Prêt immobilier : votre projet d’achat devra attendre 2023

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Patience si vous voulez emprunter. La plupart des banques n’émettront plus de prêts en 2022. Il faudra sans doute attendre janvier 2023 pour en obtenir un. Une date qui coïncide avec l’augmentation du taux d’usure. Explications.

La locomotive du crédit immobilier semble être passée. Et il ne devrait pas se remettre sur les rails avant janvier 2023, si l’on en croit les informations rapportées par BFMTV. Il faut donc être patient pour emprunter. D’une part, parce qu’« en décembre, les banques ont plus ou moins rempli leurs objectifs de production de crédit », selon la chaîne de télévision. Mais surtout parce que « les banques attendent trimestriellement la hausse du taux usuraire prévue au 1er janvier 2023 ».

Un taux d’usure réhaussé au 1er janvier

Le taux d’usure est le taux d’intérêt maximum autorisé qu’une banque ne peut pas prêter au-delà. Il s’agit d’un tarif tout compris qui tient compte non seulement du taux nominal, de l’assurance emprunteur, mais aussi des frais de dossier. « Pour le dernier trimestre 2022, il est fixé à 3,05% pour les prêts de 20 ans et plus », rappelle le site d’information MoneyVox.

Selon BFMTV, les courtiers s’attendent à une hausse du taux d’attrition de près d’un demi-point soit 3,55%. Maël Bernier, porte-parole du courtier Meilleurtaux interrogé par MoneyVox, est un peu plus prudent « Pour moi, au mieux on veut être à 3,50% ». Mais le site d’information est plus optimiste : « il est possible d’espérer un taux d’usure supérieur à 3,55%, voire 3,60%, pour le mois de janvier ». Voir l’article : Comment assurer la fiabilité d’un nouveau camping-car: avis de propriétaires de camping-cars.

À Lire  A la veille du Congrès du PCC, Xi Jinping fait face à l'effondrement du "rêve chinois"

Sur le même sujet :
Les enceintes Sonos seront bientôt enrichies d’un assistant vocal domestique. De quoi…

Les banques sur le qui-vive

Et pour cause, la Banque de France déclarait il y a quelques jours que « le taux a nettement augmenté en juillet, puis plus fortement en octobre, et remontera encore plus fortement en janvier prochain, compte tenu d’un effet de base plus élevé ». Ainsi, par anticipation, les banques ont « déjà préparé les tarifs qu’elles proposeront le 1er janvier », selon BFMTV.

Par exemple, certains proposent des taux de 3% sur 20 ans. Une situation qui devrait être de courte durée. Car il s’agit d’un niveau proche du taux d’attrition futur, ce qui laisse une certaine marge pour emprunter, avant une nouvelle hausse des taux d’intérêt. Malheureusement, une réforme du taux d’attrition ne semble pas à l’ordre du jour. Même si cela « débloquerait de nombreux fichiers et satisferait de nombreux foyers », selon Les Echos.

A voir aussi :
La case numéro 7 de notre Calendrier de l’Avent est aujourd’hui sur…