Prêt immobilier : que gagne réellement la banque lorsqu’elle vous accorde un prêt ?

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

La hausse des taux immobiliers permet-elle aux banques d’augmenter leurs marges ? Qu’est-ce qu’ils obtiennent vraiment quand ils vous donnent du crédit ? Jackpot ou simple soi-disant produit pour recruter de nouveaux clients, le point sur ce que les banques ont vraiment à gagner sur le marché du crédit immobilier.

Votre hypothèque enrichit-elle vraiment votre banquier ? Selon certains experts du secteur, le prêt est avant tout un moyen pour les banques d’attirer de nouveaux clients. Une analyse que rejoint Pierre Chapon, co-fondateur de la maison de courtage Pretto.

« Les banques françaises sont généralistes, précise-t-il. Le crédit immobilier est un moyen de se démarquer et de gagner des parts de marché. Peu de gens vont dans les banques pour ouvrir un livret d’épargne. Le secteur est donc très concurrentiel, ce qui fait que la France compte parmi les plus faibles d’Europe. « 

Comment les banques financent-elles votre prêt ? 

Comment les banques financent-elles votre prêt ? 

Pour comprendre ce qu’une banque gagne d’un prêt immobilier, il faut savoir comment elle le finance. « Elle s’appuie sur l’épargne et l’argent emprunté sur le marché, explique Pierre Chapon. Cependant, le coût de celle-ci dépend du taux appliqué par la Banque de France. Après avoir longtemps été proche de 0 %, voire négatif, elle se situe désormais autour de deux%.

Interrogée par Moneyvox, Pascale Sciacaluga, directrice commerciale du Crédit coopératif, argumente que « pour qu’une banque gagne de l’argent, il faut au moins deux points de marge d’intermédiation (la différence entre les intérêts payés par les particuliers emprunteurs et le coût de la ressource qui permet banque pour accorder du crédit, ndlr. A voir aussi : Néo-banque : les bons réflexes pour éviter les arnaques.) Mais ces dernières années, on en est loin. »

Lire aussi :
Selon une étude du Boston Consulting Group, le nombre de détenteurs de…

Des marges fluctuantes

Des marges fluctuantes

Un point de vue nuancé par Pierre Chapon qui estime qu’il y a des périodes « où les banques conservent une marge intéressante ». « C’était le cas, par exemple, fin 2021, précise-t-il. Même si les taux étaient bas, l’argent était bon marché pour les banques et il y avait beaucoup de demandes de prêts. Aujourd’hui, les marges sont beaucoup plus limitées. » Mais en général, les hypothèques ne sont pas un guichet automatique pour les banques. »

Nos confrères de Moneyvox citent également un rapport de l’Autorité prudentielle de contrôle et de résolution (ACPR) publié en septembre 2021 qui tente d’évaluer les marges réalisées par les établissements bancaires sur ces prêts. Selon celle-ci, la marge nette (marge brute, moins les frais de gestion et le coût du risque) sur les nouveaux crédits immobiliers s’élève à 0,45% au premier trimestre 2021 contre 0,12% au premier trimestre 2020. .

A l’époque, cela signifiait « que chaque prêt de 200 000 € émis par une banque lui rapportait en moyenne 900 € », rapportent nos confrères.

La fraude à la crypto-monnaie est en hausse sur LinkedIn
Lire aussi :
Selon le FBI, les escroqueries aux crypto-monnaies causent de plus en plus…

Comment les banques s’y retrouvent-elles ? 

Comment les banques s'y retrouvent-elles ? 

Si les banques, comme d’autres entreprises, ne communiquent pas les positions qui leur permettent de faire des marges, c’est toute la relation bancaire qu’elles essaient d’établir avec leurs clients qui leur permet de s’y retrouver.

« La banque gagne de l’argent grâce aux assurances qu’elle propose à ses clients et notamment à l’assurance emprunteur, explique Pierre Chapon. Il y a aussi les flux financiers par carte et tous les services qu’ils peuvent proposer. »

À Lire  Dossiers clés du 4 juin 2022 - L'or et l'argent à la Banque de France