« Prime de réparation » pour les appareils électriques à partir du 15 décembre – Photo

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

De 10 euros pour une bouilloire ou un grille-pain à 45 euros pour un ordinateur : les Français pourront profiter d’une « prime » pour réparer leurs appareils électriques et électroniques à la mi-décembre, une incitation sans précédent en Europe pour prolonger la durée de vie des équipements et réduire les déchets.

Ce fonds de réparation, prévu par la loi « économie circulaire » 2020, entrera en vigueur le 15 décembre, avec le premier lot d’appareils en cause, suivi d’autres catégories d’équipements à partir de 2024. Doté de 410 millions d’euros sur six ans, son le financement est assuré par les industriels, via des éco-organismes en charge de la gestion en fin de vie des appareils. Dès la mi-décembre, les particuliers pourront contacter l’un des 500 premiers réparateurs agréés (labellisé « QualiRépar ») et bénéficier d’une remise forfaitaire sur leur drone ou hotte en panne. Parmi la trentaine de types d’appareils acceptables : cafetière à filtre, fer à repasser (10 euros), aspirateur, perceuse/visseuse, lecteur DVD, home cinéma, instrument de musique, vélo, trottinette (15 euros), jeux, mallette (20 euros). ), cave à vin, lave-linge, réfrigérateur/congélateur, tablette, téléphone portable (25 euros), télévision, vidéoprojecteur (30 euros).

L’année 2024 s’ouvre pour les friteuses, imprimantes, robots culinaires et autres fours à micro-ondes. En 2025, les climatiseurs mobiles, les sèche-cheveux, les ventilateurs seront inclus… Les produits sous garantie (légale, commerciale ou par assurance) seront exclus. « Cette prime correspond à la logique du pouvoir d’achat, pour réduire les coûts de réparation », explique Nathalie Yserd, directrice générale d’Ecosystem, qui gère ce fonds avec un autre éco-organisme, Ecologic. « Tout ce qui contribue à prolonger la durée de vie d’un produit profite à l’environnement, en évitant le retour des ressources naturelles », ajoute-t-elle, abordant toutefois « avec humilité » le dispositif « prédécesseur en Europe ». Aujourd’hui, le nombre de réparations effectuées chaque année en France est estimé à 10 millions, où environ 1,5 milliard d’équipements électriques et électroniques circulent. Objectif : augmenter ce volume de réparation de 20 %. Le nombre de réparateurs agréés augmentera progressivement : 1 500 sont attendus d’ici 2023, et 10 000 d’ici 2027. En France, un « indice de réparabilité » est également progressivement appliqué à certains équipements, pour aider les consommateurs à choisir. .