction

Soixante demandes de construction

Le maire a lâché un chiffre explosif : « Le service de l’urbanisme a une soixantaine de demandes de construction ! Nous avons des cités privées qui affichent complet. Même chose pour les cités HLM. pour offrir ce que les Mendois recherchent, ils ne veulent pas tous vivre en centre-ville, certains veulent leur propre maison.

« Je réfute totalement le fait que vous ayez le moindre soupçon contre le maire de Mende qui aurait fait je ne sais quoi. A voir aussi : VivaTech : les ambitions de la technologie deeptech, la technologie de pointe et l’illusion des métavers. S’il vous plaît, arrêtez », a tonné Laurent Suau.

Bien qu’il n’ait pas cité de nom, Philippe Pouget est allé un peu plus loin que Fabienne Hierle : « Nous y sommes ! a également permis d’éviter un référendum et la préfète (Valérie Hatsch) a ainsi pu transférer ce bien au patrimoine de la commune. Monsieur le Maire, je ne vais pas vous destituer, mais nous sommes clairement dans une opération de L’épouse de l’acheteur est la sœur d’un de vos assistants ».

« Vous savez très bien que nous sommes contrôlés sur chacune de nos délibérations, a rappelé le maire. Monsieur Pouget, vous contactez également régulièrement la préfecture. Vous avez vu que sur l’ancienne école de Chabrits, le préfet a indiqué que l’opération de transfert de cette propriété de la section à la commune était légale ».

Laurent Suau a précisé que l’ancienne école de Chabrits avait été « construite par la Ville. Depuis un siècle, l’argent en jeu a toujours été celui de tous les Mendois. Les habitants de Chabrits ne souhaitaient pas que la commune transforme l’ancienne école en un bâtiment qui augmenterait significativement le nombre de logements. En effet, nous aurions pu raser cet immeuble et construire un immeuble avec des appartements. Les habitants s’engagent à respecter le caractère du village de Chabrits. En gros : un terrain, une maison. Nous respectons cette volonté. »

À Lire  Brevet : comment passer le test technologique ?

« M. et Mme Gonzalez, je ne les connais pas. Vous ne pouvez pas me taxer d’être partisan. Je ne vois pas pourquoi elle n’aurait pas eu le droit de postuler car elle est la sœur d’un élu de ce conseil municipal. Vous allez chercher des trucs hors sujet », a conclu le maire.

Le Conseil Municipal a autorisé la vente des deux parcelles (d’une surface totale de 1 359 m2) de l’ancienne école Chabrits à Jean-Philippe et Roxane Gonzalez pour un prix de 225 000 €.

Tous les élus de la majorité ont voté pour. Les trois élus du groupe d’opposition « De Mende et vous » (Bruno Portal, Emmanuelle Soulier et Fabienne Hierle) se sont abstenus. Les quatre élus du groupe d’opposition « Mende Avenirs » (Philippe Pouget, Karim Abed, Michelle Jacques et Jérémy Bringer) ont voté contre.

En Ukraine, une technologie de pointe pour "se souvenir" des bâtiments historiques
Lire aussi :
Équipé d’un scanner laser, l’ingénieur Emmanuel Durand « enregistre » exactement les bâtiments qui…